Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Finalement c'est ce jeudi matin que le président de la République s'est rendu à l'usine Safran pour annoncer l'attribution d'un marché public pour la fabrication de drones "Patroller". Une commande qui devrait permettre la création d'environ 300 emplois dont la plus grande partie seraient localisés ici même. C'est évidemment une bonne nouvelle pour l'emploi en général et pour Montluçon en particulier, durement touché par une crise qui touche surtout les villes moyennes (à ce propos, voir l'excellent article paru dans Urbi, le magasine qui explore la ville).

François Hollande devant un public trié sur le volet (photos RMB)

Le maire de Montluçon a profité de cette opportunité pour remettre une lettre à François Hollande à propos de "l'enclavement ferroviaire des bassins du centre de l'Auvergne".

Il dénonce notamment "l'exclusion de la grande vitesse ferroviaire" et "la baisse continue de l'offre sur les lignes TET". Il adjure aussi François Hollande à "prendre en compte le scénario ouest" pour la future ligne grande vitesse POCL, plus favorable à Montluçon, et à "la mise en œuvre de la modernisation de la ligne Montluon-Bourges ainsi que l'affectation de rames bi-mode".

Le Maire de Montluçon dans une attitude plutôt distante par rapport au chef de l'État (photo RJFM)

Jusqu'au dernier moment, l'emploi du temps du chef de l'État a été soigneusement tenu au secret, seuls quelques médias triés sur le volet étaient informés.

Si initialement la visite sur l'Allier était effectivement annoncée pour ce jeudi 9 février, la date du 10 a ensuite circulé. Un temps, il a même été question de l'après-midi pour la visite à Montluçon.

Pour finir, la visite a bien eu lieu le jeudi matin, mais avec les fausses informations habilement propagées, la CGT a eu du mal à mobiliser dans ses rangs, d'autant que le Préfet a interdit tout rassemblement sur Moulins l'après-midi. Selon les témoignages qui nous sont parvenus, les renseignements territoriaux ont passé des dizaines de coups de fil aux militants syndicaux afin de les dissuader de participer au rassemblement prévu à Moulins, leur précisant qu'ils risquaient des poursuites pour le cas où ils passeraient outre. Même son de cloche du côté de l'Union départementale de la CGT qui s'est vu signifier l'interdiction de manifester sous peine de poursuites.

Tout a donc été mis en œuvre pour dissuader les manifestants, mais malgré cela, une quarantaine de têtes dures ont tenté de se faire entendre le matin devant l'usine Safran. Comme on pouvait s'y attendre, le lieu était hautement sécurisé. 2 cars des forces de l'ordre, soit environ 140 CRS armés jusqu'aux dents et une centaine de gendarmes mobiles étaient déployés tout autour de l'usine pour en interdire l'accès. Sur les toits des tireurs d'élite avaient pris position. L'étanchéité du dispositif policier était telle, qu'aucun manifestant n'a pu apercevoir le Chef de l'État et c'est sous haute protection que celui-ci a pu se rendre ensuite à Moulins.

Un dispositif policier impressionnant

La forte présence policière n'a pas dissuadé "les têtes dures"
 

À Moulins, une vingtaine de manifestants ont aussi répondu à l'appel à manifester. Des militants CGT pour la plupart, mais aussi des militants de la FSU venus protester contre les suppressions de classes dans le département. Sur place aussi les choses avaient été prévues en grand, de manière à soustraire Françoise Hollande aux éventuels quolibets dont il aurait pu être la cible. Personne n'a d'ailleurs vu passer le cortège qui a visiblement emprunté un itinéraire discret.

À Moulins aussi les manifestants ont bravé la censure

Les militants de la FSU aussi présents pour protester contre les fermetures de classes sur le département
 

Ainsi se termine le quinquennat d'un Président honni par ceux qui avaient cru en ses promesses du Bouget. Eux n'ont toujours pas digéré la loi Travail adoptée à coup de 49-3 et imposé à coup de matraque. En renonçant à se présenter pour un deuxième mandat, François Hollande se soustrait à la sanction du peuple des sans-dents qu'il a toujours méprisé du haut de son parcours d'oligarque.

Il n'ont toujours pas digéré la loi Travail imposée à coup de matraque et de 49-3

Tag(s) : #Montluçon, #Le département

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :