Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nicolas Brien, le tout nouveau secrétaire fédéral du Parti socialiste de l'Allier s'est fendu d'un communiqué pour annoncer, que grâce à son intervention auprès de la ministre de l'Éducation nationale (début du communiqué), deux postes de professeurs supplémentaires (équivalents temps plein) allaient être déployés en priorité sur les écoles Pergaud Prevert et Aristide Briand.

Cette annonce avait d'autant quoi surprendre que les lecteurs de Regard-Actu se souviennent que SUD éducation avait annoncé la suppression d'un poste sur la maternelle Maurice Carême-Desnos Aymé suite à leur regroupement (lire ICI). Il semblait donc très étonnant que le ministère de l'éducation nationale ait cédé aussi facilement à la demande du suppléant de Bernard Lesterlin, alors que la logique de diminution des moyens semblait prévaloir partout, y compris dans les zones sensibles.

Nous avons donc demandé à Erwan Charny, porte parole de SUD éducation sur l'Allier ce qu'il en était réellement par rapports aux décisions prises dans les instances de l'éducation nationale auxquelles participent les organisations syndicales représentatives. Sa réponse figure après le communiqué de Nicolas Brien

L'école Aristide Briand

L'école Aristide Briand

Communiqué du parti socialiste :

C'est une bonne nouvelle pour les enfants des quartiers populaires de Montluçon. Dès la rentrée prochaine, le nombre de professeurs augmentera dans les écoles primaires de Bien Assis et Fontbouillant.

Dès le mois de mai, Nicolas BRIEN, député -suppléant , avait demandé à la Ministre de l'Education nationale de déployer des moyens extraordinaires pour les quartiers de Fontbouillant et de Bien-Assis, où vivent le plus grand nombre de familles populaires.

Aujourd'hui, un décret ministériel permet d'élargir le réseau REP+ (anciennement "zone d'éducation prioritaire") . Ce matin, une réunion extraordinaire du Conseil Departemental de l'Education Nationale, présidé par la DASEN, a entériné ces décisions ministérielles.

A la rentrée, ce seront donc 2 postes d'enseignants (équivalent temps plein) qui seront déployés pour renforcer en priorité les écoles Pergaud Prevert et Aristide Briand, dans les quartiers populaires de Bien Assis et Fontbouillant.

Pendant que le maire UMP ferme l'école Maurice Carême de Bien-Assis, les socialistes se mobilisent pour l'éducation dans les quartiers populaires.

La gauche montluconnaise, c'est plus de profs dans les quartiers populaires.

La droite montluconnaise, c'est moins d'écoles dans les quartiers populaires.

Plus de professeurs pour les quartiers populaires de Montluçon ?

La réponse d'Erwan Charny du syndicat SUD éducation :

1) Il n'y aura pas plus de professeurs dans les écoles des quartiers populaires de Montluçon. De la même manière il n'y en aura pas plus dans l'Allier. En effet notre département a reçu une dotation de 0 postes : donc pour ouvrir un poste, il faut en fermer un autre. En outre Montluçon aura 2 réseaux d'éducation prioritaire classé REP + : un autour du collège Jean ZAY, l'autre autour du collège Jules Verne. Le Classement REP + va permettre aux collègues enseignants d'avoir des journées de travail en équipes et il y aura donc des remplacements assurés par 6 collègues remplaçants. Cela fait bien des professeurs en plus mais pas en même temps dans les classes. Et surtout, ces 6 postes ont été créés à budget constant et il a donc fallu en supprimer 6 ailleurs.

Très concrètement : l'école Pergaud Prévert de Montluçon aura un demi poste supplémentaire dit « plus de maître que de classe » mais cette même école aura un poste en moins correspondant à une classe supprimée. Soit un demi poste ne moins.

De même, un poste libéré par départ à la retraite d'enseignant en réseau d'aide a été bloqué au moment des mutations. 1 poste non attribué c'est 1 enseignant en moins.

Idem pour un départ en retraite à Desnos Aymé, école fusionnée avec Maurice Carême.

Ces deux dernières situations ne sont pas clarifiées au 10 juillet.

2) La connaissance des moyens REP + est connu depuis les mois de janvier/février après avoir été actés en CTA (comité technique académique). Les syndicats avaient participé en amont aux groupes de travail académique et départemental sur ce sujet, nous y avons d'ailleurs critiqué la sortie de 3 réseaux d'éducation prioritaire en milieu rural (Tronget, Dompierre et Le Mayet de Montagne). De même, dès cette période, les différents syndicats ont alerté et convaincu le rectorat sur la nécessité de classer l'école Aristide Briand en REP +. Le ministère qui décide pour les REP + a d'ailleurs été très long à répondre mais à bouger grâce à l'action syndicale.

Cette école bénéficiera d'un demi poste « plus de maître que de classe ».

3) Le CDEN, coprésidé par la préfecture et le conseil général, du 9 juillet n'avait rien d'extraordinaire, il est juste arrivé très en retard puisque le département n'a pas eu de Directeur académique pendant 5 semaines durant lesquelles la gestion de certaine urgences comme les ouverture et fermetures de postes très difficile.

4) L'Ecole publique, comme les services publics, dans les quartiers populaires, comme partout, a besoin d'une autre politique qui s'affranchisse de fausses contraintes budgétaires pour cacher des réformes libéralo-réactionnaire, d'une autre politique, à mille lieux de celle de Sarkozy poursuivie après 2012.

Tag(s) : #Montluçon, #Communiqué

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :