Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vous avez dit bilan et perspective ?
Vous avez dit bilan et perspective ?

Monsieur Dugléry persiste, il s'entête à vouloir faire croire aux électeurs qu'avant sa prise en main de la ville et de l'agglomération, il ne se réalisait rien. Tout allait à « vau-l'eau ». Le nouveau venu aurait alors tout fait, tout installé et crée un petit paradis à sa manière.
Dans un article reportage photos, paru sur le blog le 13/03/2014, il a été « fait litière » de cet extravagant discours mensonger et insultant à l'égard des habitants ayant vécu toute l'histoire contemporaine de notre cité. Histoire d'une richesse inégalable faite de bons et de mauvais moments car traversant des crises économiques et sociales dure à vivre aux simples gens !

Cet entêtement à vouloir effacer l'action sociale, de justice de rééquipement de ses prédécesseurs indique un état d'esprit maladif et chargé de suffisance dépassant l'entendement. Voilà que parait ces jours une brochure-propagande de 100 feuillets imprimés sur le compte du candidat RPR, candidat de la droite partiale et tonitruante Ce dépliant se veut à la fois bilan et programme pour aller vers 2020. Chaque chapitre, dix-neuf au total, commence de la même manière : « en 2001 (ou avant 2001), la ville était » dégradée, la ville était « prise dans la spirale du déclin », la ville était confrontée « aux violences urbaines» la ville connaissait une situation de logements « dégradés », etc, etc...Sur chaque page de présentation des dix-neuf chapitres, est reprise cette litanie ! Avant ou en 2001, il ne se passait rien à Montluçon, tout était négatif, la mort lente s'avançait, en quelque sorte inexorablement.

Comment ne pas voir que ce type de propos diffusés sans cesse, repris ici sans vergogne, est un style de communication déjà connu hélas, et expérimenté dans une période tragique de privation de liberté et d'occupation étrangère: 1939-1945 de triste mémoire...Le « Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose » ou le « plus le mensonge est gros plus il passe, plus souvent il est répété plus le peuple le croit, est là, utilisé ». Faut-il en citer les auteurs.

Au-delà de cette manière de faire qui ne grandit pas les auteurs, il faut surtout examiner ce que cela cache ? Une méthode aussi vulgaire ne peut empêcher l'examen d'une réalité vivante. Car, si le programme bilan du maire sortant était aussi porteur de développement, alors pourquoi de vastes zones d'ombres apparaissent-elles à de nombreux observateurs, à de nombreux montluçonnais vivant mal, astreints à des difficultés sociales énormes grandissantes. Quelques éléments socio-économiques non cités par cette propagande s'obstinent à rester d'actualité : Pour l'emploi, Montluçon connait avec 12,5%, le plus haut niveau de chômage de la région Auvergne. Encore en janvier dernier, les chiffres officiels annonçaient + 4,5 % de perte d'emplois !

Pôle emploi et l'ancienne usine BréaPôle emploi et l'ancienne usine Bréa

Pôle emploi et l'ancienne usine Bréa

Le niveau de salaire moyen connait aussi la même courbe délicate alors que 25 % des familles montluçonnaises vivent au niveau du seuil de pauvreté. Dites-nous, Monsieur Dugléry, pourquoi vos relations en haut lieu, votre carnet d'adresses n'a-t-il pas fonctionné pour sauver les emplois de chez Bréa, 124 licenciés sur la paille ! Comment expliquer que les subventions accordées à la Sagem-safran n'aient pas amené un seul nouvel emploi? Pacte de responsabilité avant l'heure peut-être ?

Et alors, la politique logement, pourquoi n'est-il-pas fait état dans cette propagande éhontée des sortants, ni des expulsions qui continuent sous la forme de pressions aux départs volontaires, ni de l'argent de l'OPHLM, c'est-à-dire des locataires qui sert à racheter les appartements délabrés du secteur privé ? On aimerait en savoir plus. Emprunts fonds propres ? Les satisfactions en matière d'urbanisme commercial sont étalées à longueur de page ! Mais dans cette folie des grandeurs touchant le grand commerce et les hypermarchés, comment négliger surtout les déséquilibres entre quartiers, les oppositions entre périphérie et centre. Les fermetures de commerces au centre-ville font « tâche » dans un moment de crise économique lourd à supporter par tous. Le tout-consommation facile concentré sans revalorisation de pouvoir d'achat est un non-sens politique et social !

Le sport spectacle est-il une bonne chose à Montluçon comme ailleurs. Le temps des embauches des professionnelles déguisées, pour le rugby comme pour le foot est-il la bonne manière de faire vivre le développement de cette activité humaine, nécessaire à un bon équilibre de vie, de santé ? Il y a beaucoup trop d'opacité en ce domaine pour se satisfaire des projections actuelles. Favoriser la mise en place d'équipements couteux et ouverts au financement privé ne peut remplacer la politique des écoles de sports par discipline et par club, club de quartier, d'entreprise ou scolaire... Mais au fait, que devient donc l'office municipal des sports ou la médecine sportive installés dans les années 80 ?

Pour la politique santé, faut-il avoir de la constance pour lire encore et encore les réflexions ressassées du maire, président du conseil de surveillance de l'hôpital public. En 13 ans seulement, tout l'édifice construit par le personnel soignant, les différents élus, les usagers, a tourné au désastre, mais comme d'habitude, ce n'est pas de la faute de ceux qui tenaient les rênes. Ni du Président en exercice, Mr Dugléry, ni des responsables de l'ARS (Agence Régionale de Santé) appliquant les réformes antisociales émanant du gouvernement Jospin d'abord et Sarkosy ensuite...C'est pas moi, c'est les autres, nous répète notre 1er magistrat sans cesse ! Honteux !

Eau et Assainissement, que voilà une question essentielle.

Peut-on souscrire à cette orientation soutenue par Monsieur Dugléry, de se lancer dans la mise en place d'une interconnexion des réseaux sur l'Allier. Raisons évoquées, les dangers d'un manque d'eau en cas de sècheresse, alors que le besoin d'un barrage est écarté ! Mais si sècheresse il y a, tous les bassins-versants des rivières seront touchés ensemble ?

Le siège du syndicat des eaux et le cher vers le pont du ChateletLe siège du syndicat des eaux et le cher vers le pont du Chatelet

Le siège du syndicat des eaux et le cher vers le pont du Chatelet

Faire participer les usagers du syndicat des eaux Montluçon Désertines est un acte forcé réalisé sans concertation et sans étude sérieuse finalisant les conséquences n'est pas indicatif de la démocratie dite participative annoncée !

Environnement, ramassage et traitement

Voilà un secteur d'activité sociale environnemental, de service qui est d'importance.
Les remarques citoyennes à cet égard ne semblent pas troubler les élus majoritaires.
Alors que l'éducation au besoin du tri sélectif se développe, les économies d'échelle échappent complètement à l'impôt nouvellement installé et renforcé ces derniers temps.
La transparence n'est pas de mise ! Oui, l'Environnement est un sujet prégnant. Dans la défense de l'environnement et de lutte anti-pollution, les évènements récents ne confinent pas les montluçonnais à la confiance.

La majorité municipale, elle, en se cachant derrière les plans d'actions environnementales et les émissions de CO2, oublie de parler sérieusement des questions soulevées par les salariés des usines polluantes et esquive bien sûr sa responsabilité sur des sujets tels que les super nuisances de l'usine de retraitement Recycling comme sur les incidences environnementales d'AL CHEM, sans évoquer les pollutions sur les terrains Landys et Gyr.

La Sagem et Environnement RecyclingLa Sagem et Environnement Recycling

La Sagem et Environnement Recycling

Serait-ce là des sujets tabous pur ne pas déranger les dirigeants de ces établissements ou de l'incompétence sociale et écologique ? Le plan de prévision des risques a des exigences qui concernent avant tout les entreprises, leur volonté, leur savoir-faire en relation avec l'environnement populaire de leur implantation.

Les impôts locaux n'augmentent pas nous dit avec « fort ton d'exaspération » Monsieur Dugléry. Il se satisfait de dire que les taux municipaux n'évoluent pas ! Mais il ne veut pas comprendre que le jugement des citoyens se fait à la hauteur comparée des sommes demandées à chaque contribuable ! Or cette somme évalue à la hausse chaque année !
Une étude récente met les choses au point à propos de la situation à Montluçon. Le magazine Capital en fait l'écho. Les impôts compris taxes et charges font partie des échecs du maire sortant. Ses opposants ont raison de vouloir y mettre bon ordre ! C'est la justice sociale qui le commande !

Le recours au privé

Même pour les élus de la droite UMP, UDI et affiliés, la dette communale n'est pas simple à juguler... Placé en situation délicate, l'intervention par des financements privés est devenue régulière dans la gestion UMP. Directement pour mettre en œuvre des équipements sportifs, c'est devenu une seconde nature en terre de droite avec les scandales qui s'y rattachent, quant aux contrats qu'imposent « les gros » du bâtiment et travaux publics, de l'eau et de l'environnement. Des exemples nationaux scandaleux à tout point de vue ont été diffusés dernièrement par France 2.

A Montluçon et Commentry, la course aux équipements à réaliser au plus vite, a conduit les élus en place à faire appel à ces financements. Centre aqualudique, centre administratif vont être payés par les contribuables pratiquement au double niveau du coût des projets dès le départ annoncé...

Centre aqualudique et batiment communauté de commune et ville de Montluçon.
Centre aqualudique et batiment communauté de commune et ville de Montluçon.

Centre aqualudique et batiment communauté de commune et ville de Montluçon.

Mais il y a plus en matière de transfert de gestion de services ou d'entretien du patrimoine. Ainsi, pour les transports urbains considérés comme en régie municipale. Mais régie qui n'est pas de la responsabilité stricte de la collectivité locale. En effet, puisque c'est là encore une société privée d'envergure nationale et européenne qui par contrat d'une dizaine d'années (récemment renouvelée d'ailleurs) gère le réseau à partir de ce qui se nomme une délégation de service public. Cette société a le pouvoir d'embauches, les statuts des salariés sont privés. L'achat et l'entretien des matériels est du ressort de cette entreprise qui dégage un substantiel profit du budget global voté par les élus de la collectivité.

Maelis
Maelis

Maelis

On comprend dès lors pourquoi, quand la suggestion de réduction des billets au public, ou quand les questions de la gratuité sont posées sur la table, les uns les autres répondent : « Circulez, il n'y a rien à voir ! » Circulez d'autant plus que ces mêmes élus militent pour diminuer, voire faire disparaitre la taxe transport qu'acquitte les entreprises possédant plus de 9 salariés sur l'agglomération. Monsieur Dugléry, pourquoi ne parlez-vous pas de tout cela dans votre bilan des 2001/2014 ?

Montluçon existait avant vous et existera (mieux) Après, il faut vous en convaincre !
En regard de ces exemples, de non-interventions ou d'erreurs d'analyses et de solutionnement – pensons ici à la situation de l'hôpital – peut-on parler de réussite d'une gestion, peut-on penser répondre aux besoins les plus sensibles des familles en laissant aller les choses telles qu'elles vont aujourd'hui. Vous n'êtes pas le sauveur Montluçonnais que vos colistiers applaudissent, non, ni Dieu, ni demi-Dieu ! Pas même un Hercule aux petits bras. Lui, Hercule, celui de la mythologie grecque, avait réussi ses 12 travaux commandés par Eurysthée son mentor, en guise de pardon de ses erreurs passées ! Vous, le chemin que vous tracez est celui d'une accélération de la crise nationale et globale en territoire municipal.

Avec vous et vos amis, les lois de la finance occupent tous les niveaux de la vie sociale écologique et civilisationnelle comme l'indique ce qui précède.
Il est temps de faire vivre le programme de l'Humain d'Abord. Celui que portent chacune à leur manière et avec originalité, les équipes du Front de Gauche sur l'ensemble du bassin montluçonnais. Comme le disent ces candidats là, si vous avez le cœur à gauche, donnez un coup d'arrêt sérieux aux politiques libérales d'où qu'elles viennent.

Paul CRESPIN, en toute citoyenneté
Montluçon, le 17/03/2014

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :