Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le groupe Altia placé en redressement judiciaire : des centaines d'emplois menacés

La multinationale Altia est en grande difficulté. Le groupe emploie environ 3 500 personnes dans le monde dont un bon millier en France répartis dans une dizaine d'entreprises sur le territoire national. Or presque toutes viennent d'être placées en redressement judiciaire.

Caddie, une des filiales du groupe avait été rachetée par Altia en 2012 et le gouvernement avait mis la main à la poche via la Banque publique d'investissement (BPI) pour soutenir le groupe Altia. 8 millions d'euros avaient ainsi été versés. Mais les investissements qui auraient pu être réalisés en contre partie pour moderniser l'outil industriel, n'ont, semble-t-il, jamais eu lieu. Toujours est-il qu'aujourd'hui, c'est la presque totalité des filiales qui sont placées en redressement judiciaire (46 sur 48).

Certains salariés n'hésitent pas à dénoncer un manque de contrôle de l'État dans l'utilisation des fonds versés pour aider les entreprises en difficulté. Le fait est que celui-ci se retrouve une fois de plus devant le fait accompli, car les dirigeants d'Altia ont continué à administrer le groupe à leur convenance.

Cette nouvelle intervient alors que la situation sur le terrain de l'emploi ne cesse de se dégrader malgré les annonces du gouvernement. Le fait est que les cadeaux aux grands groupes n'incitent pas pour autant ceux-ci à investir dans l'appareil productif. Du coup, on est en droit de se demander comment sont utilisés les aides et les cadeaux en tout genre dont bénéficient principalement les multinationales qui continuent pourtant à supprimer des milliers d'emplois en utilisant toutes les facilités que leur offre la législation actuelle pour se défausser de leurs responsabilités.

Chez Altia, ce sont plusieurs centaines d'emplois qui sont directement menacés par des restructurations massives ou des dépôts de bilan en série. Au final, les salariés pourraient bien perdre leurs emplois et les contribuables seraient floués une fois de plus.

Cela pose encore une fois le problème du contrôle des aides accordées par l'Etat et de l'utilisation de l'argent public. On peut en effet se demander avec raison si ces aides ne servent pas parfois à alimenter des réseaux spéculatifs plutôt qu'à l'investissement productif. La CGT Altia en creuse est d'ailleurs très explicite à ce propos. Voir ICI ce qu'ils disent à propos des aides publiques accordées à Altia.

Plus d''infos :

France Infos

Libération

Le Parisien

20 minutes

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :