Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Conférence de Presse d'Abdou Diallo au bar des 12 Apôtres

Regardactu, vous l'avez compris, se veut une site d'information interactif, participatif et citoyen. L'info autrement et vu par les citoyens eux même. C'est la raison pour laquelle j'ai souhaité que des camarades (c'est un joli nom camarade) acceptent d'apporter leur contribution et prennent la plume. De toute façon, je n'ai pas le don d'ubiquité ni le secret de la bilocation, de sorte que je ne peut être partout à la fois. C'était précisément le cas ce vendredi puisqu'à la même heure nous avions deux sujets importants à couvrir : L'un à Commentry avec la présentation de la liste et du programme de "Commentry pour tous" et l'autre à Montluçon avec la présentation du programme d'Abdou Diallo au "bar des 12 apôtres".

Alain a donc accepté de se rendre à la conférence de presse au "bar des 12 apôtres" pour rendre compte de cet évènement sur regard actu. L'information c'est aussi l'affaire de tous !

Conférence de Presse d'Abdou Diallo au bar des 12 Apôtres

Tout d’abord une présentation faite par Jean-Pierre Maury, pourquoi et comment cette liste « Montluçon dès demain » s’est construite, évoquant leur toute première réunion à 15 dans ce même lieu au-dessus du bar les « 12 apôtres », le 24 mars 2013.

Evocation des différentes réunions faites de démocratie participative pour construire un projet pour Montluçon sans avoir prévu, au départ, l’éventualité d’une liste autonome. Liste devenue évidente par la suite. Construite autour de personnes compétentes dans de nombreux domaines.

Puis Abdou Diallo précise qu’il a demandé à quelques colistiers d’évoquer quelques thèmes de campagne. En l’occurrence, Sylvie Sartirano, Dominique Siozard qui sera, en cas de victoire, adjoint aux sports, Francis Lavoine à qui il demande, avec beaucoup d’humour, de ne pas chanter pour présenter son projet.

Abdou nous parle de son projet sur « les solidarités » que vous pouvez découvrir dans la brochure jointe. Il parle également des belles rencontres faites tout au long de cette campagne et nous réaffirme qu’aucun d’entre eux n’est un professionnel de la politique.

Il nous fait part de son budget de campagne qu’il a tenu absolument à ce qu’il ne soit pas astronomique « en période de crise, il faut montrer l’exemple », pas comme certains autres candidats, « 8500 €, quand d’autres sont à 45000 €, d’autres à 27000€ et d’autres qui ne le disent pas ». « Nous n’aurons pas l’indécence de demander à des citoyens de participer par des dons ». « Nous, nous limitons notre budget, nous utilisons des salles municipales pour nos réunions mais nous allons communiquer différemment, avec les nouvelles technologies », « nous ne sommes pas obligés d’utiliser beaucoup d’argent pour faire bien ». En exemple le petit document joint, imprimé en 15000 exemplaires. « Pas besoin d’un grand spectacle avec feux d’artifices sur le dos du contribuables ».

Les petites flèches destinées à ses adversaires sont distillées avec humour mais n’en atteignent pas moins leurs objectifs.

Ce que veulent Abdou Diallo et son équipe, c’est une « Maison de l’Emploi » pour sortir Montluçon de cette paupérisation des emplois, accompagner les personnes dans leurs problèmes d’emplois : licenciements ou problèmes de formation, accompagnement individualisé des personnes.

C’est au tour de Dominique Siozard, major à l’école de gendarmerie en retraite, de nous parler du sport et de sa conception de la vie sportive pour les jeunes et moins jeunes mais aussi pour les personnes en situation de handicap, pour les pros et les amateurs avec la « Maison de la Motricité ».

Puis c’est au tour de Sylvie Sartirano, ex-huissier de justice, devenue gérante de société. Elle nous parle beaucoup de l’état d’urgence dans lequel se trouvent actuellement les agents territoriaux travaillant pour la commune. Elle nous évoque la GPEC (Gestion Prévisionnelle des Emplois et Compétences), de la mutualisation du travail, de la masse salariale, de la formation pour aller vers de nouvelles compétences.

NDLR : j’avoue que l’évocation des mots GPEC, masse salariale et mutualisation, ont fait remonter en moi mon expérience en tant qu’élu du personnel et je suis allé, à la fin de la conférence, lui demander en off ce qu’elle entendait par là….trop de personnel ? Compression possible ? Elle m’a assuré que non ! Et je dis bien assuré pas rassuré…

Viens ensuite l’évocation de la culture par Jean-François Roche. Il parle souvent de corrélation (peinant à se rappeler du mot « conurbation » évoqué à RMB par JM Auclair la semaine passée). Corrélation avec l’école, l’enseignement supérieur etc… « On ne pourrait pas imaginer un pays sans Ministère de la Culture et pourtant à Montluçon, depuis 6 ans, il n’y a pas de Direction de la Culture ! » Il évoque aussi qu’à Montluçon il y a une offre culturelle phénoménale mais qui est le fruit d’initiatives personnelles ou d’organismes (Guingois, MJC…).

Au tour de Francis Lavoine. Il nous évoque ses 30 ans d’engagement dans la lutte contre l’illettrisme. Il évoque la solidarité qui sert à rendre l’autre plus solide, mieux armé. « Hors, quand on ne maitrise pas le savoir de base, quand on ne maitrise pas les fondamentaux, est-ce qu’on est solide ? » Il parle de la politique avec son humour bien à lui, évoquant les professions de foi qui ne sont pas digne de foi justement mais que les gens ne comprennent pas parce qu’ils ne savent pas lire entre les lignes, qu’ils n’ont pas les codes, les clés. « Ils sont victimes de faux prophètes », « Les graffitis, à la différence des tags, sont porteurs de sens et quand on voyait 2 millions de chômeurs = 2 millions de bougnoules, l’effet de raccourci ! » Et pour les gens qui n’ont pas les codes… « J’étais un enfant ordinaire et je suis devenu un adulte en colère », « quand on n’a plus les mots, on en vient aux mains ! » Il nous précise que dans toutes les dictatures, on ne développe pas l’école. « En 6ème 20% des jeunes ne maîtrisent pas le langage, le collège les achèvent ! 350 000 personnes dans l’Allier, 35 000 personnes ne maîtrisent pas le code. » Il en vient donc à évoquer la « Maison des Savoirs » pour tous et fait un trait d’humour sur le sigle MST. Plus de subventions de l’Etat en faveur de ces populations déshéritées, un véritable problème sociétal. 80% des accidents du travail seraient dus au manque de compréhension des consignes de sécurité ! Puis il nous montre une affiche qu’il a trouvée dans un gîte : « SVP. Ne fumer pas dans les chambres pas respect de ce qui ne fume pas ». Pour montrer qu’on peut réussir quand on est illettré mais aussi, qu’on est plus vite fragilisé en cas de problème. Et de finir avec cette histoire : « un jour au zoo en passant devant la cage aux lions, la cage était ouverte, c’était midi et le gardien parti déjeuner avait inscrit : j’ai été mangé. »

A la fin, juste un petit mot de Farida Sadouki qui avoue s’être engagée auprès de gens de terrain.

La conclusion revient à Abdou Diallo. Il parle d’un projet global municipal qui a réuni toute une équipe de gens sympathiques et convaincus d’être utiles pour Montluçon….

Je demande en fin de réunion qu’elle sera la consigne de vote en cas d’élimination au 1er tour, il me réaffirme qu’il n’y en aura pas !

Une petite discussion sur le fait que FR3 n’avait convié que 3 des listes en concurrence : PS, UMP et FdG.

Un journaliste présent, dont je tairai le nom, m’a confié que c’était une bien belle liste agréable à interviewer, bien plus que les autres et même qu’il m’aurait bien vu sur cette liste….Comme j’avais mon T-shirt avec le A d’anarchiste, Francis n’a pas pu s’empêcher de dire que c’était le A d’Abdou.

C’était votre envoyé spécial pour le compte de Regardactu.

Alain Martin.

Abdou Diallo entouré de ses colistiers au bar des 12 apôtres.

Abdou Diallo entouré de ses colistiers au bar des 12 apôtres.

12 pages information liste d'Abdou Diallo

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :