Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les syndicalistes en grève de la faim font plier la direction de PSA

On se souvient des 7 syndicalistes qui s'étaient mis en grève de la faim devant le siège social de PSA (Lire ICI). Cela faisait plus d'un mois que ceux-ci ne s'alimentaient plus, au point que des médecins avaient alerté à propos des risques qu'ils prenaient s'ils persévéraient.

C'est après une longue négociation entre les syndicalistes, SUD, PSA, l'administration du travail et le sous-préfet de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), Philippe Court qu'un accord a enfin été conclu.

Les syndicalistes ont obtenu : Que l'inspection du travail fasse une enquête qui portera sur les droits syndicaux dans l'entreprise, et que les jours de grève soient presque intégralement payés, ainsi qu'une période de convalescence leur soit accordée avant de reprendre le travail. C'est certes une victoire pour les militants SUD qui ne réclamaient que l'égalité de traitement entre les syndicats, mais il aura fallu plus d'un mois de grève pour que l'inspection du travail se décide à faire une enquête dans les locaux de PSA afin de savoir si les règles de droit sont respectées. Un comble ! Pourquoi n'a t-elle pas déclenché cette enquête dès le début du conflit ? Pourquoi les salariés doivent-ils en arriver à se mettre en danger pour que l'inspection du travail accepte enfin de faire son travail ?

Pourtant ces derniers avaient été alertés le 16 mai dernier lorsque la cours d'appel de Versailles avait condamné PSA à verser 70 000 euros de dommages et intérêts à l’ancien secrétaire de SUD au titre de « discrimination syndicale » et de « harcèlement moral » (voir l'Humanité ICI). Et le 17 octobre dernier le délégué syndical de SUD dénonçait les discriminations dont lui et ses camarades étaient victimes depuis ce jugement ainsi que celles qui perduraient malgré le jugement.

Malgré tout cela, les syndicalistes ont tenu bon. Espérons que leur santé n'en soit altérée à l'avenir, car ce genre d'épreuve laisse souvent des traces. Cette victoire, ils l'ont payé cher, très cher et il faudra se souvenir à l'avenir que les patrons ne font pas de sentiment eux. La lutte de classe, ils savent qu'elle existe et ils la mènent sans état d'âme.

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :