Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les chiffres du chômage donnent tord au gouvernement

On pouvait s'y attendre, la courbe du chômage n'a pas été inversée comme l’espérait benoitement le gouvernement. au contraire elle continue sa folle marche en avant. En décembre, on comptait 10 200 chômeurs de plus. Comment pourrait-il en être autrement avec les plans sociaux qui se succèdent en France ?

Sur l'ensemble de l'année 20013 le chômage a augmenté de 5,7%, c'est à dire 177 800 emplois en moins pour être concret. Ce sont 3 303 200 personnes qui n'ont exercé aucune activité durant l'année qui vient de s'écouler. Mais seulement pour la catégorie A, car les autres catégories B et C connaissent elles aussi un nette augmentation de demandeurs d'emplois qui n'ont exercé qu'une faible activité durant cette période (Il suffit d'un contrat précaire d'une journée pour être rayé de la catégorie A) + 22 000 sur l'année.

Depuis la Turquie où il se trouve actuellement en déplacement officiel, le chef de l'Etat a commenté ces chiffres de manière laconique : stabiliser, c'est ce que nous avons fait, ne suffit pas". "Nous devons faire l'inversion, a poursuivi le chef de l'État, s'il n'y a pas de croissance forte, il n'y aura pas de diminution du chômage. L'esprit du pacte de responsabilité c'est de permettre qu'il y ait une mobilisation des entreprises et des entrepreneurs.". Stabiliser le chômage, est-ce la dernière bonne blague du Président, alors que les chiffres du chômage ont encore battu un record historique ? Avons nous à la tête du pays des bureaucrates qui refusent de voir la réalité en face ?

Pourtant, une grande majorité de dirigeants de PME reconnaissent eux mêmes que pour embaucher, il faut qu'ils aient un carnet de commandes rempli, comme le rapporte l'Humanité aujourd'hui (Lire ICI) qui souligne également (graphique à l'appui) que la part des dividendes reversée aux actionnaires a explosée durant les 30 dernières années.

C'est un démenti cinglant pour les partisans de la politique de l'offre qui considèrent que la consommation des ménages est suffisamment dynamique et n'a pas besoin d'être soutenue. Les cadeaux aux entreprises (qui profitent surtout aux plus grosses d'entre elles) va donc continuer comme avant et la question est : jusqu'à quand ce pouvoir restera t-il enfermé dans le déni ?

Plus d'infos :

France Infos

Le JDD

Le Huffington Post

Les Echos

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :