Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'avais lancé un appel sans grand espoir sur ma page Facebook, car ni moi, ni Alain ne pouvions assister au concert de Solidarock. Il y a des moments comme ça où les évènements se liguent et vous empêchent de faire ce que vous souhaitez. Cet appel a été entendu grâce à Bruno qui a relayé l'info et finalement c'est Erwan qui a accepté de nous envoyer un compte-rendu. Un grand merci à Erwan qui était présent sur place et nous livre ses impressions.

Didier Ciancia était aussi dans la foule des spectateurs avec ses appareils photos et a pris de nombreux clichés. Il ne me restait plus qu'à assembler les clichés et les commentaires pour vous livrer ce petit reportage maison qui cette fois-ci en tout cas illustre bien ce que ce site d'informations locales aspire à devenir : un blog participatif et interactif, fruit d'un travail collectif. Moi...j'adore ! Voici donc Solidarock, comme si vous y étiez...

Solidarock à St Eloy : A fond dans les binious !

Arrivé à 10h à St Eloy à 22 après avoir eu l'impression de tourner en rond autour d'un grand monstre qui crachait de la fumée toute la nuit.

« Rockwool, prend à droite !

-Naaaaaaaaaaaaan... ce soir c'est Solidarock !

-Ben, on devrait faire un Solidaires Rockwool, non.

-T'es en vacances, il fait nuit, lâche un peu »

On arrive.

Les Pieds Sales programmés à 20h jouaient encore, on va bien en avoir jusqu'à tard cette nuit. Des jetons, 3 bières (parce qu'on est trois) et une écoute, avouons-le, plutôt distante parce qu'on les a pas mal vus quand même. Et qu'on a le droit de boire peinards.

L'ambiance est vraiment détendue, le lieu est sympa. Des cheveux trop longs et mal coiffés, une démonstration de Kamasutra avec une contrebasse sur scène, on s'approche. C'est la 1ère fois que je vois les Pieds Sales sur une grande scène et ça en jette pas mal. Le public joue bien le jeu de la guerre de religion, mais ... des croyants contre des non croyants, est-ce bien une guerre de religion ?

Les pieds sales : "ça en jette pas mal" (clichés Didier Ciancia)
Les pieds sales : "ça en jette pas mal" (clichés Didier Ciancia)
Les pieds sales : "ça en jette pas mal" (clichés Didier Ciancia)
Les pieds sales : "ça en jette pas mal" (clichés Didier Ciancia)
Les pieds sales : "ça en jette pas mal" (clichés Didier Ciancia)
Les pieds sales : "ça en jette pas mal" (clichés Didier Ciancia)
Les pieds sales : "ça en jette pas mal" (clichés Didier Ciancia)

Les pieds sales : "ça en jette pas mal" (clichés Didier Ciancia)

Fin des pieds sales, pause, pied de la pompe commence. Un festival qui marche sur ses deux...« Arrête les calembours foireux

-sur ces deux oreilles.

-Pfff »

Là c'est une découverte, l'écoute est plus attentive. Il y a un truc original (pas trouvé mieux comme adjectif) dans le son, un rock lourd teinté d'électro et surtout, ils ne sont que trois (2 guitares, une basse) mais on entend autre chose et ce n'est pas que l'ordi. Révélation, ils jouent aussi avec leurs pieds. D'où le nom, d'où les instruments en plus. Pour mieux comprendre, allez sur leur site. Faudra que je les réécoute plus au calme et moins tard.

Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)
Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)

Le Pied de la Pompe, "ils jouent aussi avec leurs pieds, d'ou le nom..." (clichés Didier Ciancia)

Minuit largement passé, il y a un peu moins de monde. Je suis quand même venu surtout pour les Ramoneurs de Menhir.

Le temps d'installer la scène, petit débat sur l'identité bretonne, le folklore celte, le fait de s'en revendiquer, l'accent breton (comment parler breton s'il n'y a pas d'accent breton). Sans faire de détours sur l'attitude des ducs de Bretagne pendant la guerre de cent ans voici deux infos primordiales : 1 les Celtes sont originaires de du centre de l'Europe (Autriche actuelle à peu près), 2 à l'origine la coiffe bigoudène était horizontale.

2h, une galette saucisse, un chouchen, c'est parti. Le monde se rapproche de la scène. Loran touche sa guitare et ça crie. Le micro marche pas, on s'en accommode. Ça souffle à fond dans les binious , on se demande comment c'est possible.

Pas mal de nouveauté pour moi : nouveau chanteur, pas mal de nouvelles chanson (3ème album sorti en juillet dernier.

3h15 revival Béruriers noirs, on en profite.

3h30. Si on calcule 1 h de route le temps de déposer tout le monde, on va partir à regret mais bien fatigué parce qu'ils sont partis pour jouer encore 2h.

Le dragon crache encore.

Les ramoneurs de Menhirs : "Ça souffle à fond dans les binious" (clichés, Didier Ciancia)
Les ramoneurs de Menhirs : "Ça souffle à fond dans les binious" (clichés, Didier Ciancia)
Les ramoneurs de Menhirs : "Ça souffle à fond dans les binious" (clichés, Didier Ciancia)
Les ramoneurs de Menhirs : "Ça souffle à fond dans les binious" (clichés, Didier Ciancia)
Les ramoneurs de Menhirs : "Ça souffle à fond dans les binious" (clichés, Didier Ciancia)
Les ramoneurs de Menhirs : "Ça souffle à fond dans les binious" (clichés, Didier Ciancia)
Les ramoneurs de Menhirs : "Ça souffle à fond dans les binious" (clichés, Didier Ciancia)
Les ramoneurs de Menhirs : "Ça souffle à fond dans les binious" (clichés, Didier Ciancia)
Les ramoneurs de Menhirs : "Ça souffle à fond dans les binious" (clichés, Didier Ciancia)
Les ramoneurs de Menhirs : "Ça souffle à fond dans les binious" (clichés, Didier Ciancia)
Les ramoneurs de Menhirs : "Ça souffle à fond dans les binious" (clichés, Didier Ciancia)
Les ramoneurs de Menhirs : "Ça souffle à fond dans les binious" (clichés, Didier Ciancia)
Les ramoneurs de Menhirs : "Ça souffle à fond dans les binious" (clichés, Didier Ciancia)

Les ramoneurs de Menhirs : "Ça souffle à fond dans les binious" (clichés, Didier Ciancia)

Tag(s) : #St Eloy les Mines

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :