Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mercredi prochain, le patronat mettra sur la table son plan pour soit disant créer plus d'un million d'emplois. Les propositions que le MEDEF entend soumettre "aux partenaires sociaux" risquent de faire grand bruit si l'on en croit un article paru dans Les Échos ce dimanche, car le MEDEF n'y va pas avec le dos de la cuillère.

En bonne place figure évidemment le relèvement des seuils sociaux qui donnent obligation aux entreprises de créer des instances représentatives du personnel ( DP, CE, CHSCT). Mais pas que ! Il en faut beaucoup plus pour satisfaire le MEDEF et les patrons revanchards qui au nom de la modernité, voudraient bien revenir à la belle époque du 19em siècle.

C'est ainsi que les patrons proposent rien de moins que de supprimer certains jours fériés, autoriser le travail le dimanche, déroger à la durée légale du travail et au salaire minimum pour certaines catégories de personnes. Bref une modernité qui ressemblerait trait pour trait à ce qu'ont vécu nos grands-parents avant qu'ils ne décident de déclencher une grande grève générale. C'était en 1936.

Pendant ce temps, le sénat a refusé de valider, et même de publier le rapport de la sénatrice communiste Michelle Demissine (que vous pouvez retrouver ICI) et qui fait la démonstration que les énormes cadeaux aux entreprises n'ont pas permis d'endiguer le chômage. Au contraire puisque la plupart des grandes entreprises qui bénéficient des allégements fiscaux continuent dans le même temps à diminuer leurs effectifs.

Les députés devront avoir les exigences du MEDEF en tête au moment du vote de confiance que le Premier ministre va leur soumettre mardi, car dès le lendemain le Patron des patrons passera à l'offensive avec ce dossier explosif.

Plus d'infos :

Les Echos

France Infos

Le JDD

Le Huffington Post

Le parisien

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :