Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre intersyndicale nationale : un communiqué à minima et pas de mobilisation en vue

Les organisations syndicales se sont rencontrées le 24 février au siège de la CGT à Montreuil pour discuter d'une riposte possible contre le projet de loi de la ministre du travail, Myriam El Khomri. Mais comme on pouvait s'y attendre, les positions des uns et des autres sont très éloignées, pour que cela puisse déboucher sur une action d'envergure réellement unitaire.

Du coup, le communiqué commun est totalement vidé de tout contenu revendicatif et ne débouche sur aucune proposition d'action. Pire, on a l'impression que ce sont les syndicats réformistes qui ont dicté leur loi en imposant une seule revendication, laquelle consiste à contester le principe du plafonnement des indemnités prud'homales. Comme si certaines des dispositions qui figurent dans cette loi n'étaient pas plus urgentes à combattre, comme par exemple le temps de travail pour les apprentis, porté à 40 heures par semaine par simple décision du patron. Un retour direct à l'époque de Germinal !

Voici le communiqué commun signé par 9 organisations syndicales à l'exception de FO

Rencontre intersyndicale nationale : un communiqué à minima et pas de mobilisation en vue

Communiqué commun CFDT, CFE-CGC, CGT, FSU, UNION SYNDICALE SOLIDAIRES, UNSA, UNEF, UNL, FIDL

mercredi 24 février 2016

Le droit collectif n’est pas l’ennemi de l’emploi

Les organisations syndicales de salariés et de jeunesse signataires se sont réunies ce jour pour faire le point sur la situation sociale et économique notamment après la publication du projet de loi dit El Khomri, concernant la modification du Code du travail. Ensemble et à des degrés divers, elles constatent que ce projet, élaboré sans réelle concertation, va profondément changer la législation du travail et comporte des risques pour les salarié-e-s et les jeunes qui aspirent à accéder à un emploi.

Les organisations signataires ne sont pas satisfaites de ce projet et demandent le retrait de la barèmisation des indemnités prudhommales dues en cas de licenciement abusif et des mesures qui accroissent le pouvoir unilatéral des employeurs.

Elles conviennent de travailler ensemble sur la construction de droits nouveaux, et sur les autres articles du projet, notamment, sur les licenciements économiques, le forfait jours, l’organisation du travail et la santé au travail, l’apprentissage, …

Les organisations signataires, conscientes des enjeux et des responsabilités du mouvement syndical sont porteuses de propositions et sont disponibles pour engager le dialogue permettant le développement de l’emploi, la lutte contre la précarité et la sécurisation des droits des salarié-e-s.

Les organisations signataires se retrouveront le 3 mars prochain afin d’approfondir leurs analyses.

Montreuil, le 23 février 2016

Rencontre intersyndicale nationale : un communiqué à minima et pas de mobilisation en vue

Après ce communiqué, les réactions ne se sont pas fait attendre. Beaucoup de militants s'insurgent contre l'inertie des syndicats et des appels fusent pour exiger le retrait intégral du projet de loi El Khomri demande une riposte dès le 9 mars, date à laquelle le projet sera présenté en Conseil des ministres.

Parallèlement, des pages Facebook ont été ouvertes (dont une à Montluçon) pour appeler à la grève ce jour-là. Voir ICI et LA

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :