Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Et la lutte continue,  Fière, confiante, vigilante…

C’est avec fierté et ce, en bonne compagnie, que je peux dire ici que j’ai participé avec bonheur à cette formidable journée de lutte, de revendications d’intérêt général et de mise en œuvre du commun.

Rencontrer autant de monde, autant de volonté mobilisatrice à l’appel du Front Syndical anti-loi EL KHOMRI, unissant toutes les catégories de travailleurs pour obtenir le retrait de cette loi de recul social éhonté, n’est pas rien, un privilège même. Construire l’espérance de changement des rapports au travail dans un système libéral fondamentalement aux mains de la finance, est démonstratif d’un succès qui en appelle d’autres.

Les pronostics politiciens des gens du pouvoir gouvernemental et des porte-paroles médiatiques répétant à l’envie que le mouvement s’essoufflait, que les grèves régressaient, sont battus en brèche. Cette journée d’actions rassemblant 1 million de personnes à PARIS et plusieurs centaines de milliers dans les grandes villes de province, ça calme… , comme on dit, les ardeurs des porteurs de fausses nouvelles attachées aux dogmes de la falsification des faits et des motivations…

Depuis ce matin, tournent en boucle les dégradations des petits groupes organisés et connus des autorités qui s’attachent à laisser des traces de vitrines taguées ou brisées. Le point d’orgue est la montée en épingle la situation devant l’hôpital NECKER qui montre la nocivité de tels actes irresponsables. Mais je dis de cela, au risque de déplaire à certaines « fausses saintes nitouches » bien pensantes que la dégradation des hôpitaux provient avant tout de l’intérieur minée par une politique de casse dramatique de notre système de soins et de manque de moyens, etc…

Bien sûr, le 1er ministre, chef d’orchestre de la pagaille sociale ne décolère pas, mal à l’aise devant la réussite de la manifestation. Il tonne, rouge jusqu’au front que son vœu est d’interdire PARIS à de telles manifestations. Et le Président lui-même lui emboite le pas. Une nouvelle fois alors de crier « Haro » à l’encontre de la seule CGT, devenue ennemie public n°1. La variété syndicale et professionnelle des cortèges qui n’en finissaient pas sur quelques 6 à 7 km des grandes rues et des boulevards, ce n’est pas ce qui compte.

Décidément, le mépris et la médisance de ces dirigeants-là n’a aucune limite !

J’ai avec mes collègues de la région montluçonnaise, vu de mes yeux vu, comment les forces policières jouaient au chat et à la souris avec ce petit groupe « anarcho-fasciste » de gestes destructeurs et de slogans provocateurs qui ne servaient qu’à une chose, empêcher la manifestation de se dérouler de bonne manière et aller à son terme prévu : l’Esplanade des Invalides qui aurait alors été noire de monde !

Il faut qu’il y ait de la casse pour faire peur aux bonnes gens et déprécier la force montante de la colère, de la lutte construisant une alternative à ce pouvoir des banquiers et des affairistes…. C’est triste à constater mais je ne peux m’empêcher de voir en ces gens-là, oui de la honte et la survivance malveillante de l’esprit Versaillais de ceux de leurs prédécesseurs, qui assassinait « la Commune de Paris ».

Mais cet entêtement prôné en haut lieu de ne vouloir rien céder, se heurte à un sentiment de plus en plus solide : celui de la nécessité de changement profond non seulement d’hommes mais de politique, celle dont le peuple travailleur et la jeunesse ont besoin !

Au-delà du refus d’accepter les diktats du trio infernal Hollande-Guettaz-Valls, c’est bien d’une volonté de s’ouvrir à des solutions prenant en compte les causes réelles du mal qui ronge la société que nous voulons. S’en prendre aux fondements de ce libéralisme autant célébré par la Gauche d’accompagnement et de compromissions que par la Droite qui s’extrémise, tiré en ce sens par le Front National, voilà ce qui progresse dans l’opinion. Une opinion qui continue à 60 % et plus, de réclamer le retrait de la loi EL KHOMRI, symbole concret de la contre révolution sociale et démocratique en cours. Ce qui existe chez nous autant que dans nombre de pays de cette Europe actuelle qui s’enfonce dans la crise du système néo-libéral mondialisé.

Un autre monde s’annonce, le peuple français ne peut se dérober à cela ! En tout cas, la journée du 14 Juin aura une suite, c’est sûr dans cette perspective…

Paul CRESPIN, le 16/06/2016

Au premiere plan sur le côté droit Paul Crespin à la manif à Paris.

Au premiere plan sur le côté droit Paul Crespin à la manif à Paris.

Tag(s) : #Billet d'humeur

Partager cet article

Repost 0