Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Coup sur coup, Montluçon a été le théâtre de 3 meurtres et d'un viol, que l'on peut qualifier d'actes de barbarie, tellement la violence déployée par les auteurs fut épouvantable. Depuis, la peur s'est répandue dans la ville comme une trainée de poudre, et bon nombres de familles se calfeutrent une fois la nuit tombée.

Les gens ont peur et ils parlent entre eux, cherchent des coupables et des victimes expiatoires comme on a pu le constater en lisant les commentaires sur les pages facebook de certains médias locaux.

Face à cette situation, le Maire de Montluçon a voulu agir au plus vite et s'est entretenu en urgence avec le Préfet de l'Allier pour obtenir des renforts de police pensant peut être que c'était là, la seule manière de calmer les esprits. Ainsi, celui-ci a-t-il annoncé devant la presse qu'il avait obtenu en partie gain de cause avec l'arrivée ce jeudi de quatre binômes de policiers et vendredi de douze CRS en motocyclette.

Le quartier de la verrerie


Peu de temps auparavant, une réunion de crise avait eu lieu en présence du Maire, du Préfet, de la commissaire de police et du Directeur de Montluçon Habitat. C'est à l'issue de celle-ci que Daniel Dugléry a convoqué la presse pour indiquer que ces mesures entraient en vigueur immédiatement, avec certainement l'espoir de rassurer la population, et mettre fin à la psychose qui ne cesse de grandir. En plus de quoi, l'affaire fait grand bruit, à tel point que la presse nationale commence à s'y intéresser. Et à Montluçon, on sait trop que lorsque la presse nationale commence à s'intéresser à une petite ville comme la nôtre, c'est soit pour s'en moquer, soit pour la stigmatiser.

Cependant, il ne faut pas s'y méprendre. Les forces de police supplémentaires qui ont été affectées, ne resteront pas éternellement. Le Maire l'a d'ailleurs admis à demi-mot quand il a dit "elles resteront le temps qu'il faudra".

La zone St Jacques



Daniel Dugléry qui fut par le passé Directeur central de la sécurité publique a également établi un lien entre les trois affaires qui ont secoué la ville et les trafics de drogue dans certains quartiers, notamment à la Verrerie, à St jacques et à Pierre Leroux. C'est probablement dans ces secteurs que les forces de police concentreront leurs efforts dans les tout prochains jours. Pour faciliter leur tâche un arrêt anti bivouac sera pris par le Maire et entrera en vigueur le 17 mars. Il espère ainsi faciliter leur mission.

Bien sûr, il n'y a pas de recette miracle face à la délinquance, et une plus grande présence des forces de l'ordre ne suffira pas à elle seule à endiguer le phénomène comme par enchantement. Il faudrait pour cela entreprendre une multitude d'actions de surveillance et de répression quand c'est indispensable, mais aussi et surtout sur le long terme, de prévention, afin de secourir des jeunes en complète déshérence, avant que certains d'entre eux ne deviennent les monstres que l'exclusion sociale produit parfois.

Je vois d'ici tous ceux qui se dressent en lisant ces mots. "Laxisme !" s'exclament-ils. Ils peuvent le penser, mais alors les drames auxquels nous sommes confrontés perdureront éternellement. La seule possibilité pour une société de réduire la violence, c'est l'inclusion sociale par l'éducation et l'élévation du niveau de vie. Ne laisser personne sur le bord du chemin et retrouver le sens de la solidarité, voilà notre planche de salut.

Le quartier de Pierre Leroux


Le Maire de Montluçon se grandirait, si en plus des moyens de sécurité qu'il a obtenus en persuadant le Préfet que la situation l'exigeait, il débloquait de son côté des moyens financiers pour recruter des éducateurs de rue, et s'il développait les services à la personne, avec à la clé des créations d'emplois dans les cités. Les moyens de la ville n'y suffiraient peut-être pas, vu les économies que l'État impose aux collectivités, mais le Maire est un fin négociateur quand il veut obtenir des aides extérieures. C'est en tout cas le moment d'essayer en s'appuyant sur le constat que notre ville traverse une grave crise qu'elle ne pourra surmonter seule, tant les causes sont profondes et multiples.

Les experts sont unanimes pour dire qu'une politique de lutte contre la délinquance "doit reposer sur ses deux jambes" : La répression et la prévention. mettons cette maxime en pratique et rassemblons les bonnes volontés.

Philippe Soulié

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost 0