Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il se passe toujours quelque chose à l’Office Public de l’Habitat de Montluçon, pour preuve ces dernières semaines, un mouvement de mécontentement chez les locataires ou encore les démarches de la direction à propos des besoins financiers de l’organisme entreprises auprès des décideurs ministériels.

Paul Crespin Président de l’OPHLM de 1989 à 2001 a fait connaitre sa réaction, comme il l’avait déjà fait durant la campagne des municipales.

Logement social : Répondre aux besoins des locataires !

Nous avons durant la campagne des municipales, mis en exergue la situation du logement social sur notre agglomération et plus particulièrement celle de la ville-centre. Les dirigeants de l’OPH de Montluçon affirmaient alors que leur bilan était parfait (d’ailleurs rien n’avait été fait avant 2002 selon eux) mais cette auto-félicitation ne corroborait pas l’opinion des locataires en général ni celle de leur confédération, la CNL, en particulier.

Quatre des aspects délicats de la réalité du logement social sont visibles aux observateurs attentifs sur notre secteur urbain et péri urbain :

1 – Au plan de l’évolution démographique, la capacité d’accueil du logement est surdimensionnée ! Montluçon perd de la population et le vieillissement s’appuyant sur le départ des jeunes en est une donnée incontournable. Engagés depuis le lancement de l’ANRU en une pratique de démolition, les dirigeants de l’agglomération et de l’office de l’habitat ne savent plus où s’arrêter ! Bien Assis et Pierre Leroux sont, entre autre, dans le viseur pour de prochaines déconstructions.

Les tours de bien assis et Pierre Leroux seront-elles déconstruites ?
Les tours de bien assis et Pierre Leroux seront-elles déconstruites ?

Les tours de bien assis et Pierre Leroux seront-elles déconstruites ?

2 – Les niveaux de vie des habitants locataires (autant publics que privés) évoluent à la baisse, la casse de l’emploi et les politiques d’austérité nationale n’y sont pas pour rien. Les familles recherchent des appartements ou pavillons, à la fois aux normes économies d’énergie et qui soient d’une qualité d’habitabilité correcte. Mais ici, la pratique des hausses locatives et des charges ne s’inversent pas et pèsent lourdement dans cette attente pourtant légitime. Les conflits en cours en portent témoignage !

3 – On ne communique que peu à l’OPH quand il s’agit de connaitre, par exemple, si sont utilisés les Provisions pour Grosses Réparations, budgétisées chaque année ? Provisions qui peuvent varier entre 400 et 550 euros par logement dans les SA d’HLM ou les OPH selon les décisions votées en conseil d’Administration… Un argent des locataires pris sur les loyers… Le silence règne aussi, quand il s’agit de savoir si les dires de monsieur le Directeur d’un besoin de reconstituer les fonds propres (retranscrit il y a peu par le journal ‘’ La Montagne ‘’) étaient réels ou non, réorganisés ou non ?

4 - Enfin de savoir si la pratique voulue et répétées par l’Office pour un rachat étendu des ilots mal entretenus voir insalubres en secteur privé en ces années de crise, plonge ou non les comptes de ce dernier dans un inconfort notable. Inconfort qui amènerait ses organisateurs locaux à rechercher des crédits divers (bancaire ou d’état) après s’être vantés d’avoir tant et tant obtenu de l’Agence Nationale de Renouvellement Urbain. Le budget de l’office ne suffit pas à répondre aux demandes de réhabilitations des cités qui le demandent. On nous parle d’un besoin de 13 millions d’euros en réhabilitation et autant en déconstruction pour conforter les programmes en cours d’élaboration.

Les démarches récentes entreprises par les dirigeants actuels de l’établissement montluçonnais interpellant les services du ministère du logement et de la réhabilitation urbaine ces derniers jours à Paris, confirment s’il le fallait les besoins à couvrir. Cela rappelle la validité des craintes émises par les élus Front de Gauche qui, parlaient et parlent encore, de priorité à donner à l’Humain dans la gestion municipale. Ils avaient conscience des difficultés sociales qui s’accumulaient en secteur montluçonnais, conscience aussi des baisses envisagées des dotations de l’état qui obligeront à des redéploiements voir à des hausses de loyers et des charges…

Puissent les tenants des réformes nationales à venir, comprendre enfin que ce n’est pas la modification de l’organisation des territoires qui urge mais le changement de cap des politiques d’état, celles du logement social et de l’urbanisme si chères à Mme Duflot et à Mr Ayrault qui n’ont pas fait varier d’un pouce la situation de crise du logement qui dure et perdure depuis les années Chirac- Sarkozy.

Il faut savoir changer de cap, quand il est temps ! Et pour cela garder en tête les points de repère socio-écologiques essentiels suivants:

  • Alors que les hausses de loyers ont évolué en moyenne de 4,5% depuis 5 ans, (sources nationales) le relèvement des aides personnalisées a été inférieur à 2%. En cela, agir pour une revalorisation de l’APL est urgent, tout le monde s’y retrouvera, à la fois les locataires à faible revenu et également l’incidence positive sur le niveau des impayés pour l’office. Sait-on assez que parmi les ménages défavorisés logés en secteur social 76% d’entre eux, reçoivent un revenu inférieur au SMIC et les autres (entre 76% et 99%) entre un et deux SMIC ?

  • Alors qu’il faudrait faciliter l’aide à la pierre par des interventions directes d’état et la baisse de la TVA généralisée à 5,5 % comme décidé sous le gouvernement Jospin, cette TVA ne fait qu’annuler et pénaliser les efforts de la construction HLM

  • Déconstruire systématiquement les immeubles en hauteur pour les remplacer par des constructions en bande de caractère pavillonnaire étriqué, ne règle pas la question du respect des normes urbanistiques et environnementales posées à notre société !

Voilà des pistes de travail et de luttes pour les défenseurs du logement social, pistes à confirmer face aux politiques d’austérité qui s’appliquent au niveau gouvernemental, et que rejettent dans leur masse les familles populaires…

PAUL CRESPIN Montluçon le12/06/14

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :