Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Didier, faut pas lui casser les bonbons. Il est entier et rebelle, c'est d'ailleurs pour ça qu'il n'accepte pas de se plier aux injonctions, surtout quand celles-ci lui cassent son travail d'artiste. Car les artistes, faut-il le rappeler, ne sont pas que sur la scène. L'art de la photographie est exigeant et demande de la préparation. Comme le dit souvent Didier, il faut se chauffer en même temps que l'artiste sur scène, afin de pouvoir saisir l'instant magique d'où sortira le beau cliché.

Bien des fois Didier nous a régaler avec son art et on est en droit de demander que les conditions dans lesquelles il opère soit acceptables, ce qui n'était pas le cas lors de cette soirée, loin s'en faut.

Raz le bol de ces vedettes qui imposent leurs conditions sans aucune considération pour ceux qui bossent dans l'ombre et de manière bénévole pour faire vivre l'information sur notre ville. Le résultat, c'est un travail réalisé dans de mauvaises conditions et avec une inspiration qui a fait défaut. Pour cause, à 30 m de la scène avec peu de temps pour trouver le bon moment, cela ne pouvait pas le faire.

Regard-Actu soutien et approuve Didier Ciancia pour sa réaction d'humeur. Pas de photos de Cabrel ? Pas grave Didier nous procurera encore beaucoup de bonheur en photographiant des groupes plus respectueux de son travail, avec qui en plus il ira boire des coups.

À défaut de photos de Cabrel, Didier nous a ciseler un petit texte de derrière les fagots pour nous dire ce qu'il pense de ce spectacle.

Nota : Désolé Didier, tu ne sera pas congédié, car plus que jamais tu as agi avec l'esprit de Regard-Actu...Rebelles et libres !!

Comment parler d'un concert de deux morceaux ?
Comment parler d'un concert de deux morceaux ?

Il va s'en dire que lorsque Phil m'annonça qu'on avait l'autorisation de faire des photos de Cabrel, mais seulement sur les deux premiers morceaux, je fus tout d'abord échaudé en apprenant la nouvelle. Je ne fus pas au bout de mes peines lorsque qu'on m'apprit que je serais assigné sur le bord droit de la scène comme la mouche sur la cuvette des wc... J'ai pu tout de même découvrir Benoit Dorémus, chanteur à texte plus qu'à rythme en tout cas pas de ceux qui me font bien déhancher même quand j'ai le hoquet.

De ma place généreusement offerte par le producteur de la soirée, en parterre x s'il vous plaît, mais à cinq rangées de la scène, j'ai mitraillé ce chanteur à la belle gueule de chirurgien du cœur. C'était sympa tout au plus, juste ce qu'il faut pour ne pas me laisser un souvenir impérissable. On est vraiment loin de la révélation de l'année avec le groupe Last Train qui cartonne partout où il passe (concert à l'Embarcadère le 25 juin 2015). Francis Zégut, grand manitou des radios branchées rock, peut lui-même en témoigner. Voici que la prestation de Benoit à peine finie que je fus invité à prendre place sur le bord de cette cuvette d'un soir, afin qu' officiellement de ne pas gêner le public. Du coup, j'ai volontairement laissé mes photos telles quelles en présentation, n'utilisant qu'un 24-105 mm f4 sur un plein format au performance extraordinaire le Canon 5Dsr utilise 50 millions de pixels. Voilà ce qui arrive quand on contraint trop la presse à vouloir faire du publireportage bien convenu et mielleux ...

Après on nous rabâchera qu'il faut être pugnace dans la vie de tous les jours. Mais voilà, le producteur de la soirée a d'autres tasses de thé à vendre, au milieu des briquets, tee shirts, cartes postales et toute la bimboloterie habituelle. Là-dessus, je ne sais pas si Cabrel devance Cristiano Ronaldo en matière de merchandiser, mais bon, il faut que le fan en ait pour son argent, surtout celui qu'il glissera sans mot dire dans la poche de la production. Les temps sont vraiment très durs comme on entend souvent.

Du coup des deux morceaux qui m'était imparti pour faire les photos, je n'ai utilisé qu'un et demi. Difficile d'être inspiré et de se sentir concerné par ces ébats scéniques à presque 30 mètres de distance. Je n'ai pas de téléobjectif 400mm à 5 000 euros à ma disposition. Surtout que ma collaboration avec Regard actu.com est entièrement bénévole.

Désolé pour mes fans, mais vous ne verrez le début du concert de Francis Cabrel dans mon travail photographique gros comme un dé à coudre sur une immense table de nuit.

Je regrette beaucoup que certains se croient tout permis au nom du business et du droit à l'image... La prochaine fois que l'on m'invitera à couvrir un concert de Francis Cabrel, je prétexterais que j'ai mieux à faire avec des groupes aux talents émergents qui plus est, vous accorde généreusement des ITW sur un coin de bar ou dans leur pose cigarette de derrière les fagots.

Didier CIANCIA envoyé spécial de Regardactu.com et presque congédié

Comment parler d'un concert de deux morceaux ?
Comment parler d'un concert de deux morceaux ?
Comment parler d'un concert de deux morceaux ?
Photos Didier Ciancia © tous droits réservés
Photos Didier Ciancia © tous droits réservés
Photos Didier Ciancia © tous droits réservés

Photos Didier Ciancia © tous droits réservés

Si vous souhaitez vous rendre compte du travail de Didier quand il bénéficie de conditions acceptables, Tapez Didier Ciancia dans la barre de recherche et vous tomberez sur une série de reportages photos réalisés par lui. Un vrai régal. Rien à voir avec les clichés qu'il a pris ce soir là, et à contre cœur, tellement les conditions n'étaient pas réunies.

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :