Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans le cadre des semaines d'information de santé mentale (SISM) la Mutuelle générale de l'éducation nationale s'est associée à un groupe d'employeurs pour organiser une série d'initiatives sur la santé mentale, avec un focus particulier sur la souffrance au travail, qui peut prendre la forme d'un épuisement psychique, ou de burn-out pour reprendre l'expression anglo-saxonne de cette pathologie des temps modernes (lire ICI même l'article de regardactu qui a relayé ces initiatives).

Les thèmes qui devraient servir de socle aux conférences débats sont :

  • Travail et handicap psychique
  • La souffrance au travail
  • Les risques psycho-sociaux en entreprise
  • Burn-out, burn-out et bienveillance au travail
  • Non-emploi et estime de soi

La première initiative publique avait lieu ce lundi 13 mars au Palace, avec la projection du film "Ressources humaines" de Laurent Cantet réalisé en 1999. Disons-le d'emblée, ce fut un choix peu judicieux pour introduire le débat sur les conditions de travail de nos jours. Car, dix-sept ans plus tard, les problématiques de santé au travail ont considérablement changé de nature avec l'apparition de nouvelles formes d'organisation du travail théorisées aux états-unis et au japon, puis importées en France.

Une trentaine de personnes étaient présentes dans la salle, mais parmi celles-ci plusieurs étaient là pour participer à une débat sur ce sujet, dont le burn-out est une conséquence directe des nouvelles formes de management mises en place par les employeurs dans les grands groupes, et qui gagnent peu à peu certaines entreprises de taille plus modeste, notamment dans le secteur médico-social.

Justement, les organisateurs de cette initiative font partie, pour certains d'entre eux, des employeurs de ce secteur d'activité également en souffrance. Ils ne peuvent donc pas se présenter comme des exemples de vertu. Peut-on considérer que ceux-ci ont une expertise à faire valoir dans la recherche de solutions contre le mal-être au travail ? Pas sûr, si cette démarche ne s'accompagne pas dans le même temps d'une véritable volonté d'améliorer les conditions de travail sur leurs propres établissements.

Christophe Guilmat, Consultant en stratégie, organisation & compétences.
 

Le fait que Christophe Guiltat ait été choisi comme intervenant en dit aussi beaucoup sur la manière d'appréhender le sujet. Cet expert est "Consultant en stratégie, organisation et compétences" comme le mentionne sa carte de visite, ce qui nous indique qu'il effectue aussi des missions au service des employeurs pour lesquels il travaille parfois. Et quand on est rémunéré par des employeurs, il est plus difficile de remettre en cause méthodes de management fussent-elles anxiogènes. Par contre, aucun syndicaliste ou élu du personnel n'a été sollicité pour co-animer ce débat pas plus que pour les initiatives qui suivront.


Bien sût, il est encore trop tôt pour dire si les conférences/débats suivantes seront du "même tonneau", mais quand même, le doute est là. Une démarche qui exclut d'emblée les syndicalistes et les élus du personnel, pourtant plongés au cœur de la problématique de la souffrance au travail est suspecte, dès lors que les représentants des employeurs sont considérés avec les professionnels de la santé comme les seuls intervenants légitimes sur le sujet.

Il faudra donc attendre les prochaines conférences/Débats pour savoir si "les SISM" aborderont le fond du problème de la souffrance au travail, avec une question centrale que les organisateurs ne pourront pas éternellement évacuer "l'organisation anxiogène du travail ne fait-elle pas délibérément partie d'une stratégie globale de mises en concurrence des salariés entre eux et de déstructuration de l'action collective, dont l'objet est de diviser et casser les solidarités sur le lieu de travail ?". À méditer !

Nota : illustration en tête d'article "le Palace", Boulevard de Courtais à Montluçon.

 

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :