Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Plus vite et plus fort.

Le nouveau Premier ministre a prononcé sont discours d'investiture au terme duquel il a demandé un vote de confiance aux députés de sa majorité. Une fois encore, il a été suivi et pour une raison simple : si la confiance ne lui avait pas été accordé, on se dirigeait tout droit vers la dissolution de l'Assemblée nationale et vers de nouvelles élections qui auraient abouti à coup sur au retour de la droite. Pour la très grande majorité des députés, cela voulait dire perdre leur mandat et tous les avantages qui y sont liés. C'est donc par une majorité confortable de 306 voix pour que Manuel Valls a été définitivement installé dans ses fonctions.

Pourtant, le discours de ce dernier a signé définitivement le divorce avec les Français et plus particulièrement avec les électeurs de gauche. Plus vite et plus fort, telle est la conduite que Manuel Valls a déclinée dans son discours concocté avec le Président de la République. Plus de cadeaux aux entreprises (30 milliards) plus d'économies (50 milliards), ce qui se traduira concrètement par encore moins de services publics, moins de prestations sociales, moins de remboursements, moins d'argent pour les collectivités. Bref, tout ce que l'électorat de gauche qui s'était massivement abstenu lors des municipales, avait rejeté, sera amplifié et accéléré. Pourtant, dans son discours de politique général, Manuel Valls a lancé du haut de la tribune de l'Assemblée nationale "La parole publique est devenue une langue morte pour les Français". Ce qui ne l'empêche pas d'accentuer le divorce avec eux en précipitant les évènements.

Il n'est même plus nécessaire d'expliquer pourquoi les politiques d'austérité menées par les gouvernements de droite et de "gauche" sont absurdes. On en voit les effets dans tous les pays d'Europe et plus encore d'Europe du sud. A ce stade on peut même parler d'aveuglement. Cet aveuglement aura des conséquences funestes pour la démocratie elle-même, car dans ces conditions, l'abstention et la rancœur ne peuvent que s'amplifier d'avantage.

Cette assemblée qui ne compte pratiquement plus d'ouvriers ou d'employés est-elle encore crédible ? Aucun de ces députés ne subit la crise. Et puisqu'elle n'entend même plus les citoyens que reste-t-il pour se faire entendre ? À part, la rue, je ne vois pas trop. Les réformes annoncées vont être d'une extrême violence pour les classes modestes, c'est-à-dire l'immense majorité dans le pays. La vérité apparait toute crue. Seule une mobilisation de grande ampleur peut encore inverser le cours des évènements à l'instar de ce qu'à entreprit le peuple espagnol dans sa grande marche sur Madrid. Nous aussi, nous y viendrons. Tôt ou tard, mais nous y viendrons. C'est notre seule chance de salut.

Plus d'infos :

Résultat du vote de confiance

Médiapart

Et pour celles et ceux qui ne sont pas abonnés à Médiapart, voir l'article en PDF plus bas..

Ci-dessous, le discours de politique générale prononcé par Manuel Valls ce mardi 8 avril à l'assemblée nationale. Un discours qui signe la fin définitive de son appartenance à la gauche.

Tag(s) : #National

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :