Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vive la commune !
Vive la commune !

Quelques militants se sont rassemblés devant la Mairie de Commentry le vendredi 18 mars, jour anniversaire de la commune de Paris. Par ce geste, ils entendaient protester contre l'abandon de la tradition qui avait été instaurée, depuis son évènement, par la première commune socialiste au monde. Tous les 18 mars et les premiers mai, jusqu'en 2001 le drapeau rouge était fièrement hissé au fronton de la Mairie pour commémorer ces deux dates clés du mouvement ouvrier français.

Rien n'obligeait la droite à suspendre cette tradition qui était largement ancrée dans les mœurs et l'histoire de la commune de Commentry. Mais le goût de la revanche est sans doute trop fort pour renoncer aux actes mesquins. Si bien que ceux qui prétendent volontiers représenter le peuple dans toute sa diversité en se prévalant de ses suffrages, lui font pourtant l'affront de nier son histoire et l'originalité de cette commune connue pour avoir été la première à avoir porté à sa tête un Maire de gauche.

Si le Maire prétend représenter tous ses administrés, le moins qu'il puisse faire, c'est rétablir cette tradition dans laquelle se reconnaissent de nombreux commentryens. Ainsi, sans rien renier des valeurs qu'il représente, il laisserai à ceux qui méritent autant le respect que ceux qui ont voté pour lui, la possibilité d'honorer dignement les valeurs auxquelles ils sont attachés. Car cette Mairie leur appartient aussi. Il ne serait donc pas excessif de voir le drapeau rouge flotter aux côtés du drapeau tricolore seulement 2 jours par an.

Le Maire a ce pouvoir. La concorde lui commanderait de le faire. Mais voilà celui-ci est trop enfermé dans ses certitudes et peut être même dans la détestation du camp adverse pour consentir à ce geste d'apaisement.

Gérard Blanchet, l'un des organisateurs, animait ce rassemblement. Il avait emmené sa sono personnelle et quelques chants révolutionnaires. Alain Passat est ensuite intervenu pour lire déclaration du Parti communiste de Commentry, puis c'est Sylvain Bourdier, porte parole de "Commentry pour tous" et élu de l'opposition au Conseil municipal qui a pris la parole.

Philippe Soulié

Voici leurs déclarations :

Vive la commune !

Intervention PCF à l’occasion du 18 mars 2016

Alain Passat
Alain Passat

En ce jour anniversaire de la Commune de Paris, insurrection citoyenne, qui s’est maintenue du 18 mars 1871 à la semaine sanglante du 21 mai au 28 mai de la même année, a été l’ébauche d’une organisation proche de l’autogestion et qui a établi des règles de société démocratiquement avancées, des règles révolutionnaires et sociales. Ce soulèvement populaire est pour partie en réaction à la défaite française de la guerre de 1870 contre la Prusse et à la capitulation des dirigeants bourgeois. Le peuple parisien s’est donc honoré dans cette révolte prolétarienne, cela reste un espoir pour nous tous, et nous devons y puiser les forces nécessaires à notre juste combat d’aujourd’hui.

Aujourd’hui il convient de rendre hommage aux 30 000 fusillés « du temps des cerises », rendre hommage, comme le chantait si bien Jean Ferrat à « cet espoir mis en chantier, ces ouvriers et artisans devenus des soldats aux consciences civiles, c’était des fédérés qui plantaient un drapeau, c’étaient des forgerons devenus des héros. » Fin de citation.

Le drapeau rouge représente le premier symbole vraiment universel. Sa puissance émotionnelle, évocatrice et mobilisatrice est aussi forte que d’autres symboles que sont la croix pour les chrétiens ou le croissant à l’étoile pour les musulmans.

Le drapeau rouge symbolise le camps social ouvrier et populaire, à coup sûr des idées progressistes, démocratiques, émancipatrices et internationalistes, mais il représente aussi l’espoir qu’un autre monde est possible, qu’une autre société en France est nécessaire et réalisable, une société de justice sociale, de solidarité et de paix.

Vive la commune !

Dans cet emblème rouge, il n’y a aucune agressivité, son expression c’est la détresse, engendrée par les mauvaises conditions de vie et de travail, par le chômage de masse, par les licenciements, par la disparition de nos industries, par la remise en cause de nos conquêtes sociales, comme l’actualité nous le démontre aujourd’hui avec cette volonté du pouvoir et du patronat de destruction du Code du Travail, pour répondre aux exigences du capitalisme et de l’Europe des nantis. Cet anéantissement des droits des travailleurs à laquelle plus de 70% des françaises et français s’opposent doit être retiré. Laisser faire un tel massacre serait un retour au 19 ème siècle. Trop de garanties ont été données au grand patronat qui en demande toujours plus. C’est pourquoi, avec de nombreux drapeaux rouges, nous serons toutes et tous dans les manifestations du 31 mars prochain.

L’ expression de ce drapeau c’est aussi la solidarité ouvrière, la solidarité des gens du peuple, c’est une force que nous nous devons d’animer pour rendre au peuple le pouvoir qui lui revient, un peuple conscient, éduqué, qui soit auteur et acteur de la vie sociale et politique.

Dans cet univers impitoyable que nous fait subir le capitalisme, il convient que nous ayons des repères, servons nous des expériences du passé pour préparer l’avenir. Nous avons les uns et les autres une responsabilité à faire vivre la mémoire collective. Quel manuel scolaire évoque la Commune de Paris ? A ma connaissance aucun, le capitalisme et ses grands valets n’ont nul intérêt à propager les idées révolutionnaires dans les têtes de nos enfants.

Ce drapeau s’est imposé en France en 1792, auparavant il était utilisé et hissé par les autorités pour disperser les attroupements populaires, il était le symbole de la répression bourgeoise et c’est plus tard en 1830 et 1848 qu’il est adopté par les sociétés révolutionnaires et les classes laborieuses, non pour terroriser l’adversaire comme le croit encore la bourgeoisie, mais comme signe des aspirations à la justice sociale et à la réconciliation des Peuples.

Ce drapeau rouge flottant sur la façade de notre Hôtel de Ville pendant de longues années doit être à nouveau utilisé comme symbole en mémoire du 18 mars, il n’avait pour but que de rappeler ce que nos anciens avaient vécu à travers cette expérience unique de la Commune de Paris, il n’avait pour but que de rendre hommage aux victimes de la tuerie de la semaine sanglante orchestrée par Monsieur Thiers. Ce même drapeau était aussi arboré le jour du 1er mai à l’occasion de la fête des travailleurs obtenue de hautes luttes et souvent dans le sang, car la grande bourgeoisie capitaliste pour préserver ses privilèges n’hésite jamais à réprimer sévèrement. C’était le cas au 19 ème et 20 ème siècle, et ils sont prêts à recommencer.

Ce drapeau rouge est l’étendard d’une tradition ouvrière dans notre bassin industriel, dans notre bassin de vie, il est la marque de la solidarité, mais aussi de la volonté de lutte contre le fascisme, et en ce moment, nous avons bien besoin de cette fraternité, car enfin le racisme c’est se tromper de colère. Non l’adversaire, ce n’est pas l’immigré, ou le réfugié, mais le banquier, ce capitalisme qui se sent en perdition et qui utilise tous les artifices pour tromper le Peuple afin de garder son hégémonie.

Ce drapeau est aussi l’emblème international pour la paix entre les Peuples et pour la coopération, l’Histoire donnera raison à notre drapeau rouge. Plus que jamais, l’optimisme est de rigueur, notre lutte à tous les niveaux sera triomphante.

Vive la commune !

Déclaration de Sylvain Bourdier

Vive la commune !
Vive la commune !

Les interventions filmées par Jean-Michel Vallée et mis en ligne par Gérard Blanchet

Tag(s) : #Commentry

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :