Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"En voila une histoire, qu'elle est importante pour la démocratie" ! Un journaliste, probablement de FR3 (Un enquête est en cours à ce sujet) a réalisé une vidéo "à la con", histoire de faire le buzz et créer une polémique autour du syndicat de la magistrature (lire sur le site de France Info ICI). Ce journaliste peu scrupuleux s'est donc introduit (ou s'est fait introduire) dans les locaux du syndicat et en a profiter pour voler des images sans demander l'autorisation de filmer le fameux mur en question. Rappelons au passage que ce mur n'avait pas vocation à être vu par le grand public, puisque précisément il se situait dans les locaux privés du syndicat. Rien n'interdisait donc à priori le syndicat de décorer leur local de travail comme ils entendaient le faire, étant entendu que cette décoration avait été conçu à l'usage exclusifs de celles et ceux qui y travaillent, ainsi que de celles et ceux qui sont autorisés à y pénétrer. Enfin, rien n'interdit dans une démocratie d'avoir ce genre d'affichages à titre privé.

Des plaintes ont été déposées par ceux qui se sentent diffamés. Outre le fait que ceux-ci n'ont pas beaucoup d'humour, on peut se demander quelle sort sera réservées aux plaintes. Car si le procureur en charge du dossier décidait de donner suite, alors ce serait une décision d'une extrême gravité. Plus aucun syndicat, plus aucune association ne serait à l'abris, ni de poursuites, ni de l'arbitraire qui est en est le corollaire.

Les personnes qui ont été épinglées sur le mur quant à elles crient au scandale et mettent directement en cause l'impartialité de la justice en cas de poursuites. Rappelons tout de même que lorsque les puissants sont mis en examen par la justice, il faut que les juges s'appuient sur des dossiers en béton armé, car sinon gare à eux ! On a vu par exemple que dans le cas trop célèbre de Cahusac, la mise en examen n'a été possible qu'en raison des aveux de ce dernier et parce que les juges avaient rassemblé des preuves irréfutables à propos de l'existence du compte en Suisse, grâce à un travail d'enquête patient et minutieux. En France, les politiques bénéficient de toute façon de ce qui est convenu d'appeler "la présomption d'innocence" et aucun d'entre eux ne passent en comparution immédiate. Si tel était le cas, cela se saurait !

Tag(s) : #National

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :