Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Moyen-Orient est en proie depuis des décennies à des conflits qui vont parfois jusqu’à la guerre ouverte. On sait qu’à l’origine de tous ces troubles les occidentaux ont une lourde responsabilité, notamment à la suite de la première guerre mondiale où ils ont opéré des partages de territoires et la création d’Etats avec des frontières sans aucun lien avec la réalité des nationalités, ethnies et autres communautés religieuses.

Cette région du Monde regorge de pétrole, ce qui pourrait être un bonheur pour ses habitants mais qui est en fait source de malheurs multiples à part pour quelques oligarques saoudiens, qataris, notamment. Les puissances occidentales s’essaient chacune à leur tour à exercer le rôle de gendarme avec le succès que l’on sait (France et Grande-Bretagne en 1956…Etats-Unis en 2003) et ça continue aujourd’hui.

La diplomatie française, pendant une période assez longue, des années 60 aux années 2000, c’était « quelque chose », dans le sens où elle existait et essayait de peser, avec parfois du succès. Depuis la période Sarkozy puis Hollande chacun sait qu’elle frôle la nullité et se repose quasi-exclusivement sous l’autorité des USA. Que laissera de positif Jacques Chirac dans la mémoire collective ? Peut-être pas grand-chose mais au moins de n’avoir pas suivi Bush et ses complices dans l’écrasement de l’Etat irakien en 2003 dont ses populations sont les premières à faire les frais mais aussi les occidentaux avec les crimes terroristes de DAECH qui est né de la désagrégation de l’Irak.

Je ne suis pas sûr que les Présidents qui ont suivi Chirac auraient eu sa sagesse, je suis même presque sûr du contraire, à voir la manière dont Sarkozy avec l’aide des Britanniques a explosé la Lybie, avec les conséquences que l’on sait.

Bref, chaque jour apporte son lot de massacres divers, en Syrie, Irak, Yémen…etc.

Dans ce contexte, les Palestiniens se voient tous les jours un peu plus spoliés de leurs droits, de leurs terres, dans un silence médiatique assourdissant. Quels crimes auraient-ils commis pour subir de telles punitions ? Pas celui du génocide des Juifs et des Tsiganes en Europe pendant la seconde guerre mondiale, en tout cas. Ils ont sans doute aussi le malheur de vivre depuis des siècles sur cette terre de Palestine pas très loin des champs pétrolifères et donc des intérêts des Occidentaux qui considèrent Israël (mais aussi l’Arabie Saoudite, le Qatar…) comme des points d’appui pour assurer la pérennité de leurs approvisionnements pétroliers.

Enfin moi, c’est comme ça que je comprends les choses.

Pour ne pas oublier les Palestiniens il faut de temps en temps s’informer de ce qui se passe dans leur Pays. Un moyen est d’aller sur le site Association France-Palestine Solidarité :

www.france-palestine.org

Michel Beaune

ci-dessous, deux textes de l'AFPS (Association France Palestine Solidarité)

Manœuvres franco-israéliennes dans l’espace aérien français : un très mauvais coup pour la paix

http://www.france-palestine.org/Manoeuvres-franco-israeliennes-dans-l-espace-aerien-francais-un-tres-mauvais

Selon des sources israéliennes des avions de chasse israéliens ont mené plusieurs exercices avec l’aviation française en Corse ces deux dernières semaines. C’est la première fois que des pilotes israéliens et français s’entraînent ensemble pour des simulations de combats aériens dans l’espace aérien français.

Une telle coopération militaire avec l’armée qui a conduit les massacres de Gaza en 2008-2009, 2012 et 2014 est proprement scandaleuse. Elle a été annoncée le 20 novembre, journée internationale des droits de l’enfant, ces enfants qui ont payé si cher les attaques de l’aviation israélienne contre Gaza.

En récompensant ainsi les violations continuelles du droit international par Israël, la France fait preuve, une fois de plus, d’une faiblesse qui devient complicité. Il est incohérent de prétendre porter une initiative de paix (rejetée avec mépris par les dirigeants israéliens) et de s’engager dans des manœuvres militaires communes, 60 ans après la calamiteuse expédition de Suez, symbole même de l’aveuglement colonial franco-israélien.

Les Français, qui majoritairement aspirent à la paix, ne s’y trompent pas : ils savent qu’Israël, par sa politique de conquête et de nettoyage ethnique, reste aujourd’hui un des principaux fauteurs de guerre. L’AFPS condamne fermement ces manœuvres militaires franco-israéliennes qui sonnent comme une provocation insupportable pour toutes celles et ceux qui pensent que la paix ne peut venir que de l’application du droit.

Elle demande au président de la République et au gouvernement français de cesser immédiatement toute coopération militaire et sécuritaire avec l’État d’Israël tant que ce pays viole le droit international.

Le Bureau national de l'AFPS

 

Nettoyage ethnique à Jérusalem, dépossession « légalisée » dans toute la Cisjordanie

http://www.france-palestine.org/Nettoyage-ethnique-a-Jerusalem-depossession-legalisee-dans-toute-la-Cisjordanie

Témoignant devant le Conseil de sécurité le 14 octobre, le directeur de B’Tselem Hagaï El-Ad avait lancé, dénonçant l’injustice de l’occupation, « Je vous implore aujourd’hui d’agir ! » et s’était vu en retour menacé d’être déchu de sa nationalité.

Dans le même temps les votes de l’Unesco sur Jérusalem provoquaient une véritable hystérie, Israël faisant mine d’y voir une négation des liens du judaïsme avec la ville sainte. Pure comédie à laquelle le Conseil de Paris s’est prêté avec une scandaleuse complaisance.

Les faits, dans leur brutalité, permettent pourtant de comprendre qu’on est là dans le maquillage de la réalité.

A Jérusalem, 2016 marque une forte accélération des destructions de bâtiments et logements palestiniens. Ainsi, selon un décompte de l’ONG israélienne Ir Amim (City of Nations), c’est un total de 190 structures dont 122 unités d’habitations qui y ont été déjà détruites à la date du 15 novembre, contre 74 pour l’ensemble de l’année 2015.

Comble du traumatisme, la destruction contrainte est de plus en plus souvent effectuée par les habitants eux-mêmes pour éviter de rajouter aux amendes déjà élevées le prix d’une démolition assurée par des entreprises désignées par les autorités d’occupation.

Politique inhumaine et planifiée qui vise au nettoyage ethnique en rendant insupportables les conditions de vie à Jérusalem et dans la zone « annexée ».

Néanmoins les Palestiniens de Jérusalem résistent en restant sur place malgré des conditions de plus en plus précaires.

Le 16 novembre la Knesset, pour répondre à une décision de la Cour suprême israélienne déclarant illégale la colonie d’Amona, votait en première lecture une loi de légalisation des « avant-postes » et des milliers d’unités de logement construites sur des terres palestiniennes privées. Cette loi permettrait de ne plus tenir compte des avis négatifs de la Cour Suprême, pourtant elle-même experte en matière de « légalisation » de cas de dépossession, et de transférer, via un administrateur des « biens publics », une propriété palestinienne à un nouveau propriétaire. Une véritable monstruosité juridique considérée comme telle jusque dans les hautes sphères de l’Etat.

Une nouvelle fois la France est placée au pied du mur. Si elle veut réellement défendre la légalité internationale, elle doit rappeler que l’annexion de Jérusalem par Israël est nulle et non avenue, que toutes les colonies sont fondamentalement illégales et s’opposer par des sanctions effectives à toute mesure visant à les pérenniser.

C’est le sens de la campagne lancée le 16 novembre par l’AFPS avec ses partenaires du Collectif national et de l’appel « Trop c’est trop ! », pour la suspension de l’accord d’Association UE-Israël. Il faut arrêter la machine infernale de l’occupation et de la colonisation.

Le Bureau national de l'AFPS


Association France Palestine Solidarité (AFPS)
21 ter Rue Voltaire 75011 Paris
Tél. : 01 43 72 15 79

Partager cet article

Repost 0