Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans l'Allier comme partout dans le pays : pour la levée de l’État d'urgence, place à l'urgence démocratique et sociale !

La FSU, Ensemble et Solidaires ont décidé de créer un collectif départemental contre la prolongation de l'état d'urgence. Ce collectif a évidemment vocation à s'élargir aux autres organisations politiques, syndicales et associatives ainsi qu'aux collectifs qui accepteraient d'y figurer. Il a notamment vocation à faire entendre la voix de ceux qui considèrent que l'institutionnalisation de l'état d'urgence est un acte liberticide de nature à remettre en cause notre démocratie, et qu'à ce titre, il faut à tout prix combattre ce projet.

C'est tout le sens du collectif national qui s'est créé autour de cette question, laquelle se décline maintenant sur les régions et/ou départements. Les premiers signataires du collectif de l'Allier espèrent créer une dynamique pour renforcer le camp de ceux qui s'opposent à la banalisation de l'état d'urgence comme mode de gestion de notre quotidien.

Ci-dessous la contribution d'Alexis Mayet, Porte-parole d'Ensemble sur le département. Il nous décrit la genèse de la mise en place du collectif sur l'Allier, ainsi que les conséquences, si un tel projet aboutissait.

Dans l'Allier comme partout dans le pays : pour la levée de l’État d'urgence, place à l'urgence démocratique et sociale !
Dans l'Allier comme partout dans le pays : pour la levée de l’État d'urgence, place à l'urgence démocratique et sociale !

Regard Actu a déjà diffusé divers articles et relayé des appels contre l’État d'urgence. Cet article a à la fois un caractère informatif, sur l'état de la mobilisation, et ce que nous devons mettre en place dans le département, mais il constitue aussi une contribution à l'analyse de la situation.

Dans l'Allier, le mouvement social restait jusqu'ici amputé de perspectives concrètes à ce sujet. Lors de son congrès local, la FSU (Fédération Syndicale Unitaire), s'est positionnée pour la levée de l’État d'urgence et a appelé à la création d'un comité départemental dans ce but dans le Bourbonnais. Le syndicat a été rejoint en cela par une autre organisation syndicale : Solidaires. Vincent Présumey, secrétaire départemental de la FSU, qui est intervenu en ce sens lors de la journée de mobilisation dans le secteur public mardi 26 janvier (voir son intervention), a depuis pris contact avec l'ensemble des forces associatives, syndicales et politiques qui s'étaient mobilisées contre l'extrême-droite et aux côtés des réfugiés, à Varennes-sur-Allier à l'automne.

Ensemble! 03 (l'une des 3 composantes du Front de Gauche), a répondu positivement à cet appel. Vincent Presumey, pour la FSU, et moi-même, pour Ensemble! avons donc, avec le soutien de Solidaires, appelé le 30 janvier (journée nationale de mobilisation à l'appel du collectif « Nous ne céderons pas » initié par la LDH) à la création de ce comité, nous avons rencontré le journal La Montagne pour l'occasion.

Déjà, ATTAC Vichy avait appelé lors de son Assemblée générale annuelle à rejoindre le rassemblement clermontois initié par la LDH 63, les organisations syndicales (CGT, FSU, Solidaires, SAF, SM, UNEF), associatives (Chôm-actif, ATTAC, AFPS, Cimade, RESF, Planning Familial...), et politiques (FDG 63 (PCF, PG, E!), NPA…). Cet appel avait été relayé sur facebook par le président de la LDH Moulins, qui s'est également adressé aux parlementaires.

En effet, l'urgence est là : le régime d'exception mis en place depuis les terribles attentats de novembre tend à devenir un régime permanent. Le Premier Ministre l'assume lorsqu'il dit à la BBC que l’État d'urgence se maintiendra « jusqu'à la défaite de DAESH ». Ces mesures s'attaquent avec autant de violence à la sûreté des citoyens, à nos libertés démocratiques, que les réformes économiques et sociales (avec le projet de réforme Badinter du Code du Travail à venir), s'attaquent à nos acquis sociaux (« nos conquis sociaux, car le patronat ne désarme jamais » pour reprendre Ambroise Croizat), et ce n'est pas un hasard…

Dans l'Allier comme partout dans le pays : pour la levée de l’État d'urgence, place à l'urgence démocratique et sociale !

L’État d'urgence a servi à assigner à résidence des militants ouvriers, des militants écologistes, dont on a du mal a voir le lien avec DAESH, jusqu'au responsable juridique de la Coalition Climat lors de la COP 21 en décembre. Dans le même temps, nous faisons face à la plus grave condamnation de militants syndicaux depuis les 30 dernières années, celle des 8 de GoodYear, le gouvernement s'en prend au Boycott des produits de l’État d'Apartheid Israël, et les militants d'ATTAC a Marseille se voient placés en Garde à Vue pour avoir « fauché des chaises » chez des banksters. Des perquisitions administratives illégitimes ont été pratiquées à de nombreuses reprises. « Enfin » des conférences sont annulées dans des Universités par « mesure de sécurité ». Et c'est sans compter la situation des musulmans ou assimilés comme tels qui se voient encore davantage montrés du doigt et privés de leurs droits.

Combattre DAESH donc ? Lorsque l'on entretient des relations économiques et diplomatiques renforcées avec les dictatures qui l'ont financé voir le financent encore ? Lorsque l'on entretient des relations y compris militaire avec la Turquie dont le gouvernement, ennemi des travailleurs, passe plus de temps à frapper les Kurdes, qui tout en revendiquant leur droit à l'autodétermination, constituent une avant-garde essentielle à la lutte contre l’État Islamique ? Lorsque nos interventions impérialistes ont contribué à renforcer l'EI et ses prétentions ? Oui, cela doit cesser ! Mais nous ne pouvons attendre cela de nos puissants, nous devons imposer ces changements !

Le projet de réforme constitutionnelle proposé par le gouvernement constitue à la fois, pour ceux qui en doutaient encore, l'ultime adieu à la gauche des Hollande-Valls, mais encore une porte ouverte, tapis rouge déroulé, au FN qui a raison de prétendre à une « victoire idéologique ». Finalement, l’État d'urgence permanent et la réforme constitutionnelle représentent le parachèvement de la logique autoritaire de la Ve République.

La lutte démocratique fait partie de la lutte sociale, elle fait partie de la lutte des classes, entre des intérêts frontalement opposés. L'appel est donc lancé à tous ceux et toutes celles qui ne veulent pas négocier le poids des chaînes, mais veulent défendre leurs libertés, à toutes les associations, syndicats et partis qui défendent la justice et le progrès, pour s'unir dans un comité départemental pour la levée de l’État d'urgence. Et il y a urgence, puisque c'est ce vendredi que la réforme constitutionnelle arrivera au parlement.

Et bien-sûr, soutenons les travailleurs de GoodYear en étant le 4 février à Montluçon, devant le tribunal à 11h à l'appel de la CGT !

Alexis Mayet

NB : les organisations qui ont été invités à participer au comité savent à qui s'adresser pour le rejoindre, pour les citoyens et les citoyennes, ou les organisations qui auraient été oublié, je mets mon adresse mail à disposition, ale.may[at]live.fr

Dans l'Allier comme partout dans le pays : pour la levée de l’État d'urgence, place à l'urgence démocratique et sociale !

La Ligue des droits de l'homme de l'Allier a également écrit au député Guy Chambefort et s'insurge contre la décision du couple exécutif de prolonger l'état d'urgence, mais aussi contre le projet de déchéance de nationalité. Voici le courrier adressé au député :

Dans l'Allier comme partout dans le pays : pour la levée de l’État d'urgence, place à l'urgence démocratique et sociale !
Dans l'Allier comme partout dans le pays : pour la levée de l’État d'urgence, place à l'urgence démocratique et sociale !
Dans l'Allier comme partout dans le pays : pour la levée de l’État d'urgence, place à l'urgence démocratique et sociale !
Dans l'Allier comme partout dans le pays : pour la levée de l’État d'urgence, place à l'urgence démocratique et sociale !
Dans l'Allier comme partout dans le pays : pour la levée de l’État d'urgence, place à l'urgence démocratique et sociale !

"Ensemble" Allier a également édité un tract départemental à destinations des trois villes. Le voici :

Dans l'Allier comme partout dans le pays : pour la levée de l’État d'urgence, place à l'urgence démocratique et sociale !
Dans l'Allier comme partout dans le pays : pour la levée de l’État d'urgence, place à l'urgence démocratique et sociale !

Voir également la motion votée au congrès de la FSU : ICI

Tag(s) : #Le département, #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :