Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le billet  (de mauvaise) humeur de Roland

Je suis un chouya agacé ! Déclencheur, la réception télé à Montluçon, ou plutôt la mal ou non-réception récurrente qui persiste, et pas évoqué sur certaines chaînes un son catastrophique voir incompréhensible.

Ça râle, normal, mais jamais évoqué cette modernisation (sic) a l’œuvre depuis de nombreuses années, qui persiste malgré l’échec patent de la chose, avec ses thuriféraires idéologues-messianiques « ça ne marche pas, mais c’est parce que "y en a pas assez", je veux parler des privatisations tout azimut et le moins d’état possible parce que "y sait pas faire". Ne rigolez pas, ce n'est pas bien.

Et la chose est valable dans tous les domaines : le rail – fut un temps où des liaisons avec Paris étaient proches des 3h, fut un temps, il y avait même un Bordeaux-Genève un peu galère mais "y avait". Le téléphone - fut un temps où le dépannage avait lieu rapidement, les lignes entretenues, etc. Et, impensable, des tarifs en "péréquation", tout français à égalité avec les services publics (le moyen-âge) Idem pour l’électricité, gaz, etc.. Fut un temps. La liste serait fastidieuse de toutes les gabegies accumulées.

Aujourd’hui, moderne et performant, non seulement le dépannage est aléatoire (un des champions SFR, (vous savez le mec qui a un monceau de dettes), est qui dépanne jamais ! mais en plus c’est payant, avec des salaires et pensions qui n’augmentent pas.

Et, "On" nous propose quoi ? De continuer avec une, ou deux, ou trois couches de plus de la gôôches complexée (de droite) à l’extrême-droite (qui n’a jamais, nul par, agit pour le petit peuple).

Sur cet aspect, comme je ne suis pas intelligent, j’aimerais, je sollicite quelqu’un qui se situerait dans la mouvance "de gauche, ou plutôt gôôches" pour m’expliquer pourquoi certains (de ceux-là) en pincent pour Macron, qui se dit ‘’pas de gauche’ et partisan "du laisser-faire", je n’arrive pas à saisir ?

Enfin, dans la foulée, je ne comprends pas non plus (suis-je bête tout de même !) cette accrochage, comme des berniques à leur rocher, à la préservation de l’Union Européenne (expérience récente) – je suis pour en sortir assez rapidement (mais ça s’organise) Union qui est exclusivement au service, inféodée a la haute finance, et nous appauvrie tous les jours un peu plus. Ça ne tiendrait-il pas du syndrome de Stockholm, où la victime encense et vénère son bourreau ? Le dernier épisode du CETA est encore un exemple frappant (en propre et figuré)

Roland Lepaysan

Tag(s) : #Billet d'humeur

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :