Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Départementales 2015 La dernière ligne droite pour des choix d’avenir…
Départementales 2015 La dernière ligne droite pour des choix d’avenir…

J’ai la faiblesse de penser que le département de l’Allier a souvent été une terre de résistance, une terre de conflits ouverts entre les forces de la droite autoritaire et celles d’une gauche animatrice de luttes d’avant-garde quant aux conquêtes de libertés nouvelles, d’égalité sociale et de fraternité progressiste. La culture industrielle et ouvrière, les modes de vie et de travail en ville et à la campagne, ont façonné un vivre ensemble qui a traversé des moments calmes ou agités.

Dans les périodes électorales, ce fond social et politique a toujours trouvé à s’exprimer alors que s’affrontaient des choix de développement opposés. C’est en cela que les idées d’un PCF qui prenaient en compte les besoins et aspirations des « gens d’en bas » ont fait entendre raison à différentes élites bourgeoises. En en appelant à des mobilisations citoyennes, ces élus ont su faire preuve d’un savoir-faire en matière de gestion, autant dans les municipalités que pour le conseil général.

J’ai toujours remarqué dans le déroulement des campagnes électorales, une présence de la droite active, virulente et vengeresse, souvent hargneuse, il faut le dire. Cette droite départementale sait se fondre dans des mouvements et des associations se voulant de caractère solidaire et de marque apolitique. Elle s’accapare le sigle républicain, comme celui de l’URB depuis quelques décennies qui n’est autre qu’un rassemblement de l’UMP et de l’UDI de bonne figure chiraquienne ou sarkosienne. Le maire actuel de Montluçon, pour sa part, n’est jamais en reste, lui qui est le spécialiste des prises au filet de quelques égarés politiciens. Il se heurte pourtant à des rancoeurs de certains de ses colistiers municipaux qui font alors course électorale individuelle ! Avec Monsieur Dériot ils ont tenu à présenter eux-mêmes leurs équipes des cantons montluçonnais. Ils n’ont pas hésité à parler alors de démarche ‘’APOLITIQUE’’. Bigre que voilà de la bonne politique !

Mais cela était si grossier que lors du lancement au plan départemental à Montmaurault de leur campagne, la réaction de leurs amis fut relevée par le journaliste présent : « les ténors de la droite - est-il écrit dans le compte rendu - Claude Malhuret, Gérard Dériot et Daniel Dugléry, n’ont pas eu droit à la parole… », c’est ce que ces gens appellent une union significative ! Le maitre mot fut alors celui d’une URB se tournant vers une ‘’nouvelle génération’’ toute autant ambitieuse, n’hésitant pas s’inscrire en faux de l’austérité ambiante au plan national comme départemental. Oubliés alors les efforts répétés des équipes Sarkozy /Fillon pour démolir notre protection sociale, s’attaquer aux retraites, casser nos services publics de proximité, rationnant les communes et le conseil général des subventions financières d’état etc… Au fond, comme avec la loi Macron, ce n’est pas de moins de mesures restrictives qu’ils veulent, mais beaucoup plus encore. Ce n’est pas moins d’austérité qu’ils veulent mais plus au seul profit des actionnaires voraces.

Alors, incertaine de convaincre, cette droite s’avance masquée, elle fait preuve de surenchère, sachant qu’elle ne tiendra aucune promesse. C’est « haro » sur la gauche qu’elle attaque comme un tout nuisible, incapable de gérer correctement le département… Aucune différence n’est faite entre les porteurs à gauche des politiques restrictives gouvernementales et ceux du Front de Gauche qui les combattent. C’est tellement plus facile de refuser de faire la part des choses. Pourtant les candidats Front de Gauche sont là dans nombre des cantons qui apportent des solutions innovantes, un vent de fraicheur parfois…

Au-delà de ces aléas politiciens bien connus, on remarquera aussi la discrétion assourdissante des propos de la droite classique à l’encontre des démarches du FN et de ses candidats qui se contentent de répéter des discours lepénistes sans nuances. Leur leader tout occupé à préparer les présidentielles de 2017, insulte les valeurs de la laïcité, divise les catégories populaires en ethnie raciale ou en bon et mauvais français, etc… Il n’est pas rentable de s’opposer à tout cela, semble dire les candidats URB, visant à se garantir des réserves de voix pour les seconds tours ! Au PS comme à l’UMP, il sera temps de prôner ou non le rassemblement républicain dès le lendemain du premier tour.

Je crois bon de m’inscrire en faux de ces apprentis sorciers qui font peser sur la démocratie française de gros risques… Ce que j’appelle de mes vœux, c’est que se concrétise des solutions innovantes de sortie de crise, que se réalise un rassemblement alternatif dans les luttes et que s’applique des programmes ambitieux comme l’est celui du Front de Gauche « l’Humain d’abord ».

Actuellement, beaucoup de personnes remarquent les lancinants slogans répétés par les médias d’audience nationale. D’une part l’ABSTENTION sera de nouveau à un haut niveau de refus des citoyens en « grève civique », d’autre part, on nous rebat les oreilles d’un score fleuve que recueilleraient les candidats FN. Cette tendance lourde à double aspect créée sur le terrain cantonal une atmosphère de désintérêt croissant alors que l’on remarque le peu de présence dans les réunions publiques confirmé dans toutes les régions françaises… Qui peut encore penser que l’Allier y ferait exception et que le caractère tant vanté par les élus sortants des élections de proximité suffirait à dépasser les problèmes. Qu’on le veuille ou non, les réponses aux attentes des gens ne peuvent s’inscrire seulement dans les actions locales pourtant nécessaires, elles s’inscriront ou pas dans des réponses d’ordre général, celles qui s’attaquent résolument aux injustices, au chômage, à la baisse des impôts, à la défense du droit à la santé pour tous, aux équipements socio-éducatifs et des moyens pour vivre la retraite normalement, etc…

En abordant la dernière ligne droite de cette campagne, les candidats vont proposer leur profession de foi, chacun sera à même d’y réfléchir et d’en prendre acte pour faire son choix. Le mien restera fidèle à une méthode issue de l’esprit d’une gauche de combat, fidèle aux valeurs républicaines. Au premier tour, je choisis mon camp, au second tour, j’éliminerai s’ils sont présents, les ténors des politiques austéritaires et avec eux, tous les illusionnistes dangereux pour la démocratie et notre république « une » et indivisible.

PAUL CRESPIN

Montluçon, le 03/03/2015

Tag(s) : #Billet d'humeur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :