Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le tribunal de commerce de Lyon a finalement décidé de valider l'offre de reprise du groupe chimique Kem One, faite par l'industriel Alain de Krassny. Ce qui est le plus inquiétant, c'est que ce dernier s'est associé au fond d'investissement américain OpenGate. Pour autant, le tribunal avait prévenu qu'il n'accepterait pas la fusion des deux offres et ce pour des raisons techniques.

Dans l'immédiat, cela permet de sauver 1 300 emplois directs et 10 .000 (voir 25 000 selon les syndicats) d'empois indirects. Julien Lagrèze, l'un des portes parole du Fond d'investissements américain a déclaré : "Alain de Krassny apporte son expérience industrielle et nous apportons, outre des moyens financiers importants, une synergie avec les sociétés que nous possédons déjà dans les métiers de l'aval". Et a affirmer que l'engagement d'OpenGate dans Kem One s'inscrivait dans la durée. Il faut l'espérer car ce n'est pas franchement l'habitude des fonds d'investissements de rester longtemps dans le capital des entreprises en difficulté.

Cependant l'humanité est le seul à révéler que "Alain de Krassny et OpenGate apportent chacun 5 millions d'euros. L’État s'est engagé à fournir une avance de 80 millions, remboursable, 30 millions, via un prêt du Fonds de développement économique et social et 15 millions en subventions d'investissement, soit 125 millions au total." Les repreneurs ne se mouillent donc pas beaucoup et pourraient bien ramasser la mise plus tard avec un faible investissement de départ.

Mais peu importe. Beaucoup semblent considérer que le jeu en valait la chandelle pour sauver des milliers d'emplois. Reste tout de même une question. Vu que l'Etat va débourser 125 millions d'euros et les repreneurs, à eux deux seulement 10 millions d'euros, n'aurait-il pas été plus rationnel de nationaliser l'entreprise tout de suite en ajoutant les 10 millions d'euros dans la cagnote, afin de s'éviter les mauvaises surprises plus tard (genre dépôt de bilan sans remboursement des prêts) ? C'est vrai, Nationalisation, c'est un gros mot.

Plus d'infos :

L'humanité

France Info

Libération

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :