Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est la démocratie qu'ils assassinent !

Le gouvernement a t-il décidé de se venger et de régler ses compte avec Médiapart ? C'est ce que nous, lecteurs de ce journal numérique sommes en droit de nous demander car ce qui se passe est d'une extrême gravité pour notre démocratie.

Le ministère du budget a fait diligenter un contrôle fiscal contre Médiapart et un autre journal en ligne. ce contrôle a pour objet de mettre Médiapart à genoux en lui réclamant les arrièrés de TVA à 19, 6% car il considère que ce journal numérique n'est pas un journal mais un service en ligne. C'est une honte.

la somme qui est réclamée à Médiapart est énorme. Elle comprends le redressement de l'impôt pour de 2008 à 2010 (dans un premier temps) augmentée des pénalité de retard (40%) et augmentée d'une des intérêts (4,8%). Au total et rien que pour ces trois ans c'est 1 059 277 euros qui sont exigés de Médiapart. Une somme que ce journal est incapable de réunir, d'autant plus que ces trois années furent déficitaires. Mais ce n'est pas tout. Le fisc entend procéder au même redressement pour les trois années suivantes. Une première estimation indique à ce stade que Médiapart devra payer plus de 6 millions d'impôts pour les 3 années suivantes. Or ce journal numérique ne bénéficie d'aucune subvention ni d'aucune rentrée publicitaire contrairement à la majorité des grands titres papier. Lui imposer une TVA (à 19,6%) à ce point discriminatoire revient tout simplement à le condamner à mort.

Tout se passe comme si ce contrôle fiscal avait été ourdi en haut lieu. Il intervient pendant les fêtes de fin d'année, juste avant la prescription des faits, avec des documents préparés bien à l'avance par les services de Bercy et à la demande de hauts responsables. Une question se pose donc tout naturellement. Ce contrôle fait-il suite aux révélations de Médiapart à propos de Jérôme Cahuzac et de son compte en Suisse ? C'est à dire du plus gros scandale de la 5em République. On ose croire que ce contrôle puisse être téléguidé par les plus hautes sphères de l’État.

Quoi qu'il en soit, on ne peut laisser faire. Car si médiapart devait périr sous les coups du fisc, ce serait la plus grande attaque que la presse libre et indépendante aurait subi depuis très longtemps. Des recours existent et ne doutons pas que les avocats de Médiapart vont s'évertuer à les épuiser les uns après les autres. mais les citoyens que nous sommes ne peuvent rester indifférents et laisser faire. En tout cas, nombreux sont les lecteurs de Médiapart à vouloir lutter contre la disparition de leur journal. Déjà, une pétition a été mise en ligne sur le blog de Médiapart (en accès libre) et a déjà été signée par plus de 18 000 personnes (ce n'est qu'un début). Une lettre type à adresser au Président de la République (qui a le pouvoir de tout arrêter) est également disponible sur le blog de Médiapart ( également en accès libre). Des abonnés propose une manifestation devant Bercy. Bref la rentrée sera chaude.

Vous aussi vous pouvez manifester votre soutien à la Presse en ligne et venir en aide à la liberté d'informer. Signez la pétition et envoyez la lettre numérique au Président (un simple clic suffit)

La pétiton

La lettre au Président de la République et suivez les instructions.

Un grand merci à toutes et tous

Tag(s) : #National

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :