Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Florence Boone, la nouvelle conseillère de François Hollande.

Remplacer un ex de la banque Rotchild par une économiste de la Bank of America, qui plus est, membre du conseil d'administration du groupe de François Pinault, augure t-il d'un changement de stratégie de la part du Président Hollande ? Certainement pas. Tout au plus peut-on parler d'ajustement de la stratégie mise en œuvre et peut être d'accélération des grandes réformes du marché du travail tant désirée par les actuels employeurs de la nouvelle conseillère.


Pour ceux qui se demandent qui est cette nouvelle venue, il suffit d'aller consulter l'article e Médiapart de ce jour (ICI) ou d'en prendre connaissance en document attaché, pour se rendre compte que nous avons à faire avec Laurence Boone à un pur produit de la doxa libérale. Après avoir fait de hautes études (Lire LA), Laurence Boone s'est mise au service des grandes banques et des grands groupes financiers. Elle est, par exemple, convaincue que c'est la "rigidité" du marché du travail qui prive la France de sa compétitivité. C'est pourquoi elle partisane de grandes réformes structurelles pour assouplir le droit du travail et c'est peut-être pour cela qu'elle a été sollicitée par l'Elysée comme conseillère du Président.

Dans son intervention devant des patrons (voir ci-dessous) elle se dit également convaincue que des ajustements sont nécessaires dans les économies de la zone euro et parle des pays comme d'entités économiques abstraites sur lesquelles il faut peser, y compris avant que les parlements ne soient saisis de ce qui relève pourtant de l'essentiel de leur souveraineté : le budget.

Il faut bien comprendre l'importance de ces nominations. Ces conseillers de l'ombre ont souvent plus de poids et d'influence que les ministres eux -même. Pourtant, ils et elles ne sont pas élus. Ils sont surtout les représentants des lobbies des banques et des grands groupes. Qui peut encore parler de démocratie ? Au demeurant, tout le monde aura noté la gigantesque duperie dont s'est rendu coupable le Président qui s'est fait élire en prétendant que son "véritable ennemi, c'est la finance" et qui ensuite se fait conseiller par ses représentants les plus caricaturaux. Bravo l'artiste !

Article paru dans Méiapart le 10 juin 2014

Tag(s) : #National

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :