Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est dans un climat toujours aussi tendu que c'est tenu l'assemblée générale de l'association "Retraite à la Charité" jeudi 5 novembre dans les locaux de la Mairie de Lavault-Ste-Anne.

La tension est à son comble depuis que l'EHPAD a été placé sous administration provisoire. Surtout, le fait que la Présidente et le Maire de Lavault-Ste-Anne affirment en cœur que cette décision a été prise suite à leur demande, apporte la preuve que le Conseil d'administration qu'ils président de concert est dépassé par les évènements et qu'il n'est plus capable d'assumer de telles responsabilités.

Cette AG qui réunissait une quarantaine de membres fut particulièrement houleuse, à tel point qu'à l'extérieur, les manifestants qui s'étaient une nouvelle fois réunis pour exiger la démission du Conseil d'administration, n'avaient aucun mal à suivre les échanges houleux qui s'enchaînèrent toute la soirée.

Des membres du comité de soutien et des salariés rassemblés devant la Mairie de lavault-Ste-Anne pendant l'AG de "Retraite à la Charité". Photos RMB

Des membres du comité de soutien et des salariés rassemblés devant la Mairie de lavault-Ste-Anne pendant l'AG de "Retraite à la Charité". Photos RMB

Dès le début de la réunion, l'intervention de Jacques Garcin, administrateur fut très écoutée par tous. Ce dernier réaffirma sa neutralité dans le conflit et sa volonté de rétablir la sérénité nécessaire au bien être des résidants et aux salariés. Mais il resta guère longtemps et peu après sa prise de parole, il prit congé.

C'est ensuite que l'ambiance se gâta, au fil des interventions et des règlements de comptes entre ceux qui soutiennent le Conseil d'administration et ceux qui réclament que l'association se réforme en profondeur.

Tout comme la fois précédente, la Présidente et le Maire avaient fait mander un huissier pour, affirmèrent-ils, superviser et sécuriser les votes, Sauf, qu'une fois de plus, les adhérents n'en avaient pas été informés auparavant.

De leur côté, les opposants au Conseil d'administration ont surtout noté que beaucoup de points prévus à l'ordre du jour, furent soit, bâclés, soit, tout simplement oubliés. Il n'est donc pas impossible que cette assemblée soit, par la suite, contestée.

L'intervention du Maire était très attendue. Elle fut très longue et passionnée. C'est résolument sur le terrain politique que ce dernier se positionna pour faire valoir le rôle éminent que lui et son équipe municipale avaient joué pour obtenir les fonds nécessaires à l'ouverture de l'établissement. Sauf que pour le coup, son intervention était complétement hors sujet, eu égard à la crise que traverse l'association.

Mais sur la question centrale de la réforme de l'association et des statuts qui la régissent rien a été décidé. Le Conseil d'administration n'a pas été changé et ce sont les mêmes qui sont à l'origine du conflit qui restent aux manettes. Dans ces conditions, on a du mal à croire que le calme et la sérénité puissent revenir, si la même équipe reprenait les commandes de l'EHPAD une fois la mission de l'administrateur terminée. Bien au contraire, on peut être convaincu que le conflit repartirait de plus belle, si une telle situation se représentait. Malheureusement, les adhérents de "Retraite à la Charité" ne l'ont pas compris et ont renouvelé leur confiance au Conseil d'administration pourtant largement contesté par une majorité de salariés et leur comité de soutien.

"Retraite à la Charité" : Une assemblée générale sous haute tension

À l'extérieur, certains manifestants sont restés jusqu'à tard le soir afin de marquer les débats de leur présence. Ils espéraient ainsi que les membres de l'association ne les oublient pas et prennent en compte leur mal être au travail. Pourtant, cette question n'aura pas été abordée et c'est avec dépit que ceux-ci se sont retiré peu avant la fin de l'AG, de manière à éviter tout esclandre à leur sortie.

De son côté, l'ancien Directeur de la Charité qui avait été brutalement licencié de l'EHPAD a obtenu le dépaysement de son affaire aux prud'hommes à Clermont-Ferrand, la cours d'appel de Riom ayant considéré qu'il pouvait y avoir conflit d'intérêt avec l'une des parties. À ce stade, nous n'en savons pas plus.

Tag(s) : #Lavault St Anne

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :