Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les résultats des élections professionnelles sur les très petites entreprises (TPE) sont enfin connus. Ceux-ci placent la CGT largement en tête avec 25,12% des suffrages, soit près de 10% d'avance sur la seconde organisation syndicale, la CFDT qui obtient 15, 49% des suffrages, elle-même talonnée par FO : 13, 01%. Mais le taux d'abstention atteint le chiffre record de 90%.

Dans cette abstention massive, seule l'UNSA enregistre un score en nette progression et presque à égalité avec FO avec 12, 49%. Viennent ensuite la CFTC avec 7, 44%, Solidaires avec 3, 50%, la CFE/CGC avec 3,38%, la CNT avec 2,31%, les syndicats anti précarité avec 2, 10%, la CNT SO avec 1, 81%, CAT avec 1, 20%, et enfin le STC avec 1, 07%.

Au-delà des chiffres, le grand enseignement de ce scrutin est sans aucun doute possible, l'amateurisme dont a fait preuve le gouvernement dans la préparation de ces élections. Celui-ci n'a rien fait en effet pour encourager les salariés à aller voter. Pire puisque des préfets ont même interdit que les Maires mettent à disposition les panneaux électoraux pour aider les organisations syndicales à faire campagne dans de bonnes conditions, comme cela se fait normalement dans les élections qui rythment la vie politique du pays.

Les médias nationaux dirigés par les grands groupes du CAC 40 par exemple, n'ont pas joué  leur rôle non plus, si bien que l'information n'a pour ainsi dire pas circulé, à part peut-être un peu sur les réseaux sociaux. De là à dire que certains ont intérêt à délégitimer les organisations syndicales, il n'y a qu'un pas.

En d'autres termes, les conditions d'impréparation de ces élections ont indéniablement encouragé l'abstention, et ce, d'autant plus que beaucoup de salariés concernés ignoraient jusqu'à leur existence. Les politiques auront beau jeu ensuite de dire que les syndicats ne représentent pas grand monde. Mais n'est-pas le but recherché ?

Ci-dessous le communiqué de la CGT :

 

Les salariés des TPE confirment la CGT comme première organisation, à dix points devant la deuxième !

Les résultats des élections de représentativité dans les Très Petites Entreprises confirment la CGT comme première organisation syndicale au plan national.

Les salariés qui se sont exprimés ont choisi de légitimer le syndicalisme CGT, qui propose, conteste, revendique, lutte et négocie ! La CGT sort confortée de cette élection et remercie les électeurs.

Cette satisfaction des résultats ne peut gommer l’amateurisme dont ont fait preuve le gouvernement et les services du Ministère du Travail tout au long du processus électoral.

Ils portent notamment la responsabilité du faible taux de participation des salariés à l’élection.

Alors que 4,6 millions de salariés étaient concernés par l’élection, aucune communication digne de ce nom dans les médias n’aura été organisée afin d’informer, sensibiliser et favoriser leur expression.

La CGT dénonce le gouvernement et ses services qui auront jalonné d’embuches l’élection des salariés des TPE comme par exemple le report des élections pendant les fêtes de fin d’année.

Le choix de permettre la participation de listes syndicales pourtant dans l’incapacité de représenter les salariés dans les commissions paritaires qui vont se mettre en place démontre que loin de l’affichage, la prise en compte de l’expression des salariés des TPE sur leurs besoins, leurs revendications n’intéressent que peu le gouvernement !

Les salariés ont amené la meilleure des réponses, celle de placer en tête et loin devant la CGT avec un résultat de 25,12% devant la CFDT à 15,44%.

Ces résultats confèrent de grandes responsabilités à la CGT, qui, forte de ce résultat, réaffirme son engagement auprès des salariés des TPE pour, avec eux, exiger des avancées réelles en matière sociale.

La CGT mesure les efforts de déploiement à réaliser pour mieux représenter les salariés des TPE, leur donner plus de place encore dans le syndicalisme CGT, le syndicalisme de tous les salariés.

Montreuil, le 3 février 2017

 

Le communiqué de l'Union syndicale Solidaires :

Élections TPE/TPA : Un scrutin tronqué, une organisation scandaleuse !

Ce 3 février 2017, après bien des atermoiements du côté du ministère du travail et de la Direction générale du Travail, le résultat des élections des salarié-es des très petites entreprises (TPE), des très petites associations (TPA) et du particulier employeur a enfin été proclamé.

La faible participation (environ 7,5 %) n’est malheureusement pas une surprise, au vu des choix du ministère du travail qui a décidé de reporter le scrutin à 11 jours des dates prévues et a choisi des dates ubuesques pour le vote, mais aussi du refus, par les pouvoirs publics, de mettre en place les moyens d’une véritable campagne permettant aux organisations syndicales de présenter leurs propositions et les enjeux. Avec la suppression des élections prud’hommes et ce simulacre de démocratie, le pouvoir semble tout faire pour empêcher l’expression directe des salarié-es.

Les problèmes liés à la liste électorale, et notamment les erreurs d’adresses, ont empêché près de 10% des électeur-s de voter car n’ayant pas reçu l’information et le matériel de vote.

Ce scrutin, comme le précédent, n’ouvrait pas directement de droits pour les salarié-es ni l’accès à une représentation proche des bassins d’emploi et du quotidien de ces salariè-es.

Ce sont, quelques soient leurs orientations, les organisations syndicales les plus présentes sur le terrain et au contact direct des salarié-es qui font les frais à l’issue de ce scrutin, la CGT chute de 4 points, comme la CFDT, FO de deux points et Solidaires de 1 point. Seule l’UNSA progresse de manière étonnante. Le résultat dès lors ressemble à une loterie. Solidaires a pourtant privilégié une campagne militante de terrain quand d’autres auront sous-traité des appels et contacts.

Alors que le syndicalisme dans les Très petites entreprises est durement combattu et donc très insuffisamment implanté, au-delà de ce scrutin, pour Solidaires, c’est bien la question de l’organisation et de la défense des droits des salarié-es des TPE/TPA qui se pose.

L’Union syndicale Solidaires appelle l’ensemble du mouvement syndical à intervenir unitairement pour imposer au patronat des droits nouveaux pour les salarié-es des entreprises de moins de 11 salarié-es.

Paris, 3 février 2017

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost 0