Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'exercice d'alerte dans l'usine d'All'Chem était prévu de longue date. Les riverains avaient été informés en amont et c'est donc sans surprise que certains ont entendu la sirène se déclencher vers 19H. Certains, mais pas tous, car la sirène même si elle est conforme, ne suffit pas pour couvrir efficacement l'ensemble de la zone concernée par l'obligation de confinement en cas d'incident grave.

C'est en tout cas le premier enseignement que l'on peut tirer de cet exercice grandeur nature qui a mobilisé de nombreux acteurs. Pompiers, SAMU, DREAL (Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement), policiers, sécurité civile se partageaient les rôles et l'on pouvait observer le professionnalisme de toutes celles et tous ceux qui s'étaient déployés dans les différents secteurs. Chacun occupait sa place sur le terrain consciencieusement pour être le plus efficace possible, alors que la Préfecture coordonnait l'ensemble du dispositif.

Les responsables de la FRANE (fédération Auvergne Nature Environnement) étaient également sur les lieux en tant qu'observateurs.

Les pompiers étaient venus en force car c'est sur eux que reposait l'essentiel de l'exercice

Les pompiers étaient venus en force car c'est sur eux que reposait l'essentiel de l'exercice

À l'intérieur de l'usine les secours procèdent à l'évacuation d'une victime fictive.

À l'intérieur de l'usine les secours procèdent à l'évacuation d'une victime fictive.

Le panneau à l'intérieur de l'usine est là pour inciter le personnel à rester attentif à la sécurité.

Le panneau à l'intérieur de l'usine est là pour inciter le personnel à rester attentif à la sécurité.

Certains pompiers ont revêtu des combinaisons entièrement étanches

Certains pompiers ont revêtu des combinaisons entièrement étanches

Sur place, les secours organisent l'intervention

Sur place, les secours organisent l'intervention

Pourtant, Catherine Genet, Présidente de l'association des riverains d'All'Chem pointe les limites d'un tel exercice car plusieurs établissements autour de l'usine n'avaient pas eu d'information à propos de cette entreprise (pourtant classée SEVESO 2 seuil haut), sur la nature des risques encourus et sur les mesures de protection et de confinement qui auraient du être pris. Ce fut le cas par exemple à l'hôtel formule 1 dont le personnel n'avait pas été informé en amont. D'autres commerces au centre St jacques avaient baissé le rideau avant même le début de l'alerte. La situation la plus inquiétante de toutes étant celle de la résidence pour personnes âgées (DOMYTIS) dont les responsables ont refusé l'accès des locaux aux observateurs agrées et identifiables grace à leur gilets fluos. Les résidents n'ont donc pas pu être auditionnés à propos de cet exercice d'alerte.

Catherine Genet, Présidente de l'association des riverains d'All'Chem pointe les limites d'un tel exercice.

De fait cet exercice s'apparentait plus à une répétition pour le personnel des secours qu'à un véritable exercice en situation "proche du réel" pour tester la réaction des riverains. Bien sur, les plus proches de l'usine d'All' Chem avaient plutôt bien réagi. Normal, ils étaient déjà sensibilisés par l'association présidée par Catherine Genet. Mais pas tous. C'est ce qu'à pu constater regardactu en interrogeant certains locataires des logements de l'OPHLM de la rue de la Glacerie. Aucun n'avait reçu le dépliant, alors qu'ils auraient du en être destinataires. Aucun ne connaissait les procédures de confinement.

D'ailleurs, les logements de l'OPHLM de la Glacerie semblent dépourvus de tout aménagement de confinement pourtant obligatoires. L'OPHLM a-t-il des projets pour ces logements ? Nul ne le sait.

En continuant mon chemin, rue de la Glacerie je croise deux mamans avec leurs enfants, dont un tout petit dans une poussette. Pourtant, l'exercice n'est toujours pas fini. Elles savent le bien , mais justement, ce n'est qu'un exercice. C'est sur, il y encore du chemin à faire pour sensibiliser les habitants du quartier.

Certains ont décidé de ne pas participer à l'exercice de simulation d'incident grave et vaquent normalement à leurs occupations

Certains ont décidé de ne pas participer à l'exercice de simulation d'incident grave et vaquent normalement à leurs occupations

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :