Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Personnes Handicapées : la colère gronde !

Les associations de handicapés craignent clairement de voir les familles déchues de leurs responsabilités civiles et pénales si l'article 21 bis était adopté. C'est la raison pour laquelle la mobilisation pour le retrait de cet article a pris la forme d'un communiqué et du lettre ouverte avec comme objectif, réussir le rassemblement prévu Place des invalides à 10h 30, le 16 novembre à Paris

Ci-dessous, le communiqué de presse et la lettre Ouverte aux associations et aux Politiques rédigés par le Collectif "Mobilisation Contre l'Article 21 Bis".

Personnes Handicapées : la colère gronde !

La loi du 11 février 2005, pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes en situation de handicap devait être une belle avancée. Les grands principes réaffirmaient le droit, au nom de la solidarité nationale, aux compensations des conséquences du handicap pour permettre la pleine participation de tous dans la société. Cette loi donnait des droits aux personnes handicapées et des devoirs à l’Etat, « garant de l’égalité de traitement et d'accès au droit commun des personnes sur l’ensemble du territoire » (art L 114-1).
Une loi ambitieuse qui nécessitait un changement de regard sur le handicap : il ne s'agissait plus d'exclure ceux qui ne pourraient pas s'adapter à la société mais bien d'adapter la société à tous pour faire une place à chacun.

Depuis 2 ans, une profusion de textes, décrets, circulaires remettent en cause ces principes, la détricotent maille après maille, la vident de tout son sens. Un empilage de textes qui dilue les compétences et les obligations de l'état et de ses services décentralisés en créant un obscurantisme digne des douze travaux d'Astérix, à tel point que plus personne ne semble savoir comment les mettre en application. Qu’en est-il concrètement sur le terrain ?
Les personnes en situation de handicap et leurs proches sont dans l’errance la plus totale, épuisées par des démarches administratives incessantes, sans plus savoir à quel interlocuteur s'adresser, méconnaissant leurs droits. Les problèmes s’accumulent dans tous les domaines : scolarisation, emploi, accessibilité…rien ne va !

Problématiques…

La scolarisation des élèves en situation de handicap reste extrêmement problématique, bien loin des chiffres annoncés : bon nombre d’enfants handicapés n'ont aucun accès à l'enseignement, le temps de scolarisation peut être réduit à quelques heures par semaine, l'impossibilité de fréquenter les activités périscolaires, le manque d'accompagnant scolaire, la précarité et le manque de formation de ces personnels... ne laissent guère espérer un avenir autonome pour ces enfants.

L’Orientation en établissement. Nous assistons aux « marchés » de ces derniers qui « choisissent » les résidents et les essayent avant de donner leur accord condamnant alors les handicaps les plus lourds à rester à la maison sans solution ou déportés, exilés en Belgique ; dans l’impunité la plus totale et le silence coupable de tous. Ceux qui pourraient prétendre à une vie sociale dans la Cité sont orientés de force en établissement plutôt que d’obtenir un accompagnement personnalisé ce qui enfreint clairement la loi de 2002 et un des sept droits fondamentaux des usagers en ESSMS selon l’article L311-3 du code d’action sociale et des familles.

Si l ‘article 21 Bis venait à passer à l’Assemblée Nationale le 16 Novembre 2015, l'Etat de par cette orientation forcée « dégagerait » les familles de l'autorité parentale en l’a leur retirant ainsi que la responsabilité civile et pénale par un coup de baguette magique totalement légalisée. Les usagers et leur famille se trouveraient ainsi déchus des droits fondamentaux à la bonne orientation voulue par ces derniers revenant ainsi à faire des Usagers des « Citoyens de seconde zone »

Le taux de chômage ne cesse de s'accroître chez les personnes handicapées, bien plus rapidement que chez les autres travailleurs. La mise en accessibilité devra attendre 3, 6 ou 9 ans. Quand aux compensations indispensables à une vie digne.

Mobilisation le lundi 16 novembre 2015 à 10h30, Place des Invalides à PARIS

Personnes Handicapées : la colère gronde !

Lettre Ouverte aux Associations et aux Politiques.

Nous avons tous en tête le préambule de la Constitution : Liberté Egalite Fraternité. Nous avons tous en tête que nous sommes dans le Pays des Droits de l’Homme. Cependant aujourd’hui en France nous ne sommes pas tous égaux et nous n’avons pas accès aux droits de la même manière. Les Personnes en situation de handicap, Citoyens à part entière, sont de plus en plus discriminées, bafouées, dépouillées, pillées jusqu’à en être réduites à la place de sous Citoyens en étant privés des Droits Fondamentaux, de Possibilité d’une vie sociale et citoyenne, d’accès à la culture et aux loisirs Après avoir voulu racketter les Personnes en situation de handicap en faisant main basse sur leurs ressources , le Gouvernement persiste et s’entête en voulant proposer de réformer la Loi handicap par un amendement de Loi Santé alors que le handicap n’est pas une maladie et qu’une Personne handicapée ne peut pas et ne saurait être considérée sous l’étiquette de « Patient » comme l’a déclaré Marisol Tourraine il y a peu. La belle et grande Loi Handicap de 2005 qui devait être une très belle avancée pour tous est aujourd’hui détricotée maille après maille : - Scolarisation : Malgré l’annonce du nombre en constante évolution des élèves handicapés scolarisés, 20 000 enfants sont toujours privés de scolarisation. Certains ne sont scolarisés qu’une heure par jour.

- Orientation en établissement : Nous assistons aux « marchés » des établissements qui « choisissent » les résidents et les essayent avant de donner leur accord condamnant alors les handicaps les plus lourds à rester à la maison sans solution ou déportés, exilés en Belgique ; dans l’impunité la plus totale et le silence coupable de tous. Ceux qui pourraient prétendre à une vie sociale dans la Cité sont orientés de force en établissement plutôt que d’obtenir un accompagnement personnalisé ce qui enfreint clairement la loi de 2002 et un des sept droits fondamentaux des usagers en ESSMS selon l’article L311-3 du code d’action sociale et des familles.

Nous assistons aux manques de contrôles quels qu’ils soient, gage de qualité et de sécurité pour nos plus vulnérables pourtant obligatoires depuis la Loi de 2002.
Pour finir si l ‘article 21 Bis venait à passer à l’Assemblée Nationale le 16 Novembre 2015, l'Etat de par cette orientation forcée « dégagerait » les familles de l'autorité parentale en l’a leur retirant ainsi que la responsabilité civile et pénale par un coup de baguette magique totalement légalisée. Les usagers et leur famille se trouveraient ainsi déchus des droits fondamentaux à la bonne orientation voulue par ces derniers revenant ainsi à faire des Usagers des « Citoyens de seconde zone »

- Vie sociale et citoyenne : La loi de 2005 qui devait permettre la participation et la citoyenneté des personnes handicapées n’est toujours pas mise en oeuvre que ce soit dans les domaines de l’accueil, de l’emploi, de l’accessibilité et de la citoyenneté et la participation de la vie sociale des personnes en situation de handicap. Le 11 février 2015 48% des personnes en situation de handicap interrogées estimaient qu’il n y a pas eu d’amélioration en terme d’accessibilité.
Conclusion, la France, Pays des Droits de l’Homme, accuse 40 ans de retard dans la prise en charge du handicap tous handicaps confondus. Si cet amendement est adopté l’Etat en arriverait à légaliser et fabriquer les dysfonctionnements qui génèrent immanquablement les maltraitances.

Alors à l’heure où l’Article 21 bis est représenté devant l’Assemblée, Ne subissons plus ! Agissons avant qu’il ne soit trop tard ! Stop au mépris et à la spoliation des Droits des Personnes en situation de Handicap. Tous Ensembles le 16 novembre 2015 à PARIS aux Invalides à 10h30 faisons bloc, faisons retirer cet article 21 bis en l’état. Nos politiques doivent entendre que le handicap n’est pas et ne sera jamais qu’un acte de propagande électoral.
Le Collectif "Mobilisation Contre l'Article 21bis"

Notre page Facebook :

https://www.facebook.com/Mobilisation-Contre-lArticle-21-Bis-796852717047488/?fref=ts

Pour nous rejoindre et signaler votre présence :

https://www.facebook.com/events/980474718684174

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :