Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Guy Chambefort vote pour la contre réforme des retraites et s'en explique

Une pétition avait été envoyée à plusieurs députés de l'Allier pour leur demander de voter contre la contre réforme des retraites présentée par le gouvernement. On sait ce qu'il advenu. la loi a été votée et beaucoup de députés n'ont pas jugé utile d'entendre les revendications des organisations syndicales ni d'accorder une attention quelconque à la pétition que leur avaient envoyé des citoyens. Ainsi ont-ils voté sans état d'âme, en faveur de la contre réforme des retraites qui de fait, repoussera l'âge de départ à la retraite à 66, voir 67 ans pour l'immense majorité des français.

. Guy Chambefort a tout de même adressé un courrier aux pétitionnaires. Voici ci dessous sa réponse. Une réponses bourrées de contre vérités et de mensonges. Les citoyens jugerons par eux mêmes et sanctionneront peut être celles et ceux qui ont trahis leur électeurs en continuant la même politique que la droite avant eux, et parfois en pire.

Réponse de Guy Chambefort à celles et à ceux qui lui demandaient de ne pas voter la réforme des retraites :

"Dans un courrier du 30/11/2013, vous m’interpellez sur la réforme des retraites, qui sera prochainement examinée en seconde lecture à l’Assemblée nationale. Je vous en remercie.
Les réformes précédentes n’ont pas permis de rétablir l’équilibre financier de notre système de retraites, dont la viabilité est ainsi mise en cause. Une telle perspective, si elle venait à se concrétiser, serait une rupture de notre pacte social que notre majorité ne peut accepter. Le Gouvernement a ainsi pris ses responsabilités moins d’un an après son entrée en f
onction.


En décembre 2012 puis janvier 2013, deux rapports du Comité d’Orientation des Retraites (COR) sont venus montrer la nécessité d’une réforme qui rétablirait l’équilibre financier du système de retraites tout en corrigeant plusieurs injustices. Après le rapport Moreau, le Gouvernement a engagé une large concertation, qui a permis à toutes les sensibilités de s’exprimer avant le débat parlementaire.

La réforme que nous présentons répond à un triple enjeu : la pérennité financière ; la réparation des injustices ; la simplification du système. L’allongement de la durée de cotisation à 43 ans – qui touche indistinctement secteur public et privé – sera progressif à partir de 2020. Elle augmentera d’un trimestre tous les trois ans. Et s’adapte ainsi à l’extension de l’espérance de vie. Parallèlement, un relèvement mesuré du taux de cotisation de 0,3 point sera progressivement mis en place, tant dans le secteur privé que le secteur public. Au final, vous noterez que la durée de cotisation est identique pour le privé et le public et que les taux de cotisations convergent. A l’inverse d’une idée reçue trop répandue, le COR, puis le rapport Moreau avaient d’ailleurs noté que le taux de remplacement est identique, à périmètre équivalent, entre les deux secteurs. Au final, toutes les générations, tous les secteurs, tous les régimes de retraites vont participer à l’effort qui permettra de garantir l’avenir de notre système de retraites. Nous avons également souhaité corriger des injustices, fruits d’un marché du travail où les inégalités demeurent importantes. L’instauration du compté pénibilité, qui consacre une vision globale de la pénibilité au travail et qui rompt avec l’option choisie lors de la réforme de 2010, est une mesure forte d’équité entre les salariés exposés et ceux qui ne le sont pas. La réforme comprend aussi des mesures de progrès en matière de retraites agricoles, de prise en compte des années d’apprentissage et d’études, du chômage, des carrières heurtées et du temps partiel…

Enfin, la réforme en cours de discussion au Parlement, vient simplifier le système de retraites. Les assurés font face à des dispositifs peu lisibles, complexes et parfois incertains que nous devons corriger. Comme vous le voyez, notre majorité porte une réforme juste et nécessaire en adoptant une méthode et des mesures qui rassemblent et qui ne pointent pas telle ou telle catégorie. Tous les Français sont attachés au système de
retraite par répartition et ce dernier doit être garanti par des efforts équitablement répartis. C’est ce à quoi vise le texte que nous ex
aminons.

Je vous prie de recevoir, madame, mes salutations distinguées"

Tag(s) : #Le département

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :