Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le personnel soignant du service de chirurgie est en grève reconductible depuis hier. En cause, la situation dégradée dans le service et un personnel qui n'arrive plus à faire face à la charge de travail après les restructurations imposées.

Pour les agents du service hospitalier qui doivent endurer des conditions de travail très dégradées, c'est la galère au quotidien. Les congés de maladie ne sont plus remplacés, et le personnel de toute façon insuffisant, ce qui se traduit concrètement par l'impossibilité de prendre les congés, y compris pour les reliquats de l'année précédente, ce qui est un comble.

Le malaise est profond et touche tous les services de l'hôpital. Hier, c'était le service de la chirurgie qui s'est mis en grève. Aujourd'hui, les aides soignantes du service de la gériatrie rejoignent le mouvement, et d'autres pourraient suivre.

Photo d'archive

La CGT et FO ont déposé des préavis de grève reconductibles dans le début de la semaine. Dans le cadre de ces préavis, et comme le prévoit la législation, une première rencontre a eu lieu hier mercredi avec la direction. Mais elle n'a rien donné de concret et les préavis ont été maintenus.

Cette situation déplorable est à mettre en parallèle avec les gesticulations des élus qui se pâment dans la presse et prétendent agir pour l'hôpital. À les écouter, le problème serait celui du manque de médecins. Même si ce n'est pas faux, ils oublient un peu vite que les gouvernements qui se sont succédé ont tous agi dans le sens d'une réduction massive des effectifs dans les hôpitaux. Moins de personnel soignant, mais aussi moins de personnel administratif, comme en témoignent les infos de la coordination nationale des hôpitaux et des maternités de proximité que regardactu relaie régulièrement dans ses colonnes (lire ICI par exemple).

À Montluçon comme dans la grande majorité des hôpitaux, la situation devient intenable. Le personnel n'en peut plus et pourtant le gouvernement dirigé par des socialistes prévoit 22 000 suppressions de postes supplémentaires d'ici la fin 2017 (lire LA, ou encore LA). La question qui se pose maintenant est la suivante "combien de burn-outs et de suicides faudra-t-il pour que ceux qui nous dirigent renoncent à malmener les personnels dans les hôpitaux et sacrifier le système de santé ?"

 

Tag(s) : #Montluçon, #Actualité sociale

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :