Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rassemblement pour dénoncer les problèmes de remplacement dans l'éducation nationale.

Mardi 18 mars environ 40 personnes se sont rassemblées devant les inspections de l’Éducation nationale de Montluçon pour dénoncer les problèmes de remplacement dans l'éducation nationale à l'appel de parents d'élèves.

Il y avait essentiellement des parents d'élèves des écoles de Montluçon et Désertines (Jules Ferry, Jean Renoir, Balzac, Jean Giono, Elsa Triolet, Paul Eluard...), des parents de la FCPE, quelques enseignants et représentants syndicaux (SUD, FO, FSU). A noter la présence de Nelly Depriester et d'Abdou Diallo candidats à la mairie de Montluçon .

Les parents qui se sont organisés par réseau ont pu témoigner de la situation inacceptable vécue par leur enfant qui se retrouvent sans enseignant quand leur maîtresse ou leur maître sont absents. En effet les effectifs de remplaçants ne sont plus suffisants après des années de suppressions de postes. Ainsi des professeurs ne sont pas remplacés durant plusieurs jours, des remplaçants se succèdent dans les classes, les élèves sont partagés dans les autres classes ou restent chez eux mais dans les deux cas ne peuvent bénéficier d'enseignements. Ce sont parfois les personnels en contrats précaires ou les territoriaux qui aident les équipes enseignantes à gérer cette pénurie.

Cette situation a évidemment comme cause les milliers de suppressions de postes à l'échelle nationale durant le quinquennat de Sarkozy. En 2012, 13 postes de remplaçants avaient été supprimés dans l'Allier dont la moitié sur le bassin de Montluçon. Le nouveau gouvernement d'Hollande, qui avait fait campagne sur la priorité à l'éducation, avait donc du travail pour un véritable plan d'urgence pour l’École.

Au lieu de ça l'écran de fumée de la réforme des rythmes scolaire n'a pas suffit à masquer le manque criant de moyens : les milliers de poste créés cette année ne permettent même pas de suivre la hausse démographique. Ce ne sont donc pas des postes pour mieux encadrer les élèves mais à peine pour suivre la hausse du nombre d'élèves.

Dans l'Allier, la réalité est pire : pour 100 élèves en plus dans les écoles, 11 postes de professeurs des écoles fermeront à la rentrée 2014 (10 avaient fermé en 2013). Si l'inspection d'académie choisit de créer quelques postes symboliques de remplaçants, il faudra donc qu'il ferme des classes. Une bien triste réalité pour ce qu'il faut appeler désormais la « non refondation de l 'École ».

Pour que les enfants aient des enseignants devant eux et pour que le nombre d'élèves par classes baisse, il faut un budget plus élevé et donc des choix politiques allant de ce sens.

Pour cela il faudra continuer à lutter pieds à pieds et faire converger les contestations qui voient le jour comme aujourd'hui à l'initiative de parents d'élèves.

La colère et la lutte des parents d'élèves et des enseignants qui se sont exprimées ont les mêmes causes que celle des grévistes qui ont manifesté le même jour : la politique d'austérité qui détruit les services publics, engendre précarité et misère, détruit l'emploi, dégrade les conditions de travail et empêchent toute hausse légitime de salaire.

Erwan Charny

pétition pour les remplacements dans les écoles :

http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/remplacements-dans-les-%C3%A9coles-brigade-port%C3%A9e-disparue

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :