Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La loi Macron définitivement adoptée
La loi Macron définitivement adoptée

Le gouvernement sera resté sourd à toutes les objections qui lui ont été présentées et toutes les revendications portées par de nombreuses professions et organisations syndicales. Le président de la République et son Premier ministre ont ressorti à nouveau le 49-3 (que l'un et l'autre avaient si souvent combattu lorsqu'ils étaient dans l'opposition) pour imposer la loi Macron.

Cette loi fourre tout va considérablement changer le quotidien des Français qui vont maintenant découvrir les conséquences pratiques des dispositions contenues dans les 300 articles qui figurent dans ce texte et n'ont, pour la plupart, rien à voir entre eux, si ce n'est que tous, visent à libéraliser un peu plus l'économie et détricoter le code du travail.

C'est ainsi que cette loi élargit le travail du dimanche, libéralise le transport, déréglemente certaine professions, réforme le permis de conduire, autorise de nouvelles privatisations, modifie les règles pour les licenciements collectifs au bénéfice exclusif des employeurs, allège la fiscalité pour les actions données en cadeaux (qui bénéficient surtout aux cadres supérieurs), et bien sûr, réforme la justice prud'hommale

Par exemple, licencier un salarié sans cause réelle ni sérieuse, devient maintenant quelque chose de très abordable, surtout pour les employeurs voyous qui voudront se débarrasser des employés qui leur tiennent tête dans l'entreprise, même si ceux-ci font correctement leur travail.

Toutes ces dispositions mises bout à bout n'ont pour seul but que de diminuer les contraintes sur les employeurs, y compris en leur donnant la possibilité d'agir en monarques absolu dans leur entreprise. Passé la porte, l'employé perdra tous ses droits et sera entièrement à la merci des choix arbitraires des patrons qui au final pourront même les licencier "sans cause réelle ni sérieuse" sans avoir à en supporter le coût. La belle société que voila.

Cependant, la bataille n'est pas finie. Les syndicats (parmi ceux qui refusent d'accompagner ces reculs sociaux) se retrouveront certainement à la rentrée avec l'idée que "ce qu'une loi a fait, une autre peut le défaire". Ils auront également en mémoire le CPE qui fut voté, mais dont le décret d'application ne vit jamais le jour.

Sans compter que d'ici la rentrée sociale, le système libéral aura peut-être généré une nouvelle crise financière dont il a le secret. Un défaut de paiement de la dette grecque ? L'explosion de bulles financières en Asie comme cela semble se profiler ? Plus rien ne nous étonnera de la part des rapaces de la finance et des valets qui lui servent la soupe sans comprendre qu'eux-mêmes font partie du bouillon.

Philippe Soulié

Plus d'infos :

FranceTVInfo

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :