Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'ancien député Maire de Montluçon, Pierre Goldberg, part en croisade contre la privatisation d'Athanor

L'ancien Maire de Montluçon, Pierre Goldberg n'a pas pour habitude d'intervenir dans le débat public depuis qu'il a mis un terme à sa carrière politique. Il se consacre à l'animation de l'atelier et volontiers à la lecture. Mais l'annonce de la "mise en fermage" d'Athanor l'a convaincu de sortir de son silence, et c'est avec une certaine émotion qu'il s'exprime aujourd'hui à propos d'une décision qui le choque profondément.

L'ancien Maire de Montluçon refuse en effet de voir Athanor édifié durant son mandat, bradé à la gestion du privé, ce qui selon lui remettrait gravement en cause le projet culturel qui avait été élaboré par toute une équipe afin de promouvoir l'activité culturelle de la ville.

C'est la raison pour laquelle celui-ci appelle les habitants de Montluçon et des communes limitrophes, ainsi que leurs élus à venir se rassembler sur le parvis d'Athanor le lundi 9 mai à18h pour, selon sa propre expression, "venir délibérer".

Ci-dessous le communiqué de l'ancien Maire de Montluçon :

L'ancien député Maire de Montluçon, Pierre Goldberg, part en croisade contre la privatisation d'Athanor

Athanor privatisé, la culture sinistrée

L'ancien député Maire de Montluçon, Pierre Goldberg, part en croisade contre la privatisation d'Athanor

A la lecture ou à l'écoute des médias locaux du mercredi 27 avril, annonçant la privatisation d'Athanor, j'ai dû affronter personnellement un véritable choc émotionnel. J'imagine sans peine que ce sentiment a été très largement partagé par toutes celles et tous ceux qui ont participé à l'élaboration d'Athanor, qui ont agi pour sa réalisation, qui, sous tant de formes, l'ont par centaines de milliers fréquentés, utilisés, qui y ont vibré dans tous leurs sens.

Car Athanor, créé en 1985, est le fruit d'une aspiration collective des montluçonnaises et des montluçonnais et de leurs élus à voir bouger leur ville, à la préparer aux défis du 21ème siècle. Cet équipement extrêmement polyvalent à la triple dimension économique, culturelle et sportive nous plaçait à l'époque à l'avant-garde régionale et faisait rayonner notre ville d'une image jeune, enthousiaste et confiante dans l'avenir.

En effet, Athanor est un lieu unique de rencontres pour tous les montluçonnais et le public si loin autour de leur ville, quel que soit leur âge, des enfants des écoles aux seniors. On peut en effet y découvrir des spectacles culturels innovants, participer à des spectacles de variété, y pratiquer diverses activités sportives et économiques.

Cette réalité est largement connue et reconnue, Mais Athanor c'est aussi une aventure de gens passionnés, de membres du personnel dévoués et qualifiés qui se sont battus pendant des décennies pour offrir une diversité d'activités, de nature à satisfaire tous les appétits, toutes les curiosités.

L'annonce de la privatisation d'Athanor lors de la dernière séance de la Communauté d'Agglomération est non seulement un coup terrible porté à la vie culturelle montluçonnaise, elle est aussi le signe d'un renoncement et d'une résignation insupportable pour qui aime sa ville et souhaite la voir se développer.

Rappelons en quelques mots les arguments des partisans de l'affermage qui n'est rien d'autre qu'une privatisation. Athanor serait trop cher à entretenir, trop cher en fonctionnement, face à la baisse des dotations. La seule bonne solution serait la privatisation présentée comme le gage de la réalisation des investissements nécessaires, la garantie de spectacles nombreux et attractifs car l’entreprise privée en charge de la gestion aurait un intérêt direct à la réalisation d'un chiffre d'affaires important. Et quand quelques voix timides s'élèvent pour s'inquiéter du risque de marchandisation, on leur rétorque d'un air sentencieux : « le cahier des charges nous offrira les meilleures garanties. »

Aucun de ces arguments ne résiste à l'examen pour qui veut dépasser les présupposés idéologiques qu'induit cette pensée à courte vue. Tout d'abord, en creux, nous devrions comprendre que jusqu'à présent la structure est mal gérée, la prise de position publique de la Présidente actuelle en dit long sur son dépit lorsqu'elle rappelait les actions menées ces dernières années. En réalité personne n'est a priori en capacité de démontrer qu'une gestion privée serait plus efficace qu'une gestion publique, bien au contraire si l'on prend l'exemple de la gestion de l'eau, de nombreuses collectivités qui l'avait concédée au privé ont fait le choix d'un retour dans le giron du public.

Ensuite, à qui veut-on faire croire qu'une société privée animée par la recherche d'un profit va réaliser des investissements conséquents, proposer des spectacles ambitieux par le simple talent de gestionnaires zélés ?

A chaque fois que l'on privatise on constate les mêmes réalités, investissements minimum, rentabilité maximum. Les « économies de gestion » se feront à tous les niveaux. D'abord sur le personnel, bien sûr, avec la dégradation des services que ces économies vont engendrer.

L'engagement du Président de la Communauté d'Agglomération de reclasser les salariés privés de leur emploi en dit long sur ce qui les attend et ne règle rien sur le fond quand bien même cette promesse politicienne serait tenue. Les économies se feront également, inéluctablement sur la qualité de l'offre culturelle qui risque de se dessécher abandonnant l’audace, en fermant la porte à la création et à l’innovation.

Au delà des économies, la privatisation se traduira nécessairement par une augmentation des coûts pour les clients, comprenez les habitants qui, par leurs impôts, ont financé la structure et son entretien depuis plus de 30 ans. Et tout ça pourquoi ? Que se passera t-il si la société privée échoue dans son entreprise ? La réponse est dans la question, les habitants paieront parce que même si la culture n'est manifestement pas la priorité des édiles locaux, on imagine mal fermer Athanor qui demeure emblématique pour les montluçonnais.

Athanor a 31 ans, une modernisation s'impose, 2016 n'est pas 1985. Mais plutôt que de sacrifier la culture, donnons-lui une force prioritaire, appuyons-nous sur les femmes et les hommes qui ont consacré leur énergie à cette formidable aventure, Athanor, atout de reconquête sur les friches d'une industrie disparue du 19ème siècle a été financé avec la sueur des seuls montluçonnaises et montluçonnais. Cet équipement ne doit pas être confisqué, il est notre bien commun. Battons-nous pour lui conserver une gestion publique !

Nul n'a le droit, surtout pas les élus municipaux qui n'ont pas avoué aux dernières municipales qu'ils en avaient l'intention, de privatiser et de casser Athanor. Ils n'ont donc pas le mandat pour prendre cette impensable décision. La décision ne peut revenir qu'aux montluçonnais. On détourne un bien qui leur appartient.

Je propose donc qu'ils soient consultés d'une façon large et sérieuse, pouvant aller, s'ils le décident jusqu'à un référendum. Pour examiner cette situation, pour envisager les actions à conduire, je me permets, vu l’urgence des interventions à faire, d'appeler les montluçonnaises et les montluçonnais, les habitants de la région montluçonnaise, les élus de quelle commune qu'ils soient, à se réunir pour délibérer ensemble sur le parvis d'Athanor le lundi 9 MAI à 18h.

Pierre GOLDBERG

Ancien Député-Maire de Montluçon, ancien Président d'Athanor.

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :