Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les riverains du Diénat ont les boules.

L'article qui suit a été réalisé grâce aux notes prises par des riverains du Diénat présents lors de la réunion d'information et de débat organisé par leur collectif et qui avait été signalé dans les colonnes de notre journal (Lire LA). Regard-Actu, journal participatif, prend ici tout son sens, puisqu'il donne la parole aux citoyens eux-mêmes pour relayer l'information telle qu'ils l'ont vécue en direct. Merci à eux pour ce travail de qualité.

La pilule a du mal à passer au Diénat

A l'invitation des membres du collectif "Pour un Diénat Vert et Arboré", une trentaine de personnes a participé à la réunion de quartier organisée vendredi soir.

Mobilisé suite à la présentation du boulodrome en septembre dernier, un collectif d'habitants du quartier a demandé à la municipalité d'être associé à la réflexion de l'aménagement du Diénat dans la mesure où la construction de cet équipement concerne leur quotidien tant en terme d'environnement, de bruit, de circulation et de sécurité afin de préserver l'identité de ce quartier proche du centre-ville, calme et prisé. Cette réunion avait donc pour but de faire un point sur les dernières propositions prévues par la municipalité mais aussi de recueillir les demandes et inquiétudes des riverains.

Outre les habitants du quartier, plusieurs élus et cadres municipaux s'étaient également déplacés, sentant probablement le mécontentement monter.

En préambule de la réunion, Bernard Desombre, membre du collectif et animateur de la réunion pour l'occasion, a insisté sur le fait que le collectif n'était pas mobilisé "contre" le boulodrome, "contre" les joueurs de pétanque ou "contre" la municipalité mais "pour" demander une vraie concertation à propos de l'aménagement du Diénat, concertation inexistante jusqu'à la présentation de l'équipement, à quelques jours du début du chantier.

Un début de dialogue difficile mais qui semble engagé

Des riverains, agacés par le fait que la municipalité ait purement et simplement oublié de les concerter sur l'aménagement ont demandé au maire la raison d'une construction d'un équipement jugé pharaonique (le plus grand boulodrome du monde !) pour une utilisation quotidienne par quelques dizaines de joueurs de pétanque alors que l'entretien de l'existant, tels les ponts qui relient les deux rives de l'Amarron, n'est pas fait. Face à ce reproche, le maire de Montluçon, Daniel Dugléry, excédé, a affirmé que ce projet répondait à la demande des joueurs de pétanque et a précisé qu'il était financé par la communauté d'agglomération. Quelques échanges très vifs n'ont en rien rassuré les riverains, mais leur ont plutôt donné le sentiment que le dialogue serait difficile.

Afin de calmer les esprits, Bernard Desombre, a recentré le débat sur l'aménagement du Diénat en se faisant l'écho des riverains du quartier qui souhaitent "aménager", "habiller", "arborer", "sécuriser les promeneurs, les riverains, les enfants" pour que le Diénat garde sa qualité de vie au quotidien. Les principales revendications étant :

  • La limitation du nombre des places de parking pour permettre la plantation d'arbres sur celui-ci.

  • La continuation du cheminement vert en prolongement de l'allée de marronniers située entre l'avenue Michel de l'Hospital et le ruisseau.

  • La plantation d'arbres entre le parking et le bâtiment, évidemment à une distance des murs ne mettant pas en péril le bâtiment par les racines, afin entre autres d'atténuer le bruit et d'habiller le boulodrome.

  • La mise en place d'un fléchage précis pour arriver au boulodrome et pour en partir.

Les riverains du Diénat agacés par le fait que la municipalité ait oublié des les informer.

Les riverains du Diénat agacés par le fait que la municipalité ait oublié des les informer.

Quelques avancées

Une première avancée semble avoir été obtenue par les riverains : interdiction aux campings-cars de stationner sur le parking par des arrêtés (jugés insuffisants par les riverains) et par un système de portique d'accès au parking (ce qui nécessite inévitablement de fermer le parking par des pierres ou des arbres). Les camping-caristes devront aller se garer aux Marais ou à Athanor et un système de navette organisé lors des compétitions, les conduira au boulodrome et les ramènera à leurs camping-cars, quelque soit l'heure, y compris si les épreuves se terminent dans la nuit. A suivre...

De nouveaux aménagements ont été présentés par la municipalité - qui a assuré prendre en compte les demandes au fur et à mesure de la concertation - comme la plantation d'arbres du côté de la rue du Chat-Huant, l'aménagement le long du ruisseau, le maintien des arbres actuellement en place.

Beaucoup d'incertitudes...

Concernant la limitation du nombre de places de parking et la plantation d'arbres pour l'ombrager, la demande ne semble pas être réellement retenue. En effet, lors de la réunion de présentation, il avait été précisé qu'un nombre minimal de places (150) de parkings était imposé par la fédération de pétanque.

Une riveraine a demandé si l'aménagement d'une partie du parking en aire de jeu pour les enfants était toujours d'actualité comme l'avait informé M. Casilla, adjoint aux sports. M. Momcilovic affirme que le plan présenté n'est pas figé, et qu'effectivement le parking pouvait être aménagé. Tout cela semble assez contradictoire.... A suivre....

Les problèmes concernant le stationnement devant les habitations, la circulation et la sécurité des enfants et des piétons restent à ce jour entier. Les riverains insistent sur la nécessité d'assurer une signalétique efficace afin que les pratiquants et les spectateurs puissent facilement se diriger et ainsi diminuer au maximum les engorgements.

L'entretien des espaces autour du boulodrome est également un sujet de préoccupation, témoignage à l'appui de riverains qui habitaient à côté d'un boulodrome dans la Sarthe et qui devaient nettoyer leur jardin après chaque compétition....

En cette période de disette budgétaire mise en avant par la municipalité (l'aménagement dépend de la Ville de Montluçon et non de la communauté d'agglomération), les habitants du Diénat restent inquiets et mobilisés même si M. Momcilovic, adjoint chargé des travaux, a annoncé un coût inférieur aux crédits engagés, ce qui laisserait davantage de marge pour arborer.

Regard actu ne manquera pas de suivre cette concertation et d'informer ses lecteurs sur les avancées des aménagements du quartier et se demande si la pilule qui a du mal à passer pourrait devenir très amère quand la facture du chauffage (maintien à 12° de 40 000 m3) devra être payée chaque année. D'ailleurs, qui la paiera ? Le contribuable montluçonnais ou les clubs de pétanque utilisateurs ? Mais ça, c'est un autre problème.

Plus d'infos :

La Montagne

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :