Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une jeune fille d'origine kosovare a été arrêtée par la police alors qu'elle se trouvait dans un car scolaire. Le genre de scène à laquelle on assistait sous Nicolas Sarkozy, mais que l'on pensait ne plus voir avec l'avènement d'un gouvernement de gauche. Et pourtant le cauchemar continue. Des enfants sont pourchassés jusque dans les écoles et sont ensuite expulsés sans autre forme de procès. C'est abject et indigne d'un gouvernement qui se prétend de gauche.

Comment peut on s’apitoyer publiquement sur le sort des naufragés de Lampédusa et pratiquer par la suite la chasse aux enfants immigrés sur notre propre sol ?

Ce gouvernement qui a tourné le dos à tous les principes de gauche en matière économique vient de franchir une nouvelle étape dans l'ignominie en tournant aussi le dos à tous les principes humanitaires et solidaires qui constituent pourtant le creusé des idées de toute la gauche. En courant ainsi après les idées de l'extrême droite, elle se fait d'ailleurs doubler par elle et à chaque fois, éliminer dès les premiers tours des élections partielles. Que n'a t-elle donc compris que cette funeste stratégie l'a conduit à sa perte, tout comme la droite avant elle ?

Pourtant, il ne faut peut être pas désespérer tout à fait. D’abord parce que au sein même du parti socialiste des voix s'élèvent pour condamner ces dérives inadmissibles, au point que le gouvernement, face à cette fronde qui vient de la base, mais aussi des rangs des députés PS, est ébranlé. Mais aussi parce qu'un ministre et non des moindres, vient de mettre les pieds dans le plat avec autorité. Vincent Paillon a rappelé l'issue du conseil des ministres "Je demande qu'on sanctuarise l'école et que cette situation ne se renouvelle pas". Non, vous l'avez bien compris, ce n'est pas le Président de la république qui a fait cette déclaration, alors que cela relevait pourtant de sa fonction, mais le ministre de l'éducation nationale. Autant dire que le conseil des ministres qui a précédé la déclaration de Vincent Paillon devant la presse a du être chaud. Car ce dernier ne peut laisser passer les libertés que se donne le ministre de l'intérieur le plus à droite que la gauche est connu, sans être soupçonné de complicité, ce qui entacherait gravement la réputation de cet humaniste qui se réclame volontiers de la philosophie des lumières.

Une nouvelle brèche s'est ouverte dans la cohésion de l'équipe gouvernementale. Après les bisbilles entre Duflot et Valls, celles entre Ayrault et Montebourg, voici maintenant qu'apparait au grand jour un différent, et non des moindres, entre Valls et Paillon dont la nature relève cette fois ci des principes mêmes qui touchent aux valeurs morales de la gauche et sur lesquelles Vincent Paillon ne peut transiger sauf à se voir déconsidérer en tant qu'un de ses représentants. Et pendant ce temps que fait Flamby ? Il regarde ses ministres s'étriper, incapable qu'il est de trancher comme sa fonction l’exigerait pourtant . EUUUUH.... comme disent les Guignols de l'info.

Tag(s) : #National

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :