Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

les collectifs des associations qui luttent contre l'évasion fiscale et la complicité de certaines banques enchaîne les actions sur Clermont-Ferrand. Déjà, le 3 décembre, ils s'étaient invités à la banque de BNP Paribas pour exiger des explications devant un directeur médusé (lire ICI), mais ne se sont pas arrêtés là. Ce samedi 10 décembre, ils ont remis le couvert, et cette fois-ci, elles ont entrepris un long périple devant les banques pour leur donner la sérénade. Et ils ne comptent pas en rester là.

Ci-dessous le récit de cette action :

 

Évasion fiscale : Un groupe de citoyens, ATTAC, Action Non Violente COP 21 et Alternatidômes, donnent la « sérénade » aux banques.

Devant la banque HSBC

Samedi 10 décembre, des militants et citoyens ont fait le tour des banques depuis la Place Gaillard vers la Place de Jaude pour terminer par l'agence de la BNP Paribas, et leur ont donné la sérénade , pour dénoncer leur rôle dans l'évasion fiscale. Ils entendaient également manifester leur solidarité avec Jon Palais, militant, qui sera jugé le 9 janvier au tribunal de Dax pour « vol aggravé » et risque jusqu'à 5 ans de prison.

La BNP Paribas avait en effet porté plainte contre Jon Palais pour avoir participé à une réquisition de chaises dans une de ses agences de Paris. En 2015, le collectif des Faucheurs de chaises composé d'ATTAC, d'Action Non- Violente COP21, des Amis de la Terre, de BIZI et de Solidaires Finances publiques avait réquisitionné symboliquement 196 chaises dans des banques participant au système organisé de l'évasion fiscale. Ces 196 chaises avaient servi à l'organisation d'un sommet citoyen le 6 décembre à Montreuil pendant la COP 21, puis avaient été rendues à la justice le 8 février 2016 à l'occasion de l'ouverture du procès de Jérome Cahuzac.

Cette fois, à 10h28 au départ du square Blaise Pascal des militants du collectif « Faisons le siège des banques » et des citoyens, sont arrivé, équipés de chaises puis ont déambuler de banque en banque avec pour chacune une petite pause sérénade. Tout au long du parcours,des tracts ont été distribués aux passants, ainsi que des billets de 60 milliards (symbolisant l'évasion fiscale) expliquant ce qui pourrait être financé avec cette somme, listant les mesures possibles à mettre en place pour en finir avec l'évasion fiscale et pour mettre sous le sapin un jeu de « questions-réponses ».

Une chorale  interpréta "ces maudits requins" sur l'air des "copains d'abord" , "Hollande au paradis fiscal" sur l'air de "La Carmagnoles", et "savez-vous planquer vos sous" sur l'air de savez-vous planter des choux et de courtes lectures.

En multipliant les actions, les militants et citoyens rappellent que des solutions crédibles existent :

Thomas Coutrot d'Attac France : "Nous pouvons lutter concrètement contre l'impunité fiscale : en renforçant les effectifs et les moyens de la police fiscale et de l'administration qui traquent les délinquants financiers, en faisant sauter le monopole de Bercy en matière d'ouverture de poursuites pénales (verrou de Bercy ) ou encore en interdisant le pantouflage".

Le collectif appelle à se mobiliser pour le procès de Jon Palais le lundi 9 janvier à Dax où parallèlement, sera organisé le procès de l'impunité fiscale.

En effet pour Jessica Zaganadin, d'Action Non Violente COP21 "Ce ne sont pas les Faucheurs de chaises qu'il faut juger, c'est l'évasion fiscale en bande organisée. Ce procès à la David contre Goliath oppose les agissements frauduleux d'une banque au geste symbolique de militants qui ont voulu dénoncer l'injustice sociale qu'est l'évasion fiscale..." 

Le 9 janvier à Dax réunira des personnalités comme Eva Joly et Caroline Joly, les avocates de Jon Palais, Antoine Peillon, Edgar Morin, Patrick Viveret, HK, des personnalités associatives, syndicales et politiques.

Pour Florent Compain des Amis de la Terre : "Ce sont 60 à 80 milliards qui manquent chaque année aux finances publiques à cause de la fraude et de l'évasion fiscale, et nous privent de moyens pour financer des écoles, des crèches, des transports publics, la rénovation thermique des logements... alors même que la transition sociale et écologique est aujourd'hui une urgence vitale."

Si des milliards d'euros échappent encore au fisc annuellement, c'est uniquement le résultat de décisions politiques.

Le collectif contre l'évasion fiscale

Tag(s) : #Clermont-Ferrand

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :