Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Stopmines23 en assemblée générale à Chambon sur Voueize

Stopmines23 a réuni son assemblée générale annuelle à la médiathèque de Chambon sur Voueize ce samedi 30 janvier. Environ 70 personnes étaient présentes ce jour-là dans la salle, tout juste assez grande pour contenir tout ce monde.

Ce qui marque en arrivant dans cette réunion, c'est le très haut niveau de conscience des personnes engagées dans cette lutte, ainsi que leur capacité à mutualiser les savoirs et les expériences des uns et des autres. Aussi ont-ils de leur côté, la connaissance du terrain, des traditions du terroir, mais aussi, la maitrise des techniques de communication et d'information indispensables pour faire connaitre leur combat, fédérer autour d'eux, et créer la dynamique nécessaire pour que la mobilisation ne retombe pas comme un soufflé.

Beaucoup de monde dans la salle

Beaucoup de monde dans la salle

Il n'est pas étonnant non plus qu'ils aient choisi de se passer de Président(e) et même de bureau quand ils ont monté l'association stopmines23. Certes, ils ont désigné une trésorière, ce qui était indispensable pour la bonne tenue des comptes, mais pour le reste, c'est le Conseil d'administration composé d'une dizaine de membres qui prend les décisions de manière collégiale. Et cela fonctionne très bien ainsi.

De ce point de vue, la manière dont est structurée l'association Stopmines23 est assez représentative du courant d'expression citoyenne qui traverse notre société de manière de plus en plus prégnante, et que l'on pourrait résumer par le rejet de toute forme de délégation. À Stopmines23, tout le monde prend ses responsabilités et la voix de chacun a une importance singulière.

Du coup, le groupe a fait la démonstration par son activisme militant de sa capacité à organiser des évènements, tels que réunions publiques dans les villes et les villages alentours et bien au-delà, des rassemblements, et même un festival en plein été. Dans ces conditions, la presse classique n'a pas pu faire autrement que de s'intéresser à eux et s'est sentie obligée de relayer un certain nombre de leurs initiatives.

Lors de l'assemblée générale, samedi 30 janvier, les prises de parole se faisaient naturellement, sans qu'il y ait besoin d'un Président de séance qui impose des règles particulières. Les personnes se respectent suffisamment pour s'écouter sans s'interrompre.

La dernière belle victoire obtenue par le collectif est incontestablement le vote du vœu contre la réouverture de mines en Creuse par la municipalité de Montluçon. Ce vœu présenté par l'élu d'EELV est une première puisqu'il concerné une ville d'environ 39 000 habitants (lire ICI)

D'ailleurs, Domérat, la seconde ville la plus importante de la communauté d'agglomération de Montluçon a aussi voté un vœu semblable dans la foulée. Or une quarantaine de communes ont été destinataires d'un courrier leur demandant de mettre un tel vœu à l'ordre du jour de leur Conseil municipal (lire LA). D'autres municipalités pourraient donc en faire autant.

Pa de place pour tout le monde...

Pa de place pour tout le monde...

Bref, la lutte contre l'ouverture de nouvelles mines en Creuse est une "belle lutte". Une lutte opiniâtre qui n'a pas peur de s'installer dans la durée, car les militants ne sont pas dupes. Il savent à qui ils ont affaire. Une multinationale qui dispose de nombreux relais dans le monde de la finance et qui n'hésite pas à déployer des moyens considérables en termes de communication pour faire croire que de nos jours, il existerait "des mines éco-responsables", alors que des exemples récents montrent exactement l'inverse. Ce concept inventé de toute pièce pour vendre le projet a été pensé de manière cynique par des spécialistes de la communication qui tentent de contrer le travail des militants de Stopmines23, lesquels espèrent simplement, provoquer une prise de conscience salutaire chez les populations concernées.

A cet égard, c'est un peu le combat du pot de terre contre le pot de fer auquel nous assistons dans ce petit bout de Creuse. Mais tous ceux qui se battent pour que notre planète ne deviennent pas un immense dépotoir ont le bon droit de leur côté, et surtout, si cette notion a encore un sens de nos jours, la morale. De l'autre côté, c'est le profit et la cupidité qui sont, une fois de plus, à l'origine de ce projet. Cominor la Mancha, le grand groupe international est certes un colosse, mais un colosse aux pieds d'argile qui ne résistera pas si la mobilisation citoyenne prend suffisamment d'ampleur. Les militants de Stopmines23 s'y emploient.

Philippe Soulié

Stopmines23 en assemblée générale à Chambon sur Voueize
Lereprésentant de Stopmines87
Lereprésentant de Stopmines87

Nota : il existe un projet minier similaire en Haute-Vienne. Là-bas aussi la résistance s'organise. Un collectif Stopmines87 s'est créé sur le même modèle et un des représentants du collectif était d'ailleurs présent à l'AG de Stopmines23. Des synergies sont donc possibles et se mettent en place, car tout le monde a bien compris que c'est le chemin de l'unité et de la solidarité qui peut permettre de mettre en échec la destruction de notre environnement.

Plus d'infos :

Regardactu, le dossier complet

Le site de Stopmines23 : http://www.stopmines23.fr/

Stopmines23 en assemblée générale à Chambon sur Voueize

Ajout le 3 février 2016 :

le communiqué de presse de Stopmines23 suite à l'AG :

 

Communiqué de Presse

 

Première assemblée générale de l'association StopMines23

 

La ligne de front de la résistance s'étend et tient bon

 

L'association StopMines23 a tenu, ce samedi 30 janvier, son Assemblée Générale à la médiathèque de Chambon-sur-Voueize.

Créée fin 2014, elle est l'émanation du collectif du même nom qui, depuis 2013 dénonce le projet d'extraction minière en Creuse, projet formalisé par le Permis Exclusif de Recherches (PER Villeranges) accordé à la société minière COMINOR par M. Montebourg alors ministre.

Cette A.G. avait pour but de modifier les statuts de l'association et, comme le prévoit la loi, de faire approuver son bilan financier. Mais, au-delà du formalisme juridique, cette assemblée avait pour but de resserrer les liens entre l'ensemble des membres et des sympathisants, alors que le préfet de la Creuse a accordé le 31 décembre dernier une prolongation de l'autorisation de travaux de recherches jusqu'au 31 mars 2016.

Le rapport d'activités lu et validé par l'assemblée, la parole a été donnée à d'autres compagnons de lutte :

► En Haute-Vienne, tout près d'ici, la population est confrontée à un projet similaire et des riverains se sont réunis au sein d'une nouvelle entité : « StopMines87 ». StopMines23 assure ses représentants de son soutien.

► Un peu plus loin mais toujours en France, en Guyanne, les projets miniers sont nombreux. Un membre de l'association y a vécu et a évoqué les problèmes environnementaux mais aussi sociétaux que cette exploitation provoque.

StopMines23, aujourd'hui forte d'une centaine d'adhérents et d'un nombre encore plus important de soutiens qui s'expriment lors des manifestations festives ou strictement politiques, continue de s'organiser au mieux pour alerter sur les risques et le gâchis que cette exploitation apporterait aux habitants, aux commerces, à l'agriculture, au département et au-delà.

Confrontée, à ses débuts à un certain scepticisme de la part de la population, des médias et des élus, StopMines23 est aujourd'hui reconnue pour la qualité de son expertise de cet ardu dossier du PER. Désormais, elle bénéficie du soutien de l'ensemble des élus et assemblées d'élus de la Creuse et des communes et communautés de l'Allier (La Petite Marche, Montluçon, Domérat,...) qui commencent à s'exprimer, bien conscientes de l'impact sur la pollution des eaux et de l'air d'une telle industrie.

Aujourd'hui donc, les membres de l'association travaillent de concert avec des élus de toutes sensibilités, pour qu'ils fassent entendre le « NON AUX MINES » au plus haut niveau de l'État.

Comme l'association ne vivrait pas sans être aussi un lieu de convivialité, d'humanité, cette Essemblée Générale s'est terminée en dégustant quelques bons produits locaux.

Rien n'est pourtant gagné. Le front de la résistance tient bon et se développe. L'association a remercié les participants de leur présence et les responsables de la Médiathèque de Chambon-sur-Voueize de les avoir accueillis pour ce temps fort de la structuration de la lutte contre l'exploitation minière dont on peut s'inquiéter de savoir à qui elle pourrait bien profiter...

Tag(s) : #Chambon-Sur-Voueize

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :