Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PCF : Un pas en avant … Deux pas en arrière !

Les deux dernières journées de vendredi à samedi soir, nous permettant de vivre d’assez près les réflexions et décisions des dirigeants du PCF pour s’engager résolument dans la campagne présidentielle.

Vendredi 4 novembre, le 1er secrétaire du PCF Pierre Laurent entonne par médias interposés une petite musique assez constructive de sa part. A la veille de la tenue de la conférence Nationale ayant à prendre position sur trois hypothèses d’engagements pour les élections de 2017, il donne un avis qui pour ceux qui connaissent un peu la pratique du PCF, se veut éclairer le sens des réflexions à avoir le lendemain.

Il ramène les options à choisir et à donner à voir aux militants communistes durant une consultation à venir… Il prend position en faveur de Jean-Luc Mélenchon et exprime clairement que le choix d’une candidature communiste n’est pas celui qu’il privilégie. Il ne parle plus d’une troisième option pourtant mise en exergue par leur dernier conseil national d’octobre. Il s’agissait alors d’une candidature de large rassemblement…

Dans l’entourage qui est le mien, nombre de communistes favorables à la candidature de JLM 2017, mais mis en attente d’une position claire de leur parti, se disent satisfaits mais sans plus ! Les déclarations multiples faites par le porte-parole national n’invitaient pas jusque-là à l’optimisme. Mais pourquoi pas l’espoir de nouveau ? Chacun en effet se souvient des calamiteuses campagnes électorales des présidentielles de 2002 et de 2012 pour les candidats communistes et chacun a en tête l’espoir retrouvé d’une construction alternative de gauche radicale avec le Front de Gauche 2012.

Pierre Laurent en cette journée du vendredi 4 novembre, même avec les restrictions qu’il donne à propos du cadre de La France Insoumise, parle plutôt au positif et pour beaucoup (trop naïfs dira-t-on) exprime. Un pas en avant, Et bien non ! Dès le lendemain au sein de la conférence nationale, rien ou peu d’éléments vont aller dans le sens du souhait du 1er secrétaire national et de quelques-uns de ses amis… Car ici, vrais et faux amis se repositionnent et laissent aller leur vraie volonté et soulignons-le aussi, souvent leur vraie nature. Les lectures des vidéos de la conférence nationale de ce samedi 5 novembre (visibles sur le site du parti) donne à comprendre le niveau des interrogations trahissant un même sujet d’inquiétude à la base du parti actuellement. A part chez André Chassaignes, l’optimisme d’une candidature communiste, bien que souvent évoquée durant les 4 min offertes à chaque intervenant, n’était pas de mise…

Déjà largement exprimé depuis plusieurs mois, avec des arguments des plus fous provocateurs à l’extrême, les raisonnements anti Mélenchon sont relancés et entre autre la question du refus d’élargissement de la campagne proposée par le mouvement des Insoumis. Le maintenant célèbre Olivier Dartigolles est de ceux-là qui reprend ses critiques du « tout sauf Mélenchon » dont ce sont délectés à la fois les dirigeants socialistes et les médias nationaux qui s’en sont fait les relais.

Est évoqué alors, plutôt en sourdine c’est vrai, le besoin d’attendre que la primaire socialiste de Janvier 2017 rende un verdict qui élimine François Hollande et propulse en avant du PS Arnault Montebourg. La démarche d’union de la gauche plurielle et ici se rajoute anti austéritaire (!!!) n’est pas la moindre volonté de nombre de dirigeants ! Des problèmes des Français et du rejet des politiques libérales qui en sont la cause, bien évidemment ne sont pas abordés sérieusement ! Mais cela ne devrait étonner personne puisqu’il est connu que les rencontres plus ou moins secrètes avec A. Montebourg et ses amis sont du domaine de la pratique en cours au PCF. Ce dernier ne s’en vantait-il pas à la télé dès ce dimanche !

En regard du positionnement de Pierre Laurent et de son pas en avant exprimé la veille de ce samedi, comment ne pas penser là, à un pas en arrière. La solidarité de direction au PCF ayant peine à voir ! S’exprime alors dans la conférence, avec un certain systématisme, le besoin de relancer de nouveau l’argumentaire d’une candidature autonome communiste capable de fixer une orientation claire permettant au parti de peser sur, voire de cadrer dès lors la France Insoumise et ses groupes de soutien.

Une candidature autonome de qui et de quoi ? De la France Insoumise et de son candidat sans doute ! Mais autonome du PS, certainement pas. Disons que cela permettra, pourquoi pas, que l’on essaie de négocier des places pour les législatives comme l’avait fait le parti des Verts en 2012… Et tant pis si cela ne mène en rien à un redressement du positionnement politique général du PCF, du moment que l’on sauve de cinq à dix députés !

Chauffés à blanc depuis quelques mois maintenant, les délégués issus des fédérations se positionnent donc devant un 1er secrétaire bien obligé de faire bonne figure. Le vote de la conférence nationale sur les deux options mises aux voix donnera les résultats suivants :

Pour le soutien de Mélenchon 44,31 % Pour la candidature communiste 55,69 % Les abstentions n’apparaissent pas puisque le compte s’est fait à partir des exprimés. Sans doute de 5 à 8 % diront quelques indiscrets.

Faut-il prendre cela pour argent comptant, parler d’un parti uni et prêt à la bataille, je suis de ceux qui ne le pensent pas ! Car de fait, Le deuxième pas en arrière se prépare à partir de là. C’est celui d’une volonté exprimée largement de donner une chance à une candidature A. Montebourg et cela suppose d’occuper le terrain, de faire croire à une volonté unitaire de gauche pour faire face aux dangers d’une droite extrémiste et d’un FN en position de guet-apens. Faire intervenir les peurs reste une recette pour resserrer les rangs. Le flou artistique savamment distillé demeure donc au PCF en tout cas au niveau de ses cadres et de là, la déception des militants de base va se trouver encore renforcée car il faut les écouter pour l’apprécier, des militants en nombre veulent entrer en campagne d’une manière offensive !

On en est là au soir de la conférence nationale où se sont entremêlés des positionnements sectaires à l’égard de la France Insoumise et des plus opportunistes attendant les résultats de la primaire socialiste de janvier. Pour beaucoup, c’est du jamais vu au sein du PCF. Comme un coup de grisou qui va marquer pour longtemps le bel optimisme des communistes ayant participé avec enthousiasme à toute la campagne électorale de 2012 et des 4 millions de voix rassemblés.

Que valent les atermoiements constatés en ces moments de trouble politique, devant le rassemblement des 140 000 soutiens fermes de la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon déjà portés vers l’avant. Que représentent encore les anti-Mélenchon du PCF quand des milliers de communistes encartés à l’appel de Francis Parny ou de Christian Audoin (plus de 3 500 à ce jour) se mobilisent et apportent leur contribution aux groupes de soutien de la candidature de JL Mélenchon.

On sait que la capacité de nuisance de certains dirigeants du PCF existe, on le voit en région Auvergne et cela s’était déjà exprimé dans les consultations antérieures avec les déceptions populaires qui s’y rattachent. Ceux qui croient encore pouvoir manipuler l’opinion avec des fausses théories des unions à géométrie variable, savent que l’on ne peut tromper le peuple tout le temps !

Et le peuple, c’est l’option décisive de la candidature de Jean-Luc Mélenchon et des candidats de la France Insoumise qui se mobiliseront pour les législatives qui suivront mai 2017.

Il serait temps de prendre en compte une vérité qui n’est en rien passagère, celle du besoin de nos concitoyens à faire vivre des démarches politiques neuves, des projets alternatifs concrets et porteurs face au libéralisme globalisé qui fait tant de mal, tant de misère, tant de casse dans notre économie, tant de menace pour notre environnement…

Il restera après ce samedi assez sombre pour ceux qui ont connu le PCF au temps de ses heures de gloire électorale et de ses engagements sans appel en faveur d’une émancipation des gens du peuple, qu’un vœu simple à souhaiter aux adhérents du PCF appelés à se prononcer à la mi-décembre sur les options et choix politiques de la conférence.

Ou affirmer une volonté d’agir au côté de la France Insoumise et en toute connaissance des apports proposés par leur parti sur le chemin de la perspective ouverte par la France Insoumise.

Ou se rabattre sur une solution dont tout le monde sait qu’elle est vouée à l’impossible : une candidature communiste restant accrochée au basque d’un PS en perdition.

Paul Crespin Communiste insoumis!

Montluçon le 06/11/16


 

Tag(s) : #Billet d'humeur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :