Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un accord a été signé le 13 octobre dernier dans la branche d'activités du "service à la personne". Au cœur de cet accord, l'annualisation du temps de travail sur décision unilatérale de l'employeur qui permet à ce dernier d'augmenter la flexibilité dans un secteur où les conditions de travail sont déjà particulièrement éprouvantes.

Grâce à cet accord signé par la "fédésap" et les organisations syndicales CFDT et CFTC qui ont pris maintenant l'habitude d'accompagner les régressions sociales de grande ampleur, comme par exemple la loi Travail,l'employeur pourra changer l'organisation du travail au dernier moment, sans avoir à se justifier. En cas "d'urgence" qui relèvera de la seule appréciation de l'employeur, le planning pourra par exemple être modifié une heure avant la prise de service. Les conditions de rémunération calculées jusqu'ici sur le mois, pourront également être modifiées, ce qui aura pour effet d'accroître aussi la précarité des salariés de la branche en question, et le reste est du même tonneau. la "Fédésap" ne cache d'ailleurs pas sa joie (lire ICI).

Tout comme les organisations syndicales impliquées dans la lutte contre la loi Travail durant l'année écoulée, l'avaient prédit, c'est maintenant open-bar à toutes les lois de régression sociale, et les patrons les plus rétrogrades n'ont pas tardé à ouvrir le bal des faux culs en expliquant qu'ils n'ont pas d'autres choix pour faire face à la demande.

Cet accord concerne l'ensemble des contrats de travail, qu'ils soient en CDI ou en CDD. Dans les TPE (Très petites entreprises) où les organisations syndicales sont pratiquement absentes, l'argumentation fallacieuse du travail saisonnier est mise en avant pour justifier des reculs sociaux inacceptables. Comme d'habitude, la CFDT et la CFTC portent une lourde responsabilité dans ce nouveau coup porté aux salariés les plus précaires en aggravant encore un peu plus leurs conditions de travail déjà particulièrement éprouvantes. Les travailleurs devront donc s'habituer à lutter contre le patronat qui les exploite sans vergogne, mais aussi contre ceux qui prétendent les défendre, tout en les mettant à la merci des désidératas de l'employeur. Un comble !

Plus d'infos :

Révolution permanente

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost 0