Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La CGL a réalisé un carton plein lors de sa réunion publique le 27 mars. La proximité des élections explique aussi pour partie l'intérêt que les élus ont manifesté pour cette soirée, mais aussi une très nombreuse assistance visiblement sensible à l'initiative de leur association de défense des locataires.

Une assemblée nombreuse et attentive (Photo RMB, merci à eux)

"Faut-il baisser les loyers en HLM ? ", tel était l'intitulé de cette rencontre à laquelle Paul Crespin a participé, et c'est au titre d'ancien Président de l'OPHLM qu'il est intervenu à plusieurs reprises pour faire part de son expertise dans un domaine qu'il connait bien.

C'est d'ailleurs lui qui nous livre son analyse de la soirée. Laissons-lui la parole :

 


La fédération du logement de l’Allier (CGL ex CNL) avait convié « différents acteurs de la vie
économique et sociale » comme indiqué dans son invitation, ce lundi 27 mars, à une rencontre
débat sur des thèmes de réflexions reprenant certaines préoccupations majeures des habitants
HLM.

Rappelons pour mémoire que notre pays comptait quelques 4 839 600 logements dits sociaux
gérés principalement par des organismes publics, dont les statuts se rapprochent de plus en plus de la gestion privée, en matière de budgétisation, de pratique locative, de contrats de type privé pour les personnels, sans parler de la difficile participation démocratique donnant que peu de place aux locataires en direct…Dans les 4 350 logements toujours ouverts à location pour l’office, la vie devient délicate pour les familles logées sur le secteur montluçonnais, dans un parc vieillissant mal entretenu dans nombre de cités, surdimensionné malgré les démolitions qui se multiplient…

Six thèmes étaient retenus pour permettre à cinq personnalités de répondre en quelques minutes chacune aux questions posées et définir selon eux ou leur mouvement politique, la manière de sortir de l’impasse ce secteur essentiel de la vie sociale française.
Ces cinq personnes étaient les suivantes :

  • Mr Gérinier, vice-président de l’OPHLM, représentant Mr Dugléry, Pdt et Maire
  • Mr Brien, suppléant du député Lesterlin, secrétaire du PS en Allier
  • Mr Guillaumin, candidat de la France Insoumise, animateur du groupe d’appui à Jean-Luc
  • Mélenchon désigné depuis janvier par une assemblée générale des insoumis.
  • Mr Bourdier, conseiller municipal de Commentry, membre de cette communauté de
  • commune.Présenté comme tel par le responsable de la CGL.
  • Mr Lefèbvre, conseiller Municipal de Domérat et secrétaire départemental du PCF.

Notons que comme personnalité concernée par le logement social (Pdt de l’OPHLM de 1989 à
2001), je n’avais pas été convié à faire entendre mon analyse de la situation montluçonnaise.
Heureusement, la parole me fut donnée plusieurs fois…

Fort heureusement, également, de la salle sont venus de multiples exemples des difficultés du
vécu des locataires du parc HLM démontrant ainsi les mécontentements à l’égard des hausses de loyers permanentes et fixées jusqu’en 2022, les refus de l’alourdissement des charges,
l’incompréhension des coûts demandés par les travaux et le manque de considération de la part
des dirigeants de l’OPH, imposant ses vues et décisions sans concertation sérieuse.

Si l’on devait résumer les sentiments exprimés, on dirait : Ras le bol et volonté de changement
avec en toile de fond l’inacceptable différence existante entre niveau des revenus qui baisse et le niveau des loyers et charges qui gonfle : ce qui a fait dire à une intervenante « il y en a assez de la chasse aux pauvres » à propos des impayés et des pressions avant expulsions.

Pour l’ambiance de la réunion, notons le degré d’écoute de chacun et la volonté de se dire des
vérités au sujet des politiques sociales, économiques et financières nationales et européennes.
Volonté de faire pression sur les collectivités locales pour des aides ponctuelles.

Le choix des thèmes que proposait la CGL sous forme de constat et de questions aux intervenants projetés sur écran ont alimenté tous ces échanges.

Voici de larges résumés des questions abordées :

1) Quelles sont nos réactions sur ces données en terme de niveau de charges logement et ressources des familles ?

2) L’une des principales difficultés des organismes HLM, qui a une forte incidence sur le budget des organismes et en finalité sur la quittance des locataires dans notre département, est la vacance, pour vous quelles en sont les causes et les réponses à y apporter ?

3) Aujourd’hui le logement social subit un désengagement profond de l’Etat. Les seules aides qui restent sont : TVA minorée, des aides des collectivités locales, les fonds propres des organismes qui proviennent des loyers des locataires et d’emprunts qui seront remboursés par des générations de locataires….

4) Les impayés de loyer augmentent de façon conséquente, les procédures augmentent y compris les procédures d’expulsion. Est-ce que vous trouvez humain d’employer ces moyens moyenâgeux pour jeter des familles à la rue ? …

5) La fiscalité plombe le budget des organismes et des familles au travers des multiples impôts et taxes, pour alléger la fiscalité à caractère national comme la TVA ou les bases locatives qui servent au calcul de l’impôt foncier, de la taxe d’habitation et la taxe des ordures ménagères, est-ce que l’on peut reformer la politique fiscale comme cela a été avec la suppression de la taxe professionnelle ?

6) L’office public de l’habitat est l’outil des collectivités pour loger et aider les familles modestes. Si on prend l’exemple de Montluçon Habitat, la collectivité de tutelle est la communauté d’agglomération qui apporte un soutien à l’investissement. Mais par exemple, elle n’a pas apporté de soutien en termes de fonctionnement à Montluçon Habitat…

Il n’est pas possible de faire référence ici à l’ensemble des réponses apportées, parfois similaires d’une personnalité à l’autre, par exemple celle se référant au programme de la France Insoumise… Parfois contradictoire sur les responsabilités de l’Etat « Hollandais » et son bilan de faillite !

Proposons alors à nos lecteurs la chose suivante : transformez-vous en enquêteurs particuliers et autonomes, plongez-vous dans la découverte des programmes des candidats à la présidentielle, ceux qui sont publiés en livret ou lisible sur internet. Faites vous-mêmes les comparaisons. Voyez ce qui est proposé et bon pour les intérêts communs des locataires et de leur famille, et ce qui favorisera encore par restriction financière budgétaire les spéculateurs de l’immobilier et les riches patrons du 4/40...

Pour Jean-Luc Mélenchon et la France Insoumise, le programme l’Avenir en Commun est
disponible. Et un livret spécial logement l’accompagne.

Pour le parti socialiste et son candidat Benoit Hamon, en passant par le site de B. Hamon, vous trouverez des éléments de réponses.

Pour la droite, le programme de François Fillon est également disponible mais là attention la note sera salée. TVA à plus de 20% : Pas de détail, ça cogne !

Pour Mr Macron, qui n’avait pas de représentant, encore que les envolées lyriques du jeune Mr
Brien y ressemblent fort, les éléments sont plus disparates mais son livre Révolution est également disponible.

Enfin, pour le PCF qui fait pas campagne pour les présidentielles sur tout notre secteur, il dispose d’un programme pour les élections législatives qui se nomme « La France en Commun ». C’est celui que Mr Lefèbvre tenait en main lors de la soirée !

Apportons dans le cadre d’une satisfaction générale d’une initiative logement à reproduire, que les manques de lien entre politique locale, celle des collectivités étranglées et celle du national sous dépendance européenne auraient mérité d’être développées. Reconnaissons à Pierre Guillaumin d’avoir amorcé la pompe pour d’autres débats à venir.

Paul Crespin, Pdt de l’OPHLM – Période 1989/2001, participant de la soirée.

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost 0