Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pouvez-vous refuser l'installation du Compteur Linky ?

En ce moment, la pose du compteur électrique LINKY provoque des inquiétudes chez un certains nombre d'habitants du bassin montluçonnais. Ils se demandent s'ils peuvent refuser la pose de cet outil dont ils ne sont pas convaincus de l'utilité et de l'innocuité .

L'association environnementale et citoyenne "Présence Citoyenne" se propose de leur fournir quelques explications et quelques éléments de décision.

Le Président de l'association "Présence citoyenne" :

Claude Lemoine

Pouvez-vous refuser l'installation du Compteur Linky ?

Qu'est-ce que LINKY ?

LINKY est la nouvelle génération de compteurs électriques destinée à remplacer TOUS les compteurs d'électricité électromécaniques et électroniques actuellement en service dans les toutes les foyers de France et de Navarre. C'est un compteur pouvant être relevé à distance et qui peut recevoir d'autres ordres détaillés dans le descriptif d'Énédis.

Un petit peu d'histoire pour le contexte

Tout le monde, (d'un certain âge) a connu EDF, entité électrique nationale et ÉPIC (Établissement Public à caractère Industriel et Commercial), issu des décisions du CNR (Comité National de la Résistance). À l'époque de la Libération (1944), le but était de reconstruire et de développer le pays avec un outil industriel performant. Toutes les entreprises de production et de distribution électriques furent nationalisées, à l'exception des régies et quelques auto-producteurs de courant, dans un but d'unifier et de rationaliser les matériels.

Cette grande entreprise se divisait en quatre grands services : production, transport, distribution, études et recherches.

La production était divisée en hydraulique et thermique (charbon, puis fuel, puis nucléaire). À l'époque, pas de service d'énergie dite aujourd'hui renouvelable (éolien, photovoltaïque) à l'exception de l'hydraulique.

Le transport a eu pour mission de mailler le territoire, de se connecter aux pays limitrophes, d'unifier les tensions de transport les mieux adaptées aux dimensions de notre pays. Les tensions de référence (dites très hautes tensions ou HTB) sont 400 kV, 225 kV, 90 kV, 63 kV.
Les autres tensions intermédiaires (150 kV) furent appelées à disparaître.

La distribution eut pour mission d'unifier les nombreuses tensions (33 ; 20 ; 15 ; 5,5 ; 3 kV dites moyenne tension ou HTA en une seule, le 20 kV. La basse tension, celle de la desserte de nos domiciles fut longtemps distribuée en 110, 127 ou 220 volts monophasé (2 fils). Aujourd'hui, tout le monde est alimenté en 230 volts. Pour les puristes, les fortes puissances en basse tension sont alimentées en triphasé 410 volts (= 230 x 1,732). [1,732, c 'est racine carrée de 3.]

Après l'éclatement d'EDF voulu par le « Marché de libre concurrence » le 1er juillet 2007, destiné à faire baisser les prix selon les idéologues libéraux (si quelqu'un a vu le prix de son électricité baisser depuis cette date, qu'il me le dise, j'arrive !) aujourd'hui, le transport est devenu RTE (Réseau de Transport d'Électricité), la distribution est devenue Énédis, et on doit obligatoirement acheter son courant à l'un des 12 fournisseurs autorisés par la CRÉ (Commission de Régulation de l'Énergie) qui sont des producteurs et/ou des revendeurs. Cette démarche est souvent faite par plate-forme téléphonique ou Internet. Fini le service de proximité.

Pourquoi LINKY ?

Pour un distributeur, le plus difficile, (c'est son métier) consiste à calculer au plus juste, économiquement parlant, le dimensionnement du réseau pour que celui-ci délivre une tension correcte aux utilisateurs, ou abonnés, ou clients comme on le dit aujourd'hui même à La Poste.
Partout comme en Auvergne, un sou étant un sou, le meilleur réseau est celui qui délivre du 230 volts, tension de référence, avec un écart toléré de plus 6% à moins 10% en coûtant le moins cher possible.

Hors de ces limites, c'est à dire, max = 244 volts, mini = 207 volts, le distributeur a tout faux.
Il y a 30 ans, le distributeur, c'était EDF-Distribution, hier, c'était ErdF, aujourd'hui, c'est ÉNÉDIS, ça fait plus chic aux yeux des hauts cadres dirigeants.

Et pour dimensionner les réseaux, comme outil de calcul, il n'y a que les consommations des abonnés adaptées à leur manière de consommer. Tout ceci, (secouez bien fort,) donne un calcul des intensités transitées dans les fils et câbles, et on doit pouvoir savoir où le réseau est à renforcer.

LINKY va être un outil performant permettant de savoir plus finement ce que consomment les utilisateurs et à quels moments, et ainsi mieux anticiper les travaux de renforcement à effectuer sur les réseaux.

LINKY va pouvoir aussi exécuter des ordres à distance : augmentations de puissance, mises en service, relèves intermédiaires (facile puisque le compteur sera relevé une fois par jour). Ceci va économiser un grand nombre d'interventions d'agents électriciens et supprimer les releveurs de compteurs.
Tant pis pour les chiens qui se régalaient avec leurs fonds de culottes. Le client pourra suivre sa consommation sur son ordinateur s'il en possède un, chose qu'il pouvait faire avant et sans ordinateur s'il avait la patience de relever l'index de son compteur au rythme qui lui convenait.

Mais ces données, qui sont transmises au fournisseur de chaque consommateur, puisque c'est lui qui facture le courant, seront des outils pour proposer des offres « adaptées », bref, affiner sa démarche commerciale pour maximiser ses profits. Mais il paraît qu'il y aura des « pare-feux »...?

Comment ça marche ?

Le compteur LINKY est télé-relevé par CPL (courants porteurs en ligne). Ces courants sont émis sur une fréquence déterminée et se superposent au 50 Hz, fréquence du courant électrique. Cette technologie est déjà utilisée sur le téléphone, quand on est relié à Internet (c'est pourquoi il faut mettre un filtre/bouchon pour éviter d'entendre un Bzzz dans son téléphone lorsque l'on parle à un interlocuteur). Elle est aussi utilisée pour relier votre BOX à votre TV lorsque vous êtes abonné à la télé par câble via votre BOX, ou par un interphone à secteur, ou pour remplacer le WiFi si votre BOX est reliée à plusieurs ordinateurs. De même, les compteurs électriques ayant plusieurs tranches horaires (heures creuses, heures pleines et parfois heures de pointe) ou bien ceux ayant souscrit il y a plusieurs années à l'option « effacement jour de pointe » sont souvent télécommandés par un courant superposé de 175 Hz.

Les CPL nécessaires à la relève de LINKY seront émis près du transformateur de quartier ou de village (en jargon de distributeur, on dit un poste HTA/BT), déclenchés au moyen d'une ligne téléphonique, automatiquement par un ordinateur de relève et la relève ne prendra que quelques secondes par jour, selon Énédis.

Est-ce dangereux ?

Le tout est de savoir sur quelles fréquences sont émis les CPL et si celles-ci font partie des fréquences habituellement existant dans la nature. Suivant les fréquences reçues, d'aucuns prétendent qu'il y a des risques de maladies, d'actions plus ou moins nocives sur les organismes vivants. Des chercheurs ont donné des alertes d'inquiétudes, les industriels nient tout danger. Chacun est dans sa logique. Le développement de LINKY provoque des alarmes comme a provoqué le développement des antennes de téléphonie mobile près des habitations ou des écoles.

Que le client/abonné/usager accepte ou n'accepte pas LINKY chez lui, il bénéficiera sur ses fils électriques personnels des CPL nécessaires à la relève, puisqu'ils sont superposés au courant. Et son installation électrique se conduira comme une antenne émettrice de radio-CPL.

Si le transformateur de quartier alimente 50 compteurs, ce sera 50 émissions et 50 réponses qui transiteront dans les fils de tout-un-chacun.

A l'instar des filtres que l'on pose sur son conjoncteur pour ne pas ouïr les CPL de sa BOX, pourquoi LINKY n'est-il pas équipé en son aval d'un filtre bloquant les CPL destinés à sa relève ? (question à poser à Énédis)

Peut-on refuser LINKY ?

Il est de la mission du distributeur de courant (Énédis) de choisir le matériel de comptage, qui est sa propriété « insaisissable » comme il est écrit sur les compteurs depuis de nombreuses décennies. Mais l'utilisateur, ou abonné ou client, peut refuser l'accès à son compteur, surtout si les ouvriers se présentant comme tels ne peuvent montrer leur carte professionnelle ou leur ordre de mission pour prouver qu'ils sont bien mandatés par ÉNÉDIS, tout comme il faut se méfier des faux releveurs ou des faux contrôleurs : attention aux faux agents ÉNÉDIS (ex EDF) !

De même, si les ouvriers mandatés veulent « forcer la porte » en prétendant qu'on ne peut pas refuser les travaux, ceci constitue une voie de fait et une violation de domicile. En cas de conflit avec des ouvriers agressifs, ne pas hésiter à appeler la police.

Selon UFC-Que Choisir d'avril 2016, « Énédis a 35 millions de compteurs à poser et ne va sans doute pas perdre de temps à tenter de persuader les récalcitrants. » Et comme avec LINKY des opérations peuvent se faire à distance, il y a des chances que tout ce qui peut se faire avec LINKY sera facturé aux personnes l'ayant refusé. Et pour tout compteur neuf, ou renouvellement, il n'y aura QUE des LINKY de disponibles.

Un modèle de lettre de 14 pages destiné à son élu préféré est en pièce jointe, et contient énormément d'arguments pour refuser. Cependant, c'est décidé nationalement, et il est difficile de passer outre. On trouve d'autres modèles de lettres sur Internet.

Documentation :

Le site d'Énédis et ceux des fournisseurs de courant, les sites des associations de consommateurs, des associations d'environnement comme Priartem. Ou simplement écrire LINKY sur son moteur de recherche et lire, beaucoup lire.

Que Choisir ? d'avril 2016. ; SINÉ-mensuel de juin 2016 ; Le canard Enchainé du 15/7/2015,
La Montagne du 12/2/2016.

L'article du 6 janvier 2016 de RegardActu  où vous trouverez les liens des sites énoncés ci-dessus.

« Le Trou des Combrailles », trimestriel qui a produit dans son dernier numéro un dossier très complet, est édité à Vergheas (63) et est vendu dans deux librairies montluçonnaises pour 2,50 € : le Talon d'Achille rue Grande et La Gozette rue Porte des Forges.
http://troudescombrailles.revolublog.com/

Mél : troudescombrailles@gmx.fr


 

Modèle de lettre à adresser au Maire

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :