Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Communiqué de Mireille Schurch, sénatrice de l'Allier.

Hier, avant l’ouverture des débats sur la réforme des retraites, j’ai rejoint, accompagnée de nombreux sénateurs de gauche, des centaines de manifestants de l’intersyndicale d’Île de France devant le Sénat. De nombreux passants, jeunes et moins jeunes, sont venus spontanément grossir nos rangs, marquant ainsi leur attachement à notre système actuel de retraites.

Plus tard, en introduction de séance, avec l’ensemble des sénateurs de mon groupe CRC-SPG, nous avons brandi dans l’hémicycle une banderole demandant le retrait du projet de loi.

Ces formes d’expression très "médiatiques" irritent forcément ceux qui, comme le Président et son gouvernement, veulent ignorer les millions de manifestants de ces dernières semaines soutenus par plus de 68% de citoyens. Mais il est de notre devoir, constatant la perte de confiance des Français pour ceux qui les gouvernent et devant une telle crise de la démocratie représentative, de faire entendre ces voix au coeur de la Haute assemblée.

C’est également la raison pour laquelle je me suis associée aux cosignataires demandant que ce projet soit soumis à référendum. Comme l’ont rappelé plusieurs sénateurs hier au début de la discussion générale, le Président de la république n’avait pas inscrit cette réforme dans son programme électoral et a même déclaré à plusieurs reprises ne pas vouloir toucher au droit à la retraite à 60 ans au motif que «ce n'est pas un engagement que j'ai pris devant les Français, je n'ai donc pas de mandat pour faire cela» (sic).

Enfin respectueux du débat qui doit s’engager, notre groupe va être force de proposition : à chaque article, nous présenterons une alternative. Nous avons ainsi déposé 600 amendements sur les 1 200 qui seront débattus dans les prochaines semaines. Je déplore que la dizaine de nos amendements visant à taxer les revenus financiers des entreprises et mettre un terme au bouclier fiscal, aux parachutes dorés et aux stock-options, aient été repoussés en fin de calendrier des discussions par la majorité sénatoriale, car ils constituent l’essentiel de la question qui nous est posée : comment répartir les richesses autrement pour permettre le financement des retraites et plus largement, de la protection sociale.

Montluçon, le 6 octobre 2010 :

Mireille Schurch

 

Lire le communiqué en PDF :

communiqumireilleschurchrformedesretraitoctobre2010es5.pdf

 Ecoutez le peuple, retirez votre projet !
Tag(s) : #Retraites

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :