Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Ministre du Travail désavoue l'inspection du Travail et approuve le licenciement du délégué du personnel d'Air France
La Ministre du Travail désavoue l'inspection du Travail et approuve le licenciement du délégué du personnel d'Air France

L'affaire des "chemises des dirigeants d'Air France" connaît un nouveau rebondissement. Le licenciement du délégué du personnel CGT notifié par la Direction d'Air France avait été rejeté par l'inspection du Travail le 20 janvier 2016 après que celle-ci est diligentée une enquête minutieuse à propos des faits qui lui étaient reprochés et du rôle que ce dernier avait joué dans cette affaire. Plus de quatre pages motivaient cette décision.

Las, la Direction d'Air France avide de vengeance et désireuse de faire des exemples afin de décourager tout esprit de rébellion, avait immédiatement formulé un recours auprès de la ministre du travail qui s'est saisi du dossier.

Or, et de manière unilatérale, Myriam El Khomri invalide la décision de l'inspection départementale du Travail et donne son feu vert pour le licenciement du salarié protégé. Celle-ci estime en effet que les charges sont suffisamment graves pour que le salarié soit licencié. En outre, la Ministre aurait affirmé que les faits reprochés au salarié protégé étaient les mêmes que pour les quatre autres salariés non protégés déjà licenciés en janvier, et que par conséquent ce dernier devait subir le même sort, en oubliant un peu vite que si les quatre avaient été licenciés si facilement, c'ést précisément en raison du fait qu'ils n'étaient pas des salariés protégés (porteurs de mandat syndical).

Par cette décision inqualifiable, ce gouvernement signe définitivement son appartenance à l'idéologie répressive de la droite la plus réactionnaire qui soit. Qui plus est, c'est faire fi d'une décision de droit qui prenait en compte tous les éléments du dossier et avait conclu de manière motivée que les charges retenues n'étaient pas suffisamment établies pour justifier une telle décision.

On ne compte plus les politiques mis en cause pour des faits d'une extrême gravité (abus de biens sociaux, détournements de fonds publics, prise illégale d'intérêt, etc). La plupart sont en liberté et attendent toujours d'être jugés (s'ils le sont un jour). Pendant ce temps-là, l’exécutif s'autorise à passer par-dessus les décisions prises par les services de l'État. Non pour annuler une sanction, mais pour la rétablir, alors que l'annulation du licenciement est motivée de manière rigoureuse. La preuve que le pouvoir socialiste veut faire des exemples en frappant les travailleurs et leurs organisations syndicales sans pitié.

En ce moment, les militants de la CGT paient un lourd tribu à la lutte contre les recul sociaux. C'est pourquoi il faut être solidaire et faire la démonstration qu'au-delà des appartenances à telle ou telle organisation syndicale, nous plaçons au dessus de tout, l'unité et la solidarité entre travailleurs en lutte.

Le 27 et le 28 septembre, la CGT appelle à un grand rassemblement devant le tribunal de grande instance de Bobigny pour exiger la relaxe des 16 inculpés d'Air France. Nul doute qu'ils seront nombreux à répondre à cet appel. La rentrée sera donc placée sous le double signe de la lutte contre la loi Travail et de celle contre la répression anti-syndicale.

La Ministre du Travail désavoue l'inspection du Travail et approuve le licenciement du délégué du personnel d'Air France

Communiqué de la CGT suite à la décision de la Ministre du Travail concernant le licenciement du salarié protégé licencié par Air France :

La Ministre du Travail désavoue l'inspection du Travail et approuve le licenciement du délégué du personnel d'Air France

Il n'y a pas de conquêtes sociales sans libertés syndicales. Gouvernement et Medef, en pleine lune de miel depuis 2012, l'ont bien compris : ils veulent museler le monde du travail pour imposer leurs réformes antisociales !

Communiqué commun de la confédération CGT, de la Fédération CGT Transports et du syndicat Ugict d'Air France

La chasse aux sorcières, qu'ils mènent contre toute forme de lutte et de contestation notamment envers les militants de la CGT, continue de plus belle.

Suite à l'affaire dite de « la chemise », le 5 octobre 2015, la direction d'Air France a décidé de licencier Vincent Martinez, délégué du personnel, élu CGT. L'Inspection du Travail s'est alors saisie du dossier, et après enquête, a invalidé le licenciement de notre collègue le 20 janvier 2016.

Air France, ne pouvant accepter cette décision, pourtant motivée sur un courrier de quatre pages, a envoyé un recours hiérarchique auprès de la Ministre du Travail, Myriam El Khomri. Celle-ci avait quatre mois, à compter du 3 février 2016, pour statuer sur cette demande de licenciement.

N'ayant reçu aucune réponse en date du 3 juin, le licenciement de Vincent a été implicitement rejeté, conformément à l'article R2422-1 du Code du Travail. Or, le 5 août, Vincent a reçu un courrier du Ministère du Travail lui notifiant l'annulation de la décision de l'Inspection du Travail, c'est-à-dire donnant l'autorisation (tant recherchée) à Air France de le licencier. Nous nous étonnons d'une telle décision !

Myriam El Khomri désavoue ainsi l'Inspection du Travail en revenant sur une décision pourtant longuement motivée. Après ceux déjà utilisés pour La loi Travail, il s'agit ni plus ni moins d'un nouveau 49.3 !

Après les Goodyear, condamnés à des peines de prison ferme, le pouvoir décide de frapper un grand coup contre les salariés d'Air France qui ont osé se dresser contre une politique « sociale » désastreuse et mortifère pour l'emploi. 16 de nos collègues d'Air France seront jugés à Bobigny.

La CGT condamne toute forme de répression visant à tenter de museler la moindre contestation. Elle apporte son soutien à tous les salariés injustement incriminés et appelle à manifester les 27 et 28 septembre 2016 devant le Tribunal de Grande Instance de Bobigny pour la relaxe des 16 d'Air France.

Montreuil, le 8 août 2016

Signez et faites signer la pétition pour la réintégration de Vincent Martinez à Aire France :

ICI

 

 

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost 0