Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rien n'est fini dans l'affaire de la maison de retraite de la Charité. Après six mois de lutte et de nombreuses actions dont Regard-Actu a largement rendu compte dans ses colonnes, les salariés et les membres de leur comité de soutien se sont retrouvés à nouveau devant la Maison de retraite lors de l'inauguration du jardin intergénérationnel.

Les personnalités conviées à cette cérémonie ont dû se rendre à l'évidence. Le personnel et leurs soutiens ne désarment pas. Après les actions d'hivers, le plus souvent dans le noir (car la nuit tombe vite à cette époque de l'année), parfois sous la pluie et même dans le froid, les voici toujours là avec le beau temps revenu. Raison de plus pour eux tous de ne rien lâcher comme ils se l'étaient promis dès le début du conflit.

Cependant, à l'arrivée vers 15h devant la maison de retraite, ils ont trouvé le portail fermé, ainsi que deux agents de police chargés de filtrer les personnes qui se présentaient devant l'établissement. Leurs consignes étaient parfaitement claires. Ne pouvaient rentrer que les personnes munies d'une invitation signée de la direction de l'établissement. Sans ce sésame, il n'était pas possible de pénétrer dans les lieux.

Les grilles sont fermées. Même le personnel ne peut pas rentrer. Un comble !

Les grilles sont fermées. Même le personnel ne peut pas rentrer. Un comble !

Mais c'est finalement le Directeur lui-même qui est venu ouvrir le portail qui empêchait toute intrusion en expliquant qu'il n'était pas responsable de cette décision. C'est donc avec dignité que les manifestants ont pu s'installer dans la cours pendant que se déroulait la cérémonie à laquelle même les élus du personnel n'étaient pas conviés, ce qui est contraire aux traditions les plus élémentaires. C'est dire que le dialogue social est réduit à sa plus simple expression.

Le portail principal a enfin été ouvert et les manifestants se retrouvent dans la cours pour une présence silencieuse.

Le portail principal a enfin été ouvert et les manifestants se retrouvent dans la cours pour une présence silencieuse.

Tous avaient ensuite rendez-vous devant la sous-préfecture où une délégation devait être reçue par le chef de cabinet du Sous-Préfet. L'entrevue avec celui-ci a durée près d'une heure ce qui est assez rare et mérite d'être souligné.

Composition de la délégation qui a rencontré le chef de cabinet du Sous-Préfet :.

  • La déléguée syndicale de SUD
  • un élu du CHSCT,
  • Le premier Président de l'association de l'EHPAD qui avait démissionné avant le début de la crise et avait rejoins ensuite le comité de soutien,
  • le Président du comité de soutien
  • un administrateur qui a récemment démissionné du conseil d'administration de l'association qui gère l'EHPAD de la Charité.
Les salariés et quelques  membres du collectif de soutien devant la Sous-Préfecture pour soutenir la délégation reçue par le chef de cabinet du Sous Préfet

Les salariés et quelques membres du collectif de soutien devant la Sous-Préfecture pour soutenir la délégation reçue par le chef de cabinet du Sous Préfet

Normalement, le rapport définitif de l'enquête diligentée par l'ARS et le Conseil général devrait prochainement être rendu publique. Les élus du personnel devraient pouvoir en demander une copie. Alors, on y verra certainement plus clair, car des préconisations devraient y figurer. En tout cas, la pression est maintenant du côté du Conseil d'administration qui gère la Charité, car ses membres vont être contraints de trouver une solution rapidement afin que le calme revienne dans l'établissement.

Une assemblée générale le lundi 27 avril.

Cela tombe bien, car dès lundi se tiendra l'assemblée générale de l'association à la demande de 23 de ses membres. À l'ordre du jour devrait figurer une demande de vote à bulletin secret proposant la réintégration de Dominique Gillardeau à son poste de Directeur. Cette proposition sera-t-elle soumise au vote comme le demandent les signataires ? Si ce n'était pas le cas ce serait un véritable déni de démocratie et en tout cas, cela ne réglerait en rien le conflit en cours.

Cette assemblée générale apparaît donc comme la dernière chance d'un règlement du conflit et d'un retour à la normal dans un établissement qui traverse une crise majeure depuis le départ du directeur en novembre 2014. Il est donc grand temps d'y mettre un terme avant que les dégâts ne soient irréparables.

Plus d'infos :

RMB

Tag(s) : #Lavault St Anne

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :