Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'accord UNDEDIC du 23 mars contesté par Martine Aubry et Jean-Christophe Cambadelis

C'est un coup de théâtre qui vient de se produire. Martine Aubry, ancienne ministre du travail et adversaire malheureuse de François Hollande lors des primaires socialistes aux présidentielles de 2012 sort de son silence et demande à François Rebsamen, l'actuel Ministre du travail de s'opposer à ratification de la nouvelle convention UNEDIC signée par les "partenaires sociaux". Pourtant aucun des médias nationaux n'a relayé cette information, pourtant essentielle.

Dans ce courrier adressé au ministre et dont regardactu a pu se procurer une copie, Martine Aubry n'y va pas avec le dos de la cuillère :

Vous le savez, j'ai apporté depuis plusieurs mois mon soutien aux intermittents, alors que l'accord signé le 22 mars dernier pour la réforme de la convention de l'assurance-chômage durcit injustement et déraisonnablement, leur régime

Et l'ex secrétaire nationale du Parti socialiste enfonce le clou.

Aujourd'hui, je vous demande de ne pas agréer le texte de la convention UNEDIC qui sera soumis au gouvernement dans les prochains jours

L'irruption de l'ancienne candidate aux primaires socialistes sur les questions de justice sociale pourrait bien signer la fin de la trêve entre elle et François Hollande. Cette demande formulée par l'ancienne secrétaire du Parti socialiste est un coup dur pour le Président de la République qui est déjà au plus bas dans les sondages. Si le gouvernement approuvait la nouvelle convention chômage, il pourrait s'attendre à une fronde encore plus importante dans ses propres rangs. Voici ci-dessous l'intégralité de la lettre de Martine Aubry à François Rebsamen. Contacté par regardactu, la Mairie de Lille à confirmé l'authenticité de ce courrier.

L'accord UNDEDIC du 23 mars contesté par Martine Aubry et Jean-Christophe Cambadelis
L'accord UNDEDIC du 23 mars contesté par Martine Aubry et Jean-Christophe Cambadelis

Le courrier de Martine Aubry à François Rebsamen en PDF

Mais mieux encore, le secrétariat de Madame Aubry nous a transmis le courrier que Jean-Christophe Cambadelis, Secrétaire Général du Parti Socialiste a également envoyé au ministre du travail. Un courrier qui va dans le même sens, même s'il ne demande pas explicitement que l'accord du 23 mars ne soit pas agréé. La formule est plus nuancée comme on peut en juger :

Nous croyons indispensable que le gouvernement prenne en compte les conséquences négatives de cet accord avant tout agrément par le ministre du travail et s'engage dès à présent publiquement sur la reprise des propositions portées par le comité de suivi.

La fronde gagnerait-elle le sommet du Parti socialiste ou bien ce courrier n'est-il que de la poudre aux yeux pour mieux préserver l'avenir ? Aux lecteurs d'en juger en prenant connaissance de l'intégralité de cet autre courrier ci-dessous

L'accord UNDEDIC du 23 mars contesté par Martine Aubry et Jean-Christophe Cambadelis
L'accord UNDEDIC du 23 mars contesté par Martine Aubry et Jean-Christophe Cambadelis

Le courrier de jean-Christophe Cambadelis à François Rebsamen en PDF

Pendant ce temps, les actions d'éclat des intermittents se poursuivent. Après la journée d'actions coordonnées du 5 mai (lire ICI), les intermittent de St Étienne ont envahi l'opéra théâtre de leur ville hier pour exiger du représentant FO des explications à propos de la signature de son organisation (lire LA). Le 30 mai, les intermittents de Rodez appellent à un rassemblement lors de la venue de François Hollande et d'Aurélie Filippetti pour l'inauguration du musée de Soulages (voir l'affiche ci-dessous).

L'accord UNDEDIC du 23 mars contesté par Martine Aubry et Jean-Christophe Cambadelis
L'accord UNDEDIC du 23 mars contesté par Martine Aubry et Jean-Christophe Cambadelis

Plus on avance dans le temps et plus la pression s'intensifie sur le gouvernement qui s'apprête à entériner à nouveau un recul social majeur pour les précaires déjà durement touchés par la crise. Mais si le Président de la République a montré par le passé qu'il n'était pas indifférent aux revendications du MEDEF et de la finance, il n'a en revanche jamais cédé aux revendications des citoyens eux-mêmes. Ce serait donc une première.

Tag(s) : #National

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :