Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'abattoir de Gad à Josselin en liquidation à son tour

Au mois d'octobre 2013, les salariés de Gad sur le site de Lampaul-Guimiliau (Finistère) se battaient pour obtenir de meilleures conditions de licenciement (notamment pour le doublement de leur prime, lire ICI). Ceux-ci avaient bloqué l'usine de transformation de Josselin, espérant dans le même temps le soutien des salariés du site.

Tout le monde se souvient qu'environ 400 salariés de l'usine étaient alors sortis pour expulser la soixantaine de grévistes de Lampaul -Guimiliau qui formaient le piquet de grève devant l'entrée du site. Une bataille entre salariés, cela faisait tache. Voir les deux vidéos tournée au mois d'octobre dernier. Les salariés licenciés leur disaient bien alors que ce serait bientôt le tour de ceux de Josselin, mais rien n'y avait fait.

Vidéo I télé.

le télégramme

Or, à peine dix mois plus tard, c'est au tour des salariés de l'abattoir GAD Josselin de subir le même sort. Le parti-pris en faveur de leur patron que certains d'entre eux ont préféré à la solidarité avec leurs collègues de Lampaul-Guimiliau ne leur a donc pas servi à grand chose et surtout pas à les sauver eux-mêmes. La preuve, la direction de l'entreprise leur annonce qujourd'hui que l'entreprise va déposer le bilan fin août, début septembre.

Il n'est n'est cependant pas question de juger les salariés de Josselin. La peur de perdre son emploi est parfois mauvaise conseillère, d'autant que s'ils avaient su que le même sort les attendaient quelques mois plus tard, ils auraient sans doute choisi de soutenir leurs camarades en lutte. Mais voilà, les patrons savent bien cacher leur jeu et ont compris que pour gagner, ils doivent être capables de diviser les salariés entre eux. Dans l'affaire des abattoirs de Gad, les cadres ont parfaitement rempli leur contrat et percevront peut-être une jolie gratification en récompense de leurs loyaux services.

1 000 emplois sont directement menacés par ce dépôt de bilan. Si on ajoute les 900 emplois supprimés au mois d'octobre dernier, cela fait une addition salée pour l'emploi dans une région qui a déjà beaucoup souffert ces derniers temps.

La rentrée n'est pas encore là que déjà deux plans sociaux majeurs viennent d'être annoncés ( Altia avec 1 000 emplois menacés sur une dizaine de sites et maintenant GAD Josselin avec 1 000 emplois supplémentaires). Et rien ne dit qu'il n'y aura pas de nouvelles annonces. La rentrée sera-t-elle chaude ? En tout cas tout concourt à ce qu'elle le soit.

Plus dinfos :

Le Monde

Le Parisien

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :