Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hôpital de Montluçon, FO monte à son tour au créneau

Après le syndicat CGT fin septembre, c'est au tour du syndicat FO d'alerter la presse à propos d'une restructuration de l'hôpital qui devrait intervenir avant la fin de l'année. C'est en prenant connaissance des conclusions du "Comité interministériel de la performance et de la modernisation de l’offre de soins hospitaliers" (Copermo) que le syndicat a appris que 40 postes devraient être supprimés avant la fin de l'année. Un chiffre très proche de celui annoncé à la presse par le syndicat CGT le 29 septembre dernier (Lire ICI)

C'est une nouvelle saignée pour l'hôpital public qui a déjà du mal à faire face au manque de personnel dans les services, d'autant qu'il va falloir assurer l'ouverture du service de coronarographie dès la mi-novembre.

Ce n'est malheureusement pas la seule mauvaise nouvelle pour le personnel. Le même comité exige la fermeture de 35 lits en médecine, alors que déjà, dans la situation actuelle le service connaît une pénurie de places. Dans ces conditions, on voit mal comment la médecine pourrait faire face à la demande réelle si une telle décision était appliquée. En outre, et si l'on en croit le syndicat majoritaire, l’aggravation de la pénurie de lits en médecine pourrait créer une situation d'engorgement au niveau des urgences.

Tout comme l'avait déjà exprimé la CGT dès la fin septembre, FO craint également un rapprochement du Centre hospitalier avec la clinique et le transfert d'activités, comme par exemple, la chirurgie, à quoi il faudrait ajouter le projet de groupement hospitalier sur l'Allier, un dispositif dans lequel l'hôpital de Montluçon n'occuperait plus qu'une place secondaire.

Les craintes des deux organisations syndicales se rejoignent donc presque point pour point, et font craindre le pire pour l'avenir du personnel et pour la qualité de l'offre de soin sur notre bassin de vie. De son côté, le comité de défense de l'hôpital prépare un communiqué pour la presse et il n'est pas interdit de penser que cette association puisse aussi monter au créneau pour dénoncer cette politique de réduction des effectifs préjudiciable pour les usagers de l'hôpital.

C'est à la suite des annonces faites par le syndicat FO cette semaine et du syndicat CGT en fin septembre, que Nicolas Brien, député suppléant et élu au conseil municipal de Montluçon a fait parvenir le communiqué suivant à la presse :

Hôpital de Montluçon, FO monte à son tour au créneau

Communiqué de presse de Nicolas Brien :

Monsieur François Dumuy, directeur de l’Agence Régionale de Santé et responsable de l’avenir de l’hopital de Montluçon, va devoir perdre la fâcheuse habitude de prendre les élus socialistes pour des jambons.

Nous apprenons ce soir que le Comité Permanent de l’Offre de Soins Hospitaliers, réuni à Paris le 29 septembre dernier, préconise, suite aux recommandations de Monsieur François Dumuy, de revenir sur la mission IGAS exigée en aout 2012 par le député Bernard Lesterlin.

Depuis l’élection de Bernard Lesterlin, des progrès considérables ont été réalisé à l’hôpital de Montluçon, grâce aux recommandations de la mission IGAS. Sur le plan humain tout d’abord : la morbidité liée aux AVC a ainsi diminué de moitié. Sur le plan du sérieux budgétaire également : le déficit a été réduit de moitié entre 2012 et 2015. La cardiologie a été renforcée, la radiologie a été dotée de nouveaux équipements et de nouveaux médecins et une unité neuro vasculaire a été ouverte.

Il est hors de question que ces progrès soient balayés par les caprices de l’administration, qui remet sur la table le projet de « medipole » rêvé par Daniel Dugléry et le gouvernement Sarkozy, à savoir le déménagement des activités de l’hôpital vers la clinique. Le partenariat entre la clinique et l’hôpital ne saurait se faire de manière aussi déséquilibrée, en ruinant les progrès accomplis par l’Hôpital.

Fort heureusement, les « préconisations » de Monsieur Dumuy et de ses amis technocrates parisiens ont encore un long chemin à parcourir avant de devenir des « décisions ». Et ils trouveront les élus socialistes sur ce chemin.

Nous demandons donc le retour à la feuille de route issue de la mission de l’IGAS, qui fait l’unanimité parmi les élus et les syndicats, et qui a permis à l’hôpital public depuis trois ans de faire d’immenses progrès.

Enfin, nous lançons une alerte enlèvement : Daniel Dugléry, Président du Conseil de Surveillance de l’Hôpital, n’aurait pas été vu sur ce dossier depuis de longs mois, laissant libre champ à son ami François Dumuy. Tout personnel hospitalier ayant des nouvelles de lui est prié de se manifester en urgence, car cette disparition ne laisse augurer rien de bon dans le bras de fer qui nous oppose à la technocratie.

Nicolas BRIEN Député-Suppléant, Conseiller Municipal de Montluçon

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :