Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

À l'appel de la Confédération générale du logement (CGL), une bonne quarantaine de personnes se sont mobilisé le 24 mars dernier contre la reprise des expulsions, car avec la fin de la trêve hivernale, ceux-ci devraient reprendre prochainement.

C'est devant les grilles de la Préfecture que ceux-ci se sont rassemblés, avec la ferme intention de faire entendre les revendications des locataires. Parmi eux, on pouvait noter la présence de Geneviève de Gouvéia, Conseillère départementale, Yannick Monnet, conseiller municipal et José Alenzo, administrateur à ELOVEA.

Ils manifestent contre la reprise des expulsions devant la Préfecture de l'Allier à Moulins


Une délégation conduite par Gilles Avelin a été reçue par la Directrice de cabinet du Préfet. Lors de cette entrevue parfois houleuse, la CGL a rappelé quelques chiffres. Rien que sur le département, 1014 foyers sont en situation d'impayé, 50 font l'objet d'une procédure d'expulsion avec commandement de quitter les lieux, parfois même avec le concours de la force publique. Ces décisions sont d'autant plus inacceptables que dans certains endroits, la vacance de logements est élevée, comme c'est par exemple le cas à Montluçon*.

D'autres sujets ont aussi été abordés. La CGL dénonce le non-respect des règles de procédure dans les prises de décision. Selon l'association de défense des locataires, certains bailleurs ne procèdent pas aux consultations, pourtant obligatoires, comme cela semble être le cas dans le dossier portant sur les rénovations énergétiques, mais pas seulement.

Au-delà des dossiers évoqués lors de cette entrevue, c'est aussi le manque de dialogue social et le mépris vis-à-vis des représentants des locataires qui est pointé. Est-ce là un mal typiquement français qui fait que "nos élites" autoproclamées n'écoutent plus qu'eux-mêmes sans se soucier de l'avis des représentants de la société civile, alors que ceux-ci ont su développer, grâce à leur présence sur le terrain, une expertise souvent pertinente ? Poser la question, c'est déjà y répondre, du moins en partie.

La déconnexion des élus par rapport au vécu des simples citoyens devient à ce point inquiétante qu'elle se traduit dans les urnes par l'abstention, ou pire par le vote FN. Avec le surgissement des affaires sur la place publique, les partis traditionnels et leurs représentants ne résisteront pas à la défiance dont ils font l'objet. Ils seront les premiers emportés par la tourmente qu'ils ont eux-mêmes provoqué, et ne pourront s'en prendre qu'à eux-mêmes...

*A Montluçon, sur environ 5 000 logements, 4 300 sont occupés. 700 logements sont donc en vacance, soit environ 25% du parc. Il y aurait 6 expulsions programmées dont une avec le concours de la force publique. (chiffres fournis par la CGL).

Tag(s) : #Le département

Partager cet article

Repost 0