Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jamais le mouvement syndical n'aura été aussi clairement divisé. D'un coté la CFDT, la CFTC et L'UNSA qui défileront pour défendre l'ANI et de l'autre LA CGT, FSU et Solidaires défileront contre l'ANI (voir l'article de l'humanité d'aujourd'hui ICI). FO fera bande à part comme il le fait déjà depuis plusieurs années. Quant à la CFE-CGC on ne connait pas encore ses intentions.

Communiqué commun de la CFDT, CFTC et UNSA :

fichier pdf declaration_commune_cfdt-cftc-unsa_01052013

Avec cette annonce, les syndicats réformistes et qui se définissent comme tel, prennent l'initiative de la rupture avec les organisations syndicales qui combattent l'ANI. En même temps des défilés réunissant toutes les organisations syndicales comportait de réels risques d'incidents tant les positions sont éloignées les unes des autres. Par ailleurs la légitimité de cet accord ouvre un grave contentieux entre elles car l'estimation de la représentativité de certains des signataires pose un réel problème sur le mode de calcul qui a conduit à reconnaitre la CFTC et la CGC représentatives. La CFDT elle même se voit propulsée à une seconde place (mais très proche de la CGT) à propos de laquelle on peut se poser bien des questions et qui ne correspond  de toute façon pas à la place réelle qu'elle occupait dans  les cortèges lors des manifestations durant la bataille unitaire contre la contre réforme des retraites imposée par le gouvernement Sarkozy/Fillon.

D'une certaine manière le 1er Mai pourrait bien être un test entre pro et anti ANI. Certes, sur la capitale et dans les grandes villes, les organisations syndicales signataires de l'ANI devraient être en capacité de fédérer quelques milliers de manifestants. Mais le pari deviendra nettement plus risqué dans les villes moyennes comme Montluçon, Vichy et Moulins pour ne parler que de notre département. La période qui s'ouvre sera de toute façon tendue, car la réalité risque bien de rattraper les signataires. En effet, certains patrons de grands groupes vont se servir des dispositions contenue dans l'ANI pour entamer les restructurations auxquels ils aspirent depuis longtemps : Mutations, licenciements, réductions de salaires, tout ce que cet accord va leur permettre de mettre en œuvre à moindre coût et rapidement ! Les syndicats signataires nous diront que ce n'est pas l'esprit de la loi. Mais l'esprit de la loi, les grands patrons sans tapent. ce qu'ils regardent avant tout, c'est comment utiliser les lois et les règlements pour diminuer les coûts et augmenter leurs bénéfices dans le seul et unique but de satisfaire des actionnaires toujours plus exigeants et plus voraces. Et avec un tel accord, tout devient possible pour eux !

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :